Musicomania.ca - Votre guide musique !    

 

     

 

 

 

 

À l'Oratoire St-Joseph de Montréal, 1972

 

 

 

Gerry Boulet - Pierre Harel et Corbeau - Breen Leboeuf

 

L'histoire du groupe québécois Offenbach remonte au début des années 60 alors que le groupe les Double Tones voit le jour en 1962. Il est formé entre autres des frères Gérald (Gerry) et Denis Boulet et ils jouent dans des "showers" et soirées de noces. Avec l'arrivée de Fernand (Ti-Nègre) Hébert au saxophone, on rebaptise la formation Twistin Vampires en 1963. La formation décroche son premier contrat à Cowansville. Avec le départ de certains membres en 1964, le groupe devient Fabulous Kernels. À cette époque, tous les groupes reprenaient les succès du top 40 dans des versions plus ou moins réussies. Ils se font alors découvrir par Jean-Paul Brodeur, un imprésario qui laissera tomber les 12 groupes qu'il gérait pour se consacrer entièrement aux Kernels. Le groupe, qui avait aussi essayé les noms de Gram'Pa & Cie, La Septième Invention et Bucket Of Blues, devient alors Les Gants Blancs.

À partir de 1967, Les Gants Blancs se considèrent suffisamment mûrs pour composer leurs propres chansons, en anglais. Ils ajoutent donc certaines compositions à leur répertoire composé jusqu'alors de versions. Ils ont en tête un album concept à la Led Zeppelin. En 1970, alors que la mode est au psychédélisme et que les drogues n'ont plus de secrets pour eux, ils décident de changer de nom pour Offenbach Pop Opera, puis Offenbach Soap Opera. Ils empruntaient alors le nom du compositeur français Jacques Offenbach qui avait fait danser les femmes du temps des "gaietés parisiennes", comme eux les faisaient danser depuis quelques années. Les membres du groupe sont alors Denis (batterie), Gerry (voix et claviers), Michel "Willie" Lamothe (fils de Willie Lamothe) (basse) et Jean "Johnny" Gravel (ex-Héritiers) (guitare).

En 1971, le groupe rencontre le cinéaste, musicien, poète et intellectuel Pierre Harel par l'entremise d'un nouveau gérant, Lucien Ménard. Les 2 travaillaient sur le film Bulldozer, Harel en tant que réalisateur et Ménard en tant que régisseur. Les autres membres du groupe acceptent d'intégrer Pierre Harel au groupe en tant que 5e membre comme chanteur et auteur. Il écrira de nombreux textes en français. Leur premier album paraît en juin 1971 sous le titre de Offenbach Soap Opera et contient les succès "Câline de blues" et "Faut que j'me pousse". Le son innovateur de l'album n'attirera que très peu l'attention des radios et du grand public. Le groupe est tellement original, qu'il a le culot d'improviser un spectacle du début à la fin à Matane en 1972. Harel écrivait les textes au fur et à mesure et, quand c'était au tour de Gerry de chanter, il lui tendait la feuille.

 

À l'automne 1972, Pierre Harel a l'idée de faire une messe rock à l'Oratoire St-Joseph de Montréal. Même s'il est très mal vu au début, l'événement du 30 novembre attire 5 000 personnes désirant assister à la Messe des Morts, qui constitue un mélange de rock et de chants liturgiques en grégorien. Le spectacle est enregistré sur 16 pistes, la technologie la plus avancée de l'époque, et donnera lieu à l'album Saint-Chrone de Néant qui verra le jour en 1973. Le groupe devient alors simplement "Offenbach" et Denis Boulet quitte le groupe pour être remplacé par Roger "Wéso" Belval, ancien collègue de Johnny au sein des Héritiers.

 

À l'automne 1973, le groupe travaille sur la musique du film Bulldozer de Pierre Harel. Le cinéaste français Claude Faraldo leur propose d'effectuer une tournée européenne qui deviendrait le sujet d'un film. Ils s'installent en banlieue de Paris (à Malesherbes) et se font filmer dans leur quotidien par une équipe qui les suit partout, dans le but d'en faire un document révolutionnaire (selon Faraldo). Les 48 heures de pellicule ont coûté  800 000 $ et le film Tabarnac est diffusé en quadriphonie, une première mondiale. Son succès est mitigé en France et il ne sera pas distribué au Québec avant 1994 par manque de fonds et à cause du format peu habituel dans lequel il a été tourné: le 70 mm pentaphonique. Par contre, l'album du même titre connaîtra un certain succès grâce à "L'hymne à l'amour", "Promenade sur Mars" et "Ma patrie est à terre". En désaccord avec Claude Faraldo, Pierre Harel décide de quitter le groupe dès le début de 1974.

 

Lorsque Offenbach revient au Québec au début de 1975, Harmonium et Beau Dommage dominent la scène pop. Ils partent alors en tournée avec Aut'chose, le groupe de Lucien Francoeur, et ils font salle comble à la Place des Arts de Montréal. En 1976 paraît l'album Never Too Tender, un 1er album en anglais qui sera un échec, mais leur permettra de jouer dans des clubs de l'Ontario. Ils récidivent cependant l'année suivante avec un album éponyme qui deviendra un classique. On y trouve entre autres les succès "La voix que j'ai", "Chu un rocker" (version française adaptée de "I'm A Rocker" de Chuck Berry) et "Le blues me guette". Ce sera ensuite l'éclatement du groupe avec Willie et Wéso qui vont rejoindre Pierre Harel pour former Corbeau. Ils sont remplacés par le batteur Pierre Lavoie et le bassiste Norman Kerr, puis on ajoute un 2e guitariste en la personne de Jean Millaire (ex-Expedition), qui décidera de rejoindre Corbeau peu de temps après. Kerr, quant à lui, ne veut pas faire de tournées. On va donc chercher deux ontariens pour prendre la relève : Breen Leboeuf (basse) et Doug Caskill (guitare). Ce dernier ne comprenant pas un mot de français, il est remplacé rapidement par John McGale. Au printemps 79, Pierre Lavoie est à son tour remplacé par Bob Harrison à la batterie.

L'album Traversion voit le jour en 1978 et remporte énormément de succès grâce à des pièces comme "Ayoye", "Je chante comme un coyote", "Deux autres bières" et "Mes blues passent pu dans porte". La contribution du parolier Pierre Huet, également collaborateur de Beau Dommage, aide probablement au succès de ces chansons (il en a écrit 8 sur 10) et permet à l'album de devenir le chef-d'oeuvre dont le groupe avait tant besoin. On y retrouve également une version de "Quand les hommes vivront d'amour" de Raymond Lévesque. L'album remporte le Félix de l'album rock de l'année en 1979 au premier gala annuel de l'ADISQ. Suite à sa parution, ils partent en tournée au Québec et en Europe. En 1979, Gerry élabore un projet de fusion jazz et rock avec le Big Band de Vic Vogel. Il est enregistré au Théâtre St-Denis le 30 et 31 mars 1979 dans le but d'en faire un album, qui deviendra leur premier disque d'or, et le spectacle sera ensuite repris en tournée à travers le Québec. Le groupe termine l'année en France où il donne 3 spectacles avec Jacques Higelin.

Le 3 avril 1980, le groupe se produit en vedette devant une foule de 10 000 personnes au Forum de Montréal avec le bluesman John Mayall. Ironiquement, le même soir, Bob Dylan débute une série de 3 spectacles au Théâtre St-Denis. Offenbach devient le premier groupe québécois à se produire au Forum. Le groupe effectue ensuite une tournée en France avec Bernard Lavillier, tournée pendant laquelle le groupe doit demander les services du batteur d'April Wine, Jerry Mercer, suite à des problèmes de santé de Harrison. À l'été, Offenbach partage la vedette à la Place des Nations de Montréal avec le légendaire Chuck Berry, spectacle qui tourne au vinaigre étant donné le sale caractère de Berry qui ne veut pas jouer avec eux et quitte avant la fin du spectacle. Au gala de l'ADISQ, Offenbach remporte les Félix de "Groupe de l'année", "Album rock de l'année pour Offenbach en Fusion" et "Spectacle de l'année pour Offenbach au Forum". Leur 2e album en anglais, Rock Bottom, est lancé simultanément au Québec et en France dans l'indifférence la plus totale.

L'année 1981 voit la parution de l'album Coup de foudre!!, un album encensé par la critique qui connaîtra un immense succès. Ils partent ensuite en tournée à travers le Québec avec Garolou et Zachary Richard, tournée organisée par le magazine Québec-Rock. Cette immense caravane transporte 200 000 watts de lumière et de son dans 23 villes dont le point culminant est le 4 juin au Forum devant une foule de 10 000 personnes en compagnie de Joe Cocker (qui s'était joint à la caravane pour les spectacles de Québec, Sherbrooke et Montréal).

 

En 1982, Offenbach change à nouveau de gérant et Pat Martel (ex-Aquarelle) se joint au groupe à la batterie. Après une série de spectacles dans des clubs de la province (malgré leur immense popularité) et la parution de l'album Tonnedebrick en 83, ils se joignent à Plume Latraverse et présentent la tournée À fond d' train dans 27 villes et devant 90 000 personnes avant de clôturer la tournée au Forum encore une fois le 17 septembre 1983. Un album en concert enregistré lors de cette tournée est mis sur le marché.

 

En 1985, le groupe lance Rockorama, son dernier album studio, avec Michel Rivard comme collaborateur aux textes, entre autres sur le succès "Seulement qu'une aventure". C'est John McGale, lui qui prend de plus en plus de place au sein du groupe, qui en écrit la plupart des musiques. Gerry décide que l'aventure Offenbach est maintenant terminée et les 2 spectacles qui suivront seront des concerts d'adieux: 1 au Colisée de Québec et 1 au Forum de Montréal. Le 1er novembre 1985, Offenbach donne donc son dernier spectacle devant une foule en délire au Forum de Montréal. Le dernier show remportera le Félix de spectacle rock de l'année au gala de l'ADISQ de 1986 et un album de ce concert sera mis sur le marché et connaîtra beaucoup de succès.

 

Les membres du groupe travaillent ensuite à des projets chacun de leur côté. Gerry poursuit une carrière solo très profitable jusqu'à son décès en 1990. Breen Leboeuf met sur le marché 3 albums dans les années 90 après avoir participé au projet Buzz Band avec John McGale. Celui-ci fait de nombreuses tournées dans les bars, participe à différents projets, met sur le marché un album solo en concert et enregistre 3 albums en compagnie de Toyo. Pat Martel poursuit une carrière de musicien accompagnateur, entre autres avec Carole Ann King. Et Johnny Gravel, seul membre fondateur à avoir tenu le coup avec Gerry, participera à différents projets, fera partie du groupe Patriotes avant d'entreprendre une tournée en solo avec IDFX, un groupe de Québec. Parallèlement, Pierre Harel avait formé le groupe Corbach qui a enregistré 2 albums au milieu des années 90.

 

En 1992, un projet de réédition du répertoire du groupe sous forme audionumérique voit le jour. Les coffrets 1-3-5 et 2-4-6 sont mis sur le marché et ils deviennent la plus colossale entreprise du genre au Québec. Ils le demeureront jusqu'à la parution de l'intégrale Heureux qui comme Félix consacrée à l'oeuvre et l'histoire de Félix Leclerc, 8 ans plus tard. À partir de 1995, l'oeuvre de réédition se poursuit avec la série Les incontournables qui présentera 4 albums en 4 ans (Rock de v'lours, Blues, Rock et En fusion avec Vic Vogel). On met également sur le marché Le dernier show en format DVD, une autre première dans le monde du rock québécois. Il sera réédité dans le coffret L'ultime Offenbach en 2007.

 

En 1997, les membres restants d'Offenbach qui ne faisaient pas partie de Corbach se sont réunis pour une tournée de près de 2 ans dans des clubs à travers le Québec. Ils ont demandé les services du chanteur Martin Deschamps dont la voix rappelait beaucoup celle de Gerry. Celui-ci poursuit depuis ce temps une carrière solo et remporte beaucoup de succès.

 

En 1999, la nouvelle maison de disques Clé de fa lance sa première production: l'album récapitulatif d'Offenbach Les 20 plus grands succès. Le volume 2 allait paraître en 2002.

 

En 2001, 2 concerts exceptionnels sont mis sur pied à Trois-Rivières et Québec pour une nouvelle version de "Offenbach en fusion" avec le chanteur Justin Boulet, le fils de Gerry, et une section de 9 cuivres sous la direction de Jean-Pierre Zanella. Lors d'un concert bénéfice au Centre Bell pour venir en aide aux victimes du 11 septembre 2001, Offenbach est invité à se joindre à plusieurs vedettes internationales, dont Céline Dion. Les membres originaux Roger Belval et Michel Lamothe reviennent pour l'occasion avec Pierre Harel pour accompagner le survivant Johnny Gravel et John McGale, créant ainsi un lien entre les différentes générations du groupe.

 

En 2002, pour fêter le 30e anniversaire de la Messe des morts à l'Oratoire St-Joseph, les 5 gars se retrouvent à nouveau, accompagnés cette fois de Breen Leboeuf, Michel Bissette (orgue) et Bob Champoux (guitare) pour un spectacle grandiose diffusé en direct sur CKOI. Le groupe remet ça pour le méga spectacle de la fête du Canada à Ottawa le 1er juillet avec la participation de Justin Boulet.

 

En 2004, Musique Plus réalise une émission spéciale pour souligner le 25e anniversaire de Traversion, le meilleur album du groupe. Plusieurs chanteurs, dont Éric Lapointe, Martin Deschamps, Patrick Norman, Nanette Workman, Justin Boulet et Bob Walsh, défilent pour interpréter des chansons de l'album. Cette année-là, le groupe participe également au spectacle de clôture des Francofolies de Montréal avec le Vic Vogel Big Band et les invités spéciaux Boom Desjardins, Dan Bigras et Martin Deschamps.

 

En 2005, Offenbach retourne en studio sous la direction de John McGale pour enregistrer une version acoustique avec Martin Deschamps de leurs plus grands succès. La sortie de l'album coïncide avec un spectacle au Centre Bell le 1er avril 2005 pour souligner le 25e anniversaire du premier concert d'Offenbach au Forum le 3 avril 1980. Michel Pagliaro et April Wine en sont les artistes invités. Le groupe part ensuite en tournée estivale avec le Vic Vogel Big Band.

 

En 2007, on met sur le marché L'ultime Offenbach, un coffret en édition limitée de 2 CD et 1 DVD. Les CD contiennent les 38 plus grands succès du groupe en carrière, alors que le DVD nous permet de voir à nouveau Le dernier show au Forum de 1985 en version intégrale, pour la première fois avec son surround 5.1. Suite à la sortie de ce coffret, une nouvelle tournée est prévue pour 2008.

 

Richard Dion

 

 

Gerry Boulet - Pierre Harel et Corbeau - Breen Leboeuf

 

 

 

 

 

     

 

Musicomania.ca - Votre guide musique !

Copyright © 2002-2015, Musicomania.ca. Tous droits réservés. Courriel