"L'Heptade" en 1976. De gauche à droite: Serge Locat, Denis Farmer, Libert Subirana, Robert Stanley, Louis Valois, Monique Fauteux et Serge Fiori.

Michel Normandeau est absent sur la photo ayant quitté le groupe en 76 avant la parution de "L'Heptade".

Le groupe montréalais Harmonium est formé en 1972 par Serge Fiori, Michel Normandeau et Louis Valois. Les compositions sont assurées par Fiori et Normandeau et leur son se base essentiellement sur les harmonies vocales et les guitares acoustiques. Leurs influences viennent de la musique folk rock américaine et de la musique traditionnelle québécoise, mais le groupe se fabrique rapidement son propre style qui deviendra typique de la musique québécoise des années 70.

En 1973, le groupe performe au Patriote de Montréal et devient rapidement un favori de l'underground montréalais. En 1974, le groupe lance son premier album intitulé "Harmonium" qui connaîtra un succès immense grâce entre autres aux chansons 'Pour un instant' et 'Un musicien parmi tant d'autres' qui deviennent des classiques et qui sont encore considérées aujourd'hui comme 2 des plus grandes chansons de l'histoire du Québec. À l'été 1974, Harmonium est en vedette à la Place des Arts et part ensuite en tournée dans les plus grandes salles de la province.

L'année suivante, on lance un 2è album intitulé "Si on avait besoin d'une cinquième saison". Il s'agit d'un album concept en 5 parties, la cinquième saison étant l'excellente pièce instrumentale 'Histoires sans paroles' sur laquelle on peut entendre la voix de Judy Richards. On y trouve aussi l'immense succès 'Dixie'. Pour cet album, le groupe compte 2 nouveaux membres: Pierre Daigneault et Serge Locat, ce qui permet de prendre une tendance un peu plus rock progressive. Avec ce 2è album, le quintet est consacré au rang des super-groupes.

En juin 1976, Harmonium participe au méga-spectacle "OK nous v'là!" devant plus de 400 000 personnes sur le Mont-Royal à l'occasion de la Fête Nationale. On y trouve aussi Beau Dommage, Contraction, Octobre, Raoul Duguay et Richard Séguin, mais c'est définitivement Serge Fiori qui y vole la vedette.

Cet été-là, avec la collaboration de musiciens de l'Orchestre Symphonique de Montréal et Neil Chotem aux arrangements, Harmonium enregistre un autre album concept, "L'Heptade", qui représente les 7 niveaux de conscience. Il s'agit d'un album double très ambitieux qui allait devenir un classique de la musique québécoise, peut-être le meilleur de l'histoire, en plus d'être la grande fierté de Serge Fiori qui est allé au bout de ses rêves. Pierre Daigneault et Michel Normandeau avaient décidé de quitter le groupe et n'ont pas participé à l'album. Normandeau avait quand même collaboré à l'écriture de plusieurs morceaux et il a joué sur une pièce, mais l'élan de créativité et la vision musicale de Serge Fiori l'ont forcé à quitter. En échange, on accueille 4 nouveaux membres: Robert Stanley (ex-Ville Émard Blues Band), Denis Farmer (ex-Ville Émard Blues Band), Libert Subirana (futur chef d'orchestre pour Yvon Deschamps) et Monique Fauteux. D'autres sont venus prêter leur voix: Richard Séguin, Pierre Bertrand (de Beau Dommage) et Estelle Ste-Croix (mieux connue sous le nom d'Estelle S).

Le son plus orchestral, plus électrique et plus riche en sonorités diverses de "L'Heptade" fait d'Harmonium un groupe plus progressif qu'à ses débuts. Il peut désormais rivaliser avec les meilleurs groupes rock au monde comme Genesis, Pink Floyd et Yes. Jusqu'à 78, le groupe étend d'ailleurs ses spectacles du côté du Canada anglais, de l'Europe (où il fait la première partie de Supertramp), de Los Angeles et de Berkeley. Cette incursion en Californie fait d'ailleurs l'objet d'un documentaire intitulé "Harmonium en Californie" (disponible à l'ONF), alors que le groupe y fait la promotion du Québec en compagnie du premier ministre québécois René Lévesque.

En 1977, un spectacle à Vancouver est enregistré par la Société Radio-Canada. On lance un album tiré de ce spectacle sous le titre de "En tournée" en 1980, sans l'autorisation du groupe. Le double album est rapidement retiré des tablettes et il nous faudra attendre jusqu'en 2002 pour pouvoir à nouveau acheter cet album, cette fois-ci sur disque compact et autorisé par le groupe.

Alors qu'Harmonium est au sommet de sa popularité, Fiori décide de prendre un peu de recul et de travailler à d'autres projets, puisqu'il ne croit pas pouvoir amener Harmonium plus loin. La possibilité d'enregistrer en anglais pour les États-Unis ne l'attire pas, ayant toujours cru qu'Harmonium ne pouvait chanter qu'en français. Il dissout donc le groupe en 1978 et la plupart de ses membres travailleront à des projets solos, collaboreront aux enregistrements d'autres artistes ou réaliseront des albums d'autres artistes.

En 2003, il resterait certains enregistrements inédits du groupe et Fiori aurait laissé planer l'idée que ces enregistrements pourraient être mis sur le marché bientôt. C'est à suivre...

R. Dion

 

Pour plus d'informations sur Harmonium, vous pouvez vous procurer le livre suivant du premier gérant du groupe qui a sa vision bien à lui d'Harmonium. Les membres du groupe s'en dissocient complètement.

 

Membres du groupe:

Serge Fiori: chant, guitares, flûte traversière, mandoline, zither harp

Michel Normandeau (jusqu'en 1976): guitare, chant, accordéon, dulcimer

Louis Valois: basse, claviers, chant, piano, piano électronique, orgue

Pierre Daigneault (1974-76): flûtes, saxophone, clarinette

Serge Locat (1974-77): piano, claviers, mellotron, orgue, synthétiseur

Robert Stanley (à partir de 1976): guitare électrique

Denis Farmer (à partir de 1976): batterie, percussions, congas

Libert Subirana (à partir de 1976): flûtes, saxophone, clarinettes

Monique Fauteux (à partir de 1976): claviers, chant, piano électronique

Jeff Fisher (à partir de 1977): claviers

 


 

Retour à la page principale

Musicomania.ca - Votre guide musique !

Copyright © 2003-2015, Musicomania.ca. Tous droits réservés. Courriel