Recherche personnalisée sur tout Musicomania.ca

 

 

 

pour CHERCHER dans cette page

 

JUIN 2016

 

Chronique principale :  Beyoncé    Découverte du mois :  Michelle Willis

 

Spécial Fête du Canada (plus à venir) :

Barenaked Ladies - Brandi Disterheft - Jadea Kelly - Janie Renée - The Tragically Hip

Chroniques précédentes :  Megan Bonnell - Jim Bryson - Basia Bulat - Drake - Ron Hawkins - Lights -

Tim Moxam - Meghan Patrick - Radio Radio - HEather Rankin - Royal Tusk - Andy Shauf -

The Small Glories - The Strumbellas - White Lung - Royal Wood - Yes We Mystic

 

24-30 juin :

The Dead Ships - Margaret Glaspy

 

Spécial Fête nationale du Québec :

Guillaume Arsenault - Manon Bédard - Yves Lambert Trio - Félix Soude

Chroniques précédentes :  Mathieu Bérubé - Maryanne Côté - D-Track -

Frédéric Giroux - Laurence Jalbert - Marie-Annick Lépine - François Léveillée -

Renée Martel & Patrick Norman - Karim Ouellet - Jonathan Painchaud -

Yann Perreau - Marie-Ève Roy - RYMZ - Richard Séguin - Steve Veilleux -

Marie-Chantal Toupin - Sept Jours en Mai

En bref :  Claude Léveillée - Simon Leblanc (humour)

 

17-23 juin :

The Joy Formidable - Adam Karch - The Low Anthem

 

Spécial Fête des Pères :

Eric Clapton - Monkees - Mudcrutch - Paul Simon -

Train - Cuong Vu - Pat Metheny - The Cars

En bref :  Beach Boys - Paul McCartney - Alligator Records - Jeux D'Eau - Verve Records

 

10-16 juin :

Frankie Ballard - Fitz and the Tantrums - Handclaps - Cynthia Harvey - West Trainz

 

3-9 juin :

Claypool Lennon Delirium - Dan + Shay - Paul Deslauriers Band - Brad Mehldau Trio

 

1-2 juin :

Champion - Alexe Gaudreault - Goo Goo Dolls - Ariana Grande - Kevin Parent -

Blake Shelton - Teleman - David Thibault - My Morning Jacket - The Angry Birds Movie

 

Chroniques à venir le mois prochain :

Radiohead - Red Hot Chili Peppers - Tegan and Sara - Garbage -

Neil Young - Allen Toussaint - Amélie Veille - Guylaine Tanguay

et beaucoup plus...

 

Légende pour les étoiles

 

ARCHIVES :

 

       

 

         

         

         

 

       

     

 

 

Achetez votre musique sur CD Universe!

 

 

CHRONIQUE PRINCIPALE :

 

 Beyoncé – Lemonade

Beyoncé Lemonade

Le sixième album de Beyoncé a été devancé par une présence remarquée à la mi-temps du Super Bowl il y a quelques mois, créant du même coup une certaine attente. Sur Lemonade, Beyoncé ne sent définitivement pas le besoin de plaire à tout prix et d’envahir les radios commerciales. Elle se concentre plutôt à faire ce qu’elle sait faire de mieux : produire des chansons remarquables par leur créativité et démontrant la personnalité forte de la femme. Elle défend avec conviction les femmes noires, tout en dénonçant les infidélités des hommes, mais elle prend aussi position socialement et politiquement. Elle évite quand même tous les clichés et réussit à surprendre musicalement en plusieurs occasions, comme par exemple dans « Don’t Hurt Yourself » où elle est accompagnée de Jack White qui amène Beyoncé dans des territoires inexplorés jusque-là. Après une construction constante, l’album se conclut en force avec les incontournables « Freedom », « All Night » et « Formation ». Les artistes invités incluent The Weeknd, Kendrick Lamar et James Blake. On peut voir un côté plus sombre de l’artiste sur Lemonade, mais il s’agit d’un ajout de grande importance, voire essentiel, à sa discographie. Quelques écoutes sont fortement suggérées, mais Lemonade figurera assurément parmi les meilleurs albums de l’année.

Vidéoclip : « Formation »

   

     

 

 

 

 

DÉCOUVERTE DU MOIS :

 

 Michelle Willis – See Us Through

Michelle Willis See Us Through

Née en Angleterre, Michelle Willis a grandi à Toronto. Elle a perfectionné son art grâce à de nombreuses collaborations (notamment Iggy Pop) et grâce à son travail en tant que claviériste de studio. Elle joue toujours dans différents groupes, mais elle présente finalement son tout premier album solo, See Us Through. Véritable album d’auteure-compositrice, il inclut un son folk rock centré sur les claviers, une musique plutôt douce qui réussit rapidement à capter notre attention grâce à de très belles mélodies. Un album remarquable!

GroundUP / Universal

½

   

 

Spécial DU cANADA :

 

 Jadea Kelly – Love & Lust

Jadea Kelly Love & Lust

Jadea Kelly avoue candidement que ce troisième album a été son plus difficile à créer, de par son contexte sombre sur fond d’infidélité et de rupture amoureuse. Malgré le dur processus par lequel a dû passé Jadea, Love & Lust brille par son honnêteté, son intensité et toute l’émotion qui s’en dégage. En fait, l’artiste ontarienne semble avoir atteint le summum de sa carrière en tant qu’auteure-compositrice. Elle présente un mélange agréable de musique folk et d’indie pop contemporaine, tel un amalgame entre Patsy Cline et Feist. Voici donc un album à découvrir!

Fontana North

½

   

 

Janie RenéeL’Éden est un bazar

Originaire de l’est de l’Ontario, Janie Renée se produit non seulement au Canada, mais aussi dans les Caraïbes françaises, en Autriche et en France. L’Éden est un bazar est son deuxième album, après Les valises paru il y a 4 ans. L’auteure-compositrice et interprète propose des pièces originales sur fond de jazz, de swing, de bossa nova et d’autres danses latines. Ses textes sont colorés avec souvent une touche humoristique. Les cuivres et percussions occupent une place importante sur l’album ce qui lui donne une certaine richesse. Même si la musique latine n’est jamais bien loin, plusieurs chansons s’inspirent directement de Paris et de la chanson française en général. C’est un album chaleureux que nous propose Janie Renée avec L’Éden est un bazar.

 Megan Bonnell – Magnolia

Megan Bonnell Magnolia

Après un premier album d’une grande efficacité avec Hunt and Chase, la jeune artiste ontarienne revient avec un disque plus abouti sur lequel elle étend un peu son champ d’action avec de solides mélodies pop sur un fond variant entre folk, indie pop et musique alternative plus adulte. Elle augmente son niveau de créativité en assumant sa propre personnalité et en offrant un album qui n’appartient qu’à elle. Un très bel accomplissement pour cette jeune artiste au talent infini... Et quel plaisir que d’entendre sa voix à nouveau! (avril 2016)

Maple / Universal

½

   

 Jim Bryson – Somewhere We Will Find Our Place

Jim Bryson Somewhere We Will Find Our Place

L’auteur-compositeur et interprète natif d’Ottawa s’est fait une renommée avec son style country alternatif unique au Canada. Absent sur disque depuis quelques années, le voici de retour avec Somewhere We Will Find Our Place. Il s’agit d’un album de 10 pièces totalisant 39 minutes qui présente plusieurs bonnes compositions à tendance folk. Tout au long de l’album, sa voix semble nous souffler à l’oreille ses douces mélodies, ce qui est bien agréable. Il ne révolutionne assurément pas le genre, mais figure tout de même parmi les artistes les plus intéressants de la scène country folk canadienne actuelle. (mars 2016)

Maple / Universal

   

 Basia Bulat – Good Advice

Basia Bulat Good Advice

La chanteuse indie pop de Toronto présente son quatrième album avec Good Advice. Elle a décidé pour l’occasion de confier la réalisation du disque à son ami et collaborateur Jim James (My Morning Jacket) et elle s’est même rendue en voiture jusqu’à son studio de Louisville au Kentucky. Moins folk que ses œuvres précédentes, l’album contient une guitare électrique, des synthétiseurs et une section rythmique qui appuient un peu plus sa voix charmante. Elle présente donc un son plus pop, comme si elle sortait enfin de sa coquille pour montrer ce qu’elle peut vraiment faire avec sa voix, tant en émotion qu’en puissance. Assurément son disque le plus accessible à ce jour, Good Advice présente aussi Basia Bulat sous son meilleur jour. Un excellent album par une artiste au sommet de son art! (mars 2016)

Secret City / SIX

½

   

 Drake – Views

Drake Views

Attendu depuis longtemps, voici enfin le nouvel album du rappeur torontois. Malheureusement, Views laisse rapidement l’impression d’un pétard mouillé. D’abord, il semble ne jamais démarrer avec l’interminable « Keep the Family Close » de 5 minutes 30. Ensuite, il y a un manque évident de mélodies accrocheuses, le son semble parfois dépassé et surtout, on sait qu’on a 20 titres pour un total de 81 minutes devant nous! Même le plus patient des fans peinera à se rendre jusqu’au bout de cette épreuve, mais c’est quand même à la toute fin que se trouvent probablement les meilleurs moments avec la chanson-titre et le succès « Hotline Bling ». Le seul autre passage divertissant arrive à la 16e piste avec « Too Good », un duo avec Rihanna à tendance dancehall. On le dit souvent, mais la base même de la musique est de procurer du plaisir. Quand ça devient ardu, c’est que c’est raté… Même au niveau des textes Drake revient avec son thème récurrent de ses histoires d’amour qui ne mènent nulle part. Ça intéresse qui? Drake a connu un succès à ses débuts qui a créé un engouement autour de lui. Mais franchement, il serait probablement temps d’en revenir, puisqu’il prouve de plus en plus qu’il ne peut se comparer aux meilleurs Américains (Kendrick Lamar et cie). (juin 2016)

Vidéoclip : « Hotline Bling »

Republic / Universal

   

 Ron Hawkins – Spit Sputter and Sparkle

Ron Hawkins Spit Sputter and Sparkle

Le chanteur de Toronto est surtout connu en tant que leader du groupe The Lowest of the Low, mais il compte aussi son lot d’albums solo dont les excellents Greasing the Star Machine (1998) et Crackstatic (2000). Sur ce nouveau disque, il présente un excellent mélange de rock alternatif et de rock plus classique, flirtant occasionnellement avec le rockabilly (« Strum and Drag »). Il offre quelques très bonnes compositions qui nous obligent à taper du pied. Par contre, l’ensemble peut s’avérer quelque peu inégal avec des chansons franchement ennuyantes. (mars 2016)

Pheromone / Universal

   

 Lights – Midnight Machines

Lights Midnight Machines

La chanteuse ontarienne a encore une fois décidé sur Midnight Machines de laisser tomber sa dimension électronique pour plutôt offrir un album acoustique. Une tradition qu’elle perpétue désormais à chacun de ses albums, il s’agit surtout de relectures de pièces de Little Machines paru en 2014, ainsi que deux nouvelles chansons : « Follow You Down » et « Head Cold ». Il n’y en a que huit en tout pour un total avoisinant les 40 minutes. Une section de cordes vient ajouter de la richesse et de la magie à l’album qui réussit à nous conquérir rapidement par son atmosphère chaleureuse. En fait, on pourrait même dire que Lights est à son meilleur dans ce contexte. Un bien beau disque! (mai 2016)

Vidéoclip : « Meteorites »

Interscope / Universal

½

   

 Tim Moxam – Soft Summer

Tim Moxam Soft Summer

Suite à la séparation des Great Bloomers, le chanteur canadien s’est lancé dans une carrière solo dont voici le premier album. Accompagné de sa guitare acoustique, Tim Moxam présente un très beau mélange entre musiques folk et country rock. Soft Summer contient des chansons grandement personnelles dont plusieurs vivent depuis longtemps déjà ayant été remodelées plusieurs fois. Moxam a enfin pu les compléter et nous les offrir sur disque. Même si ces pièces datent de différents moments de sa vie, il a réussi à en faire un tout cohérent, cimenté par sa personnalité unique. Si vous aimez le genre country folk, l’ensemble tout en douceur s’écoute à merveille. (mai 2016)

Vidéoclip : « Bones »

Fontana North

   

 Meghan Patrick – Grace & Grit

Meghan Patrick Grace & Grit

Meghan Patrick est une chanteuse country ontarienne qui arrive avec son tout premier album, Grace & Grit. Elle a débuté en tant que chanteuse du groupe bluegrass The Stone Sparrows. Elle propose un country pop contemporain grandement énergique, auquel s’ajoute sa voix puissante. Parmi les collaborateurs à l’album, notons Chad Kroeger qui a co-écrit et réalisé plusieurs titres dont le premier extrait, « Bow Chicka Wow Wow ». On retrouve aussi Joe Nichols qui chante en duo avec Meghan sur « Still Loving You ». C’est un premier album très réussi que nous offre Meghan Patrick, elle qui risque fort de devenir la prochaine Shania Twain. (mai 2016)

Vidéoclip : « Bow Chicka Wow Wow »

Warner

   

 Radio Radio – Light the Sky

Radio Radio Light the Sky

Le duo électro-rap acadien nous arrive avec son cinquième album, mais cette fois-ci, totalement en anglais. Même si leur musique s’adapte magnifiquement à la langue de Shakespeare, on appréciait particulièrement leur singularité lorsqu’ils s’exprimaient en chiac. Sur Light the Sky, Radio Radio semblent décidés plus que jamais à nous faire danser, avec des rythmes concoctés sur mesure pour les planchers de danse. L’arrivée de deux beatmakers talentueux en Shash’U et J.u.D. pour remplacer Arthur Comeau ajoute sûrement à cette ambiance festive pleine d’énergie. Malgré cette énergie débordante, Radio Radio réussit moins à capter notre attention sur ce nouvel album qui semble un peu trop s’intégrer à la masse des enregistrements du genre. Les gars de Radio Radio peuvent très bien s’exprimer en anglais s’ils le désirent, mais quelques morceaux en chiac devraient toujours faire partie de leur univers, puisque c’est là qu’ils brillent véritablement. (mars 2016)

Vidéoclip : « My Dance Floor »

Bonsound

   

 Heather Rankin – A Fine Line

Heather Rankin A Fine Line

Heather Rankin fait partie de la célèbre famille Rankin originaire du Cap-Breton en Nouvelle-Écosse, qui a fait la pluie et le beau temps sur la scène folk canadienne dans les années 1990 avant de se séparer en 1999. Heather a poursuivi une carrière d’actrice et elle présente maintenant l’album A Fine Line. On retrouve toujours quelques traces du folk celtique qui a caractérisé la musique de sa famille, mais avec une direction beaucoup plus pop adulte. Elle renoue avec sa sœur Cookie et son frère Jimmy le temps d’une chanson, « We Walk As One ». On peut aussi entendre Quake Matthews sur sa reprise de « Everybody Wants To Rule the World » de Tears For Fears. Réalisé par David Tyson, qui collabore aussi à l’écriture de plusieurs chansons, A Fine Line offre quelques moments intéressants, sans grandes surprises. (avril 2016)

Back Street / Maple

   

 Royal Tusk – Dealbreaker

Royal Tusk Dealbreaker

Royal Tusk est un groupe d’Edmonton qui présente son premier album complet. Réalisé par Eric Ratz (Big Wreck, Monster Truck, Arkells, Billy Talent), Dealbreaker offre un son rock contemporain énergique. Leur côté rock ‘n’ roll n’est pas sans nous rappeler Billy Talent en plusieurs occasions. Ils ont aussi une énergie à la Collective Soul, un groupe pour qui ils font d’ailleurs quelques premières parties de spectacles. Sans déborder d’originalité, Royal Tusk proposent une musique entraînante et divertissante. (mai 2016)

Vidéoclip : « Fever »

Cadence / Universal

   

 Andy Shauf – The Party

Andy Shauf The Party

Le jeune auteur-compositeur et interprète de Regina en Saskatchewan s’inspire autant de Neil Young que d’Elliott Smith et de Wilco. Par contre, il réussit à créer son propre univers grandement fantaisiste sur The Party. Il propose une musique pop sophistiquée, généralement acoustique, mais aux arrangements tout de même riches. Certains titres se démarquent du lot comme « The Magician » et « The Worst in You », mais l’ensemble devrait être écouté attentivement à quelques reprises pour être totalement assimilé. La récompense n’en sera que meilleure puisqu’il s’agit certainement de l’un des meilleurs albums canadiens à paraître depuis le début de 2016. À découvrir! (mai 2016)

Arts & Crafts / SIX

½

   

 The Small Glories – Wondrous Traveler

The Small Glories Wondrous Traveler

The Small Glories est un duo folk de Winnipeg au Manitoba qui lance son tout premier album. Cara Luft et JD Edwards nous livrent une musique folk acoustique avec une grande maîtrise de leurs instruments : guitare, banjo et voix. Les deux pourraient fort bien faire carrière chacun de leur côté, mais quand ils s’unissent, la magie opère et ils deviennent un tandem puissant. Réalisé par Neil Osborne (54-40), le disque enregistré « live to tape » met magnifiquement en valeur le talent des deux musiciens, leurs harmonies vocales et la qualité de leurs compositions. Voici un excellent album folk, assurément l’un des meilleurs de l’année jusqu’à maintenant! (mars 2016)

½

   

 The Strumbellas – Hope

The Strumbellas Hope

Le groupe indie de Toronto ne pensait certainement pas envahir les radios avec un succès instantané. C’est pourtant ce qui est arrivé avec le premier extrait de Hope, « Spirits », une chanson pop rock totalement inoubliable. Simon Ward et sa bande ont définitivement réussi à produire leur véritable hymne qu’ils devront interpréter le reste de leur carrière. Le reste de l’album offre un mélange d’indie pop, de folk et de rock. D’autres titres se comparent avantageusement à « Spirits ». C’est le cas notamment pour la suivante, « Shovels & Dirt », dont le refrain avec un chœur possède le même potentiel accrocheur. The Strumbellas présentent dans l’ensemble un album qui crée une dépendance et vous fera certainement chanter en chœur. (mai 2016)

Vidéoclip : « Spirits »

Six Shooter / Universal

½

   

 White Lung – Paradise

White Lung Paradise

Après 10 ans de carrière, le groupe indie rock de Vancouver semble enfin véritablement prendre son envol avec ce quatrième album. Dynamique à souhait, Paradise capte rapidement notre attention avec des rythmes accrocheurs, malgré un son rock qui n’a rien de conventionnel. Leurs racines punk et noise ne sont en effet jamais bien loin, avec aussi quelques expérimentations à la guitare, qui voyage entre punk et métal. La voix de Mish Barber-Way se démarque tout au long du disque, malgré une guitare grinçante et une section rythmique remarquable. Les influences de Hole et des Pixies sont évidentes, mais White Lung semblent avoir enfin trouvé leur propre voie. Dommage qu’on ait seulement droit à 10 pièces totalisant 28 minutes. Pas le choix : il faut le réécouter en boucle, mais ce sera avec un véritable plaisir! Un superbe album, très divertissant! (mai 2016)

Vidéoclips : « Hungry » - « Below »

Domino

½

   

 Royal Wood – Ghost Light

Royal Wood Ghost Light

L’auteur-compositeur, chanteur, multi-instrumentiste et réalisateur de Toronto a pratiquement tout fait sur son nouvel album, jusqu’à la coréalisation avec Bill Lefler. Les seules autres collaborations sont celles de Hannah Georgas et Felicity Williams (Bahamas). Grâce à très peu d’assistance électronique, Ghost Light demeure essentiellement organique et chaleureux. Wood explore diverses sonorités de guitares et de percussions, y ajoutant du piano et des orchestrations, ce qui en fait une musique pop rock d’une grande richesse et extrêmement variée. Le premier extrait, « Long Way Out », en donne un excellent aperçu, mais c’est le cas tout au long des 13 titres. Avec Ghost Light, Royal Wood donne un nouveau souffle à sa carrière en prenant l’avant-scène du pop rock canadien. Un disque surprenant et combien agréable! (avril 2016)

Vidéoclip : « Long Way Out »

Cadence / Universal / SIX

½

   

 

Yes We Mystic Forgiver

Forever est le premier album du groupe indie rock de Winnipeg, Yes We Mystic. Le groupe propose un mélange de brit pop à la Radiohead et Coldplay avec une musique indie introspective montréalaise comme Patrick Watson et Wolf Parade. L’album a d’ailleurs été réalisé par Jace Lasek qui a travaillé avec les deux derniers. Le groupe intègre aussi d’autres influences comme du folk et de la musique pop orchestrale qui peut parfois rappeler Arcade Fire. C’est un premier disque surprenant et vraiment intéressant qui nous est offert par Yes We Mystic, un groupe à surveiller de très près. (mai 2016)

½

 

24-30 juin :

 

The Dead Ships – Citycide

The Dead Ships Citycide

The Dead Ships est un trio de rock garage de Los Angeles qui présente son premier album, après trois ans de tournée intensive un peu partout en Amérique. Ils possèdent des influences certaines de The Strokes, mais aussi des Pixies, avec un son axé sur une guitare électrique énergique et puissante. Ils ne révolutionnent certainement pas le genre, mais c’est plutôt agréable d’entendre un son rock pur en 2016, alors que les amalgames de styles ont la cote. Citycide est un album honnête et efficace qui offre quelques très bons moments.

Vidéoclip : « Big Quiet »

Nevado

 

Margaret Glaspy – Emotions and Math

Margaret Glaspy Emotions and Math

La Californienne d’origine maintenant établie à New York présente un superbe mélange de chansons introspectives sur un fond rock cru et passablement agressif. Sa guitare domine en de nombreuses occasions, comme pour affronter en duel sa voix posée. Margaret cite des influences de Weezer et on peut en effet reconnaître le style du groupe dans sa façon de jouer la guitare à plusieurs moments. Par contre, là s’arrêtent les comparaisons puisqu’elle s’avère généralement beaucoup plus introspective avec une Fiona Apple par exemple qui peut nous venir en tête. Des influences blues sont aussi évidentes à d’autres moments. C’est donc un premier album très réussi que nous offre la chanteuse américaine.

ATO

½

   

 

Spécial Fête nationale du Québec :

 

 Guillaume Arsenault – De l’autre côté des montagnes

Guillaume ArsenaultDe l’autre côté des montagnes

Le Gaspésien présente déjà son cinquième album, un disque mélodieux, tendre et intimiste. Guillaume Arsenault demeure toujours près de la nature qui fait partie intégrante de son œuvre. Il a d’ailleurs fait le pari audacieux de demeurer dans sa Gaspésie natale pour poursuivre sa carrière, malgré un public restreint et dispersé, ainsi que l’éloignement géographique et professionnel. Avec De l’autre côté des montagnes, Arsenault propose un album empli d’amour, tant pour la nature que pour la femme de sa vie, avec des parallèles fréquents entre les deux. Voici donc un très bel album qui réussit à nous faire sentir la fraîcheur de la nature gaspésienne.

Productions de l’arbre / SIX

½

 

 Manon Bédard – Née Country

Manon Bédard Née Country

Avec Née Country, la yodleuse et chanteuse présente son sixième album en carrière, mais son premier en sept ans. Manon Bédard offre 12 chansons country inspirées de son parcours, dont la pièce-titre, sa première composition personnelle. On peut aussi découvrir trois chansons originales écrites par Paul Daraîche et Daniel Laquerre. Parmi les autres morceaux, on peut entendre des classiques d’Angèle Arsenault (« Je veux toute toute la vivre ma vie »), Paul Dwayne (« Ma p’tite guitare »), Ginette Reno (« Des croissants de soleil »), Stéphane Venne (« Il était une fois des gens heureux »), et même de Roger Miron (« Hommage au cowboy »). Réalisé par Stéphane Dufour et André Rondeau, l’album présente de très beaux arrangements intégrant du violon et du banjo. Surtout, il dégage une joie de vivre unique à la chanteuse, pour un album qui fait du bien.

Prod2

 

 Yves Lambert Trio – Laissez courir les chiens

Yves Lambert Trio – Laissez courir les chiens

Yves Lambert est de retour en formule trio en compagnie de Tommy Gauthier (violon, mandoline, guitare, voix et pieds) et Olivier Rondeau (guitares acoustique et électrique, banjo, voix). Le trio réinvente la musique traditionnelle québécoise, intégrant des auteurs et compositeurs contemporains, ainsi qu’une sonorité du 21e siècle mise en valeur par une réalisation impeccable. Comme il le fait si bien depuis 40 ans, Yves Lambert poursuit sa démarche de faire évoluer avec fierté la musique traditionnelle d’un Québec en changement constant. Certaines pièces sont franchement ancrées dans leur époque, comme « Dans le bayou St-Laurent » qui traite de pipeline et d’environnement, ainsi que « Suite pour Justin » qui évoque le nouveau Premier Ministre Justin Trudeau et ses promesses ensoleillées. On peut aussi détecter des influences d’ailleurs, que ce soit d’Irlande ou d’Écosse. Encore un très bon disque par Yves Lambert et ses acolytes!

La Prûche Libre / SIX

½

 

 Félix Soude – L’âge que j’ai

Félix SoudeL’âge que j’ai

Découvert au Festival de la chanson de Petite-Vallée en 2007, le natif de Gaspé a parcouru les routes du Québec, du Nouveau-Brunswick et même de la France au cours des dernières années. Félix Soude propose un son unique fusionnant des influences folk, blues et country avec des moments rappelant le punk ou à l’autre extrême, la chanson française. Il peut nous rappeler Dédé Fortin, Plume Latraverse ou Mononc’ Serge, un mélange de chansonnier et de protestataire avec des textes engagés teintés d’humour. L’âge que j’ai est son deuxième album, le premier en cinq ans. Il y partage ses réflexions sur le couple (qu’il compare à une prison), le travail routinier et l’absence de grands rêves collectifs. Si vous aimez des textes grinçants livrés sans mettre de gants blancs, Félix Soude saura assurément vous séduire avec son folk trash entraînant.

½

 Mathieu Bérubé – Saudade

Mathieu BérubéSaudade

L’auteur-compositeur et interprète de Saint-Eustache présente son tout premier album avec Saudade. Il s’agit d’un album intimiste aux sonorités folk, avec une très belle poésie. Les superbes arrangements contribuent à mettre de l’avant la qualité de l’écriture de Mathieu Bérubé. L’album de 13 titres totalise 55 minutes, dont 8 minutes et 30 secondes pour la seule dernière pièce, la presque progressive « Parachute ». C’est un premier album impressionnant que nous offre ce nouveau visage des plus talentueux. Il réussit à se démarquer par son écriture dans un style qui a pourtant été largement exploité depuis longtemps. Mathieu Bérubé demeurera assurément un nom à se souvenir pour les années à venir. (mai 2016)

Ad Litteram / SIX

½

 Maryanne Côté – 1949

Maryanne Côté1949

La jeune auteure-compositrice et interprète présente un tout premier album dans le style folk teinté de pop rock. Elle s’est d’abord fait découvrir en présentant ses compositions guitare à la main sur diverses plateformes web. De sa voix soul et mélancolique, Maryanne Côté possède une façon unique de livrer des textes sincères bien de sa génération. Dans le premier extrait, « Ma petite sœur », elle exprime tout ce qu’elle n’a jamais pu dire à sa sœur. Avec « Ton nom », ce sont ses blessures d’une ancienne relation qui refont surface avec une mélodie extrêmement accrocheuse. Quant à la chanson-titre, elle permet à Maryanne de se dévoiler et de livrer ses états d’âme. L’album a été réalisé par Hubert Maheux (Rémi Chassé), et on y retrouve les collaborations de Miro Belzil (Blé) pour la musique de « C’est avec ça que j’ai grandi », ainsi que Bobby John (Olivier Dion, Serena Ryder, Andie Duquette, Sarah May) pour la composition de « Ton nom » et « Coule ». (mai 2016)

Kay

½

 D-Track – Message texte à Nelligan

D-TrackMessage texte à Nelligan

Après des détours par le slam et la photo, le rappeur originaire de Gatineau maintenant établi à Montréal revient au rap de ses débuts. Il se différencie par la richesse de ses textes et de ses arrangements musicaux, même si des rimes faciles viennent parfois réaliser une cassure avec l’ensemble. Son débit peut aussi nous ennuyer par moments par sa redondance. À noter les collaborations d’Ogden (Alaclair Ensemble) et de Dramatik (Muzion). Malgré ses quelques faiblesses, Message texte à Nelligan brille par sa créativité, avec des influences jazz et funk. Il permettra certainement à D-Track de se maintenir parmi les meilleurs rappeurs au Québec. (mai 2016)

Coyote

 

 Frédéric Giroux – Le deuxième souffle

Frédéric Giroux – Le deuxième souffle

Ce membre fondateur de Mes Aïeux a profité de la pause du groupe pour travailler à son premier album solo. Frédéric Giroux présente 10 chansons originales aux sonorités folks dans lesquelles il se dévoile et fait part de ses préoccupations, ses réflexions sur l’existence et la quête du bonheur. Entouré d’une nouvelle équipe de collaborateurs, dont Denis Ferland à la direction artistique, il s’éloigne des sentiers battus par son groupe. Il se fait aider par l’auteur Daniel Beaumont pour quatre textes, ainsi que par Julie Ménard pour « Face au nord » et Marc-André Paquet pour « Des cendres dans la tête ». Par contre, Giroux signe toutes les musiques, qui peuvent parfois s’approcher du répertoire de Mes Aïeux, mais tirent généralement une ligne avec le passé. Le premier extrait, « T’es belle à voir aller », rend hommage à sa fille atteinte de fibrose kystique, et elle ne laisse personne indifférent. Avec ce premier disque, Frédéric Giroux trouve effectivement un « deuxième souffle » plus qu’intéressant à sa carrière. Un excellent album! (avril 2016)

Victoire

½

 

 Laurence Jalbert – Ma route

Laurence JalbertMa route

Pour son nouvel album après avoir fêté ses 40 ans de carrière, Laurence Jalbert fait encore une fois confiance au réalisateur et guitariste Rick Haworth, si habile pour faire ressortir les sonorités country qui lui sont chères. Sur Ma route, Laurence bénéficie de plusieurs collaborations précieuses à l’écriture des textes et de la musique dont Bourbon Gautier (pour 4 pièces), Dany Bédar, Sophie Nault, Danny Boudreau et Catherine Durand (pour la chanson-titre). Laurence signe elle-même 3 titres en compagnie du compositeur Jean-Philippe Lagueux. (mars 2016)

Musicor

 

 Marie-Annick Lépine – J’ai brodé mon cœur

Marie-Annick LépineJ’ai brodé mon cœur

La violoniste et multi-instrumentiste des Cowboys Fringants présente un deuxième album solo tout en douceur. C’est un disque touchant et apaisant qui s’adresse avant tout aux nouveaux parents et à leurs enfants. On y retrouve 13 chansons que Marie-Annick a écrites, mises en musique, réalisées et illustrées. Elle peut compter sur l’appui précieux de deux complices, Catherine Durand et Gaëlle, sans oublier Karl Tremblay, chanteur des Cowboys (et son amoureux), qui ajoute sa voix en plusieurs occasions. Les jeunes enfants risquent fort d’apprécier la voix douce de Marie-Annick et ses très belles mélodies. (mai 2016)

Vidéoclip : « J’ai brodé mon cœur »

La Tribu

 

 François Léveillée – La part des anges

François LéveilléeLa part des anges

Trois ans et demi après avoir fait un retour à la chanson sur Le deuxième rôle de ta vie, François Léveillée remet ça avec La part des anges, son cinquième album en carrière. L’auteur-compositeur et interprète (et humoriste à ses heures…) s’interroge sur l’amour à l’ère du virtuel, la génétique, etc., parfois avec humour mais souvent avec émotion. Il donne aussi des conseils à sa fille dans « Faut pas te décourager ». D’ailleurs, il interprète la chanson-titre avec sa fille Sarah Toussaint-Léveillé. François Léveillée présente certainement son album le plus personnel à ce jour. Malgré des arrangements sobres et doux, on peut entendre de belles orchestrations de cordes, du piano, de l’accordéon et une bonne dose de guitares acoustiques. Si vous avez apprécié son disque précédent, il devrait à nouveau vous séduire avec La part des anges. (avril 2016)

Orage

 

 Renée Martel & Patrick Norman – Nous

Renée Martel & Patrick NormanNous

Après 40 ans d’une profonde amitié, les deux légendes du country, Renée Martel et Patrick Norman, unissent enfin leurs voix sur un même album. Avec la collaboration du réalisateur et arrangeur Éric Goulet, le duo présente des chansons originales de Nelson Minville, Albert Babin, Luc De Larochellière et Michel Rivard. La thématique de l’album tourne autour de l’amitié, de la tendresse et de l’amour qui unit ces deux icônes de la musique québécoise. Sans égaler certaines œuvres précédentes des deux artistes, Nous procure avant tout le plaisir de voir ces deux légendes réunies pour la première fois sur un album de chansons originales. (mai 2016)

Martin Leclerc

 

 Karim Ouellet – Trente

Karim OuelletTrente

Après le succès du premier extrait, « Karim et le loup », voici enfin le nouvel album de Karim Ouellet, son troisième. Il est toujours accompagné par son ami Claude Bégin qui coréalise le disque, cosigne les musiques et joue de plusieurs instruments. Encore une fois, Ouellet réussit à présenter des musiques lumineuses accompagnant des textes plus tourmentés, traitant d’incertitude, d’amour à sens unique ou de la fragilité du temps. Avec « Karim et le loup », il fait un clin d’œil à l’œuvre intemporelle « Pierre et le loup » de Prokofiev, accompagné de la chorale de l’école l’Escale et du Plateau à Québec. Avec ce nouvel album, le jeune trentenaire s’interroge sur ce qui l’attend, puisque « tout ce qui monte va redescendre » comme il le dit si bien dans la chanson-titre. Par contre, l’auteur-compositeur et interprète ne semble pas sur le point de redescendre avec encore une fois un album à la hauteur de son talent. (avril 2016)

Coyote

½

 

 Jonathan Painchaud – La tête haute

Jonathan PainchaudLa tête haute

Après plus de 20 ans de carrière, Jonathan Painchaud présente son cinquième album solo, La tête haute. Il est un quarantenaire profondément heureux qui savoure pleinement la vie, et ça fait du bien à entendre. Musicalement, l’auteur-compositeur et interprète semble plus libre que jamais et il en résulte un album lumineux qui se déguste avec plaisir. Réalisé par son frère Éloi, La tête haute inclut bien sûr des chansons folk douces, mais des mélodies pop viennent rendre l’ensemble accessible à un large auditoire. Le Madelinot comblera à nouveau ses fans de longue date, même si le disque ne contient que 10 titres totalisant 31 minutes. (mai 2016)

L-A be / SIX

½

   

 Yann Perreau – Le fantastique des astres

Yann PerreauLe fantastique des astres

Pour son cinquième album, Yann Perreau nous fait visiter sa planète bien particulière. Le fantastique des astres offre un univers surprenant avec des élans dansants, presque latins ou à la Stromae. C’est le cas notamment pour le premier extrait, « J’aime les oiseaux », une véritable bouffée de fraîcheur. Très théâtral, c’est comme si Perreau avait pensé l’album en fonction d’une éventuelle comédie musicale. Il navigue de belle façon entre morceaux entraînants dominés par l’électro et des pièces plus touchantes dans lesquelles il rend hommage aux deux femmes de sa vie : sa mère (« À l’amour et à la mer ») et son amoureuse (« T’embellis ma vie »). Par contre, pour la première fois, Perreau semble se perdre entre sa poésie, ses prises de position et le désir du divertissement ultime. Il frappe donc dans toutes les directions, les yeux fermés, ce qui est déstabilisant et frustrant. Frustrant parce qu’on veut tant l’aimer ce cinquième opus, mais il nous laisse sur notre appétit. Réalisé par le mystérieux Tante Blanche, l’album inclut la participation de trois collaborateurs de talent : Pierre Kwenders, Inès Talbi et Laurence Nerbonne. (mai 2016)

Vidéoclip : « J’aime les oiseaux »

Bonsound

 

 Marie-Ève Roy – Bleu Nelson

Marie-Ève RoyBleu Nelson

La chanteuse, guitariste et pianiste Marie-Ève Roy fait partie du groupe punk Vulgaires Machins depuis près de 20 ans. Elle a profité d’une pause indéterminée du groupe pour exprimer sa propre musicalité et il en résulte ce premier album solo. Réalisé par Julien Mineau (Malajube, Fontarabie), le disque présente un mélange efficace entre pop rock, électro et pop atmosphérique avec des sons parfois rétro. On y sent une certaine mélancolie, mais surtout une libération de pouvoir livrer ses propres émotions sans avoir à se cacher derrière son groupe. Écrit en partie en Nouvelle-Zélande, Bleu Nelson est donc un album bien personnel, à l’image de sa créatrice. Un album de pop aérienne idéal pour nous faire voyager! (mars 2016)

Costume / SIX

½

 RYMZ – Petit prince

RYMZPetit prince

Le jeune MC de 27 ans possède une impressionnante feuille de route sur la scène hip hop québécoise. Avec Petit prince, il lance son deuxième album solo, deux ans après Indélébile. Les textes provocateurs et les compositions lourdes ne sont pas sans rappeler le rap américain. Véritable bête de scène, c’est dans ce contexte que la musique et le flow de RYMZ prennent tout leur sens, accompagné d’un DJ et d’un batteur. Pour ce nouvel album, le rappeur s’entoure de plusieurs collaborateurs, dont Souldia, Leïla Lanova et Maxime Gabriel. Les fans de rap québécois sauront assurément apprécier ce talentueux MC. (mai 2016)

Silence d'Or / SIX

 

 Richard Séguin – Les horizons nouveaux

Richard SéguinLes horizons nouveaux

Après plus de 40 ans de carrière, Richard Séguin présente son 14e album solo. On y trouve 11 chansons originales dont le premier extrait, « Le manteau ». L’auteur-compositeur et interprète s’entoure de fidèles complices musiciens en Hugo Perreault et Simon Godin aux guitares, Myëlle au violoncelle et Marc-André Larocque à la batterie. Il peut aussi compter sur des collaborateurs de renom : Bears of Legend sur « Quand on ne saura plus chanter », ainsi que Vincent Vallières et Patrice Michaud sur « Roadie », en hommage aux techniciens de scène. La poésie de Séguin témoigne toujours d’une grande préoccupation humanitaire. Et sa voix n’a pas vieilli, demeurant toujours aussi efficace après toutes ces années. Sans se réinventer, Séguin ne décevra certainement pas ses fans avec Les horizons nouveaux. (mai 2016)

Spectra

 

 Steve Veilleux – T’en souviens-tu encore, Godin?

Steve VeilleuxT’en souviens-tu encore, Godin?

Le chanteur et principal auteur-compositeur de Kaïn se permet pour la deuxième fois de présenter un album en solo. Cette fois-ci, il s’est plongé dans l’œuvre du député et poète Gérald Godin pour mettre en musique certains de ses poèmes et cantouques coups de poing, ainsi que de très beaux poèmes d’amour. Ce sont donc douze poèmes de Godin qui ont droit à une deuxième vie en musique. Veilleux assure aussi la coréalisation avec le multi-instrumentiste Davy Gallant. Les arrangements peuvent être parfois épurés, mais certains morceaux brassent passablement, question de bien accompagner les textes durs de Godin. Et si vous croyez que ce sont simplement des poèmes interprétés sur fond musical, détrompez-vous! Veilleux a su créer des musiques et des mélodies à part entière à partir des textes de Godin qui après tout avaient déjà leur part de musicalité. On peut aussi entendre quelques extraits de discours enflammés par Godin dans « Juin 68 ». Parmi les œuvres les plus célèbres présentées, notons le « Cantouque des hypothéqués », « Libertées surveillées » (traitant des arrestations arbitraires dont il a été victime en octobre 1970 avec sa conjointe Pauline Julien), ainsi que le fameux « T’en souviens-tu Godin? » (écrit en 1976 lors de son élection comme député du Parti Québécois). Avec cet album, non seulement Steve Veilleux rend un vibrant hommage à ce poète si près de ses racines et de la classe ouvrière, mais il transporte son œuvre à un autre niveau grâce à une musique de grande qualité, entraînante et divertissante. (avril 2016)

Introduction

R-Musik / SIX

½

 

 Marie-Chantal Toupin – Merci… Mes grands succès

Marie-Chantal Toupin Merci… Mes grands succès

Dans le cadre de ses 20 ans de carrière, Marie-Chantal Toupin a décidé de clore tout un chapitre avec cette compilation de ses plus grands succès qui s’ouvre avec une nouvelle chanson évocatrice, « Derrière soi ». La compilation se veut peut-être aussi salutaire pour l’artiste qui a connu sa part d’obstacles au cours des dernières années, mais qui peut constater avec fierté que tout n’a pas été que sombre en écoutant ces succès désormais incontournables du pop rock québécois. On y trouve en effet plusieurs chansons inoubliables comme « J’veux que tu saches », « Maudit bordel », « Soirée de filles » et « Comment j’pourrais te l’dire ». En plus de « Derrière soi », on retrouve une autre chanson inédite (« Merci ») dans le but de remercier ses fans qui ont toujours été présents pour elle. On y retrouve donc 16 titres en tout pour un total avoisinant les 60 minutes. Une bonne façon donc de faire un retour passablement complet sur la carrière de la chanteuse. (mars 2016)

Vidéoclips : « J’veux que tu saches » - « Soirée de filles » - « Maudit bordel » - « Comment j’pourrais te l’dire »

EDC

½

 

 Sept jours en mai

Sept jours en mai

Sept jours en mai, ce sont sept artistes qui se sont retrouvés pendant sept jours à la campagne en mai 2015 pour écrire et enregistrer un album. On y retrouve Michel Rivard, Mara Tremblay, Luc De Larochellière, Éric Goulet, Gilles Bélanger et les Mountain Daisies. Réalisé par Goulet, l’album regroupe 14 titres sur lesquels les artistes ont collaboré à différents moments, en tandems. Il en résulte un album mélangeant folk, country et rock avec même de petites touches discrètes d’électro. Les univers des différents artistes se fondent à merveille dans cet ensemble magnifiquement produit. Le collectif offre de très bonnes compositions avec une poésie parfois passablement éclatée. Voici donc un très beau disque par un regroupement d’artistes incomparables qu’il sera possible de découvrir sur scène jusqu’à la fin de 2016. (avril 2016)

Documentaire

Spectra

½

 

Claude Léveillée - Mes années 60-70-80 (3 CD)

Claude Léveillée - Mes années 60-70-80 (3 CD)

Coffret de 3 CD contenant le meilleur matériel de la carrière de ce grand de la chanson québécoise.

 

 Simon Leblanc – Tout court

Simon LeblancTout court

Le premier one man show de l’humoriste Simon Leblanc a été conçu en toute simplicité, sans mise en scène. Le voici en version audio, enregistré au Théâtre Petit Champlain de Québec le 4 décembre 2015.

Phaneuf / Simone

 

17-23 juin :

 

 The Joy Formidable – Hitch

The Joy Formidable Hitch

Le trio du Pays de Galles présente son troisième album, qu’ils ont enregistré à la maison après une longue tournée, sûrement dans un désir de se reconnecter avec leurs influences premières. Musicalement, The Joy Formidable ne s’éloignent pas vraiment par contre de ce qu’ils nous ont offert auparavant, avec un son indie rock provenant directement des années 1990. Ils ont peut-être un certain côté gothique avec des références du passé, mais il reste qu’ils réussissent à nous offrir de bien bonnes mélodies. Sans égaler leurs deux albums précédents, Hitch est un disque honnête que leurs fans apprécieront probablement.

Cadence / Universal

   

 Adam Karch – Moving Forward

Adam Karch Moving Forward

Après le très réussi Blueprints il y a deux ans, l’auteur-compositeur et guitariste revient à nouveau avec un album qui se situe quelque part entre le blues et le folk. Adam Karch présente un mélange de chansons en solo et en trio avec ses comparses Marc-André Drouin (basse) et Bernard Deslauriers (batterie). On y retrouve bon nombre de compositions originales, mais aussi des interprétations surprenantes comme « Night Moves » de Bob Seger, l’excellente « City Boy » de Keb’ Mo, ainsi que « Werewolves of London » de Warren Zevon. Karch reprend en plus une de ses propres chansons dans une version très groovy, « Did You Get the Latest News », qui date de 2002 et qu’on pouvait entendre sur son premier album, Crossroad Diaries. Enregistré à Montréal, Moving Forward présente un Adam Karch au sommet de son art, fort d’une maturité acquise au cours des dernières années en tournée. Encore une fois, voici un excellent album qui a tout pour plaire aux amateurs d’une musique authentique.

Bros / SIX

½

 

 The Low Anthem – Eyeland

The Low Anthem Eyeland

Le groupe indie folk de Providence, Rhode Island présente un quatrième album qui déborde d’idées et d’expérimentations, malheureusement pas toujours réussies. Plusieurs pièces sont passablement cacophoniques et deviennent difficiles à supporter sur toute leur longueur. Par exemple, « Ozzie », qui démarre pourtant de façon énergique, presque rock ‘n’ roll, se voit ralentie sans raisons apparentes en plein milieu pour y ajouter toutes sortes d’effets non pertinents et surtout, inintéressants. Cet hommage au OzzFest aurait facilement pu devenir l’hymne incontournable de l’album si on ne l’avait pas massacré. The Low Anthem rangent définitivement le folk pour plutôt se perdre dans un rock progressif des années 1970 mélangé avec des expérimentations électroniques à la Radiohead (en pas mal moins réussies). Leur pause des cinq dernières années n’aura définitivement pas été bénéfique pour le groupe qui s’égare dangereusement de ce qu’il faisait de mieux. S’ils avaient un désir si profond d’expérimentation, ils n’avaient qu’à proposer un projet parallèle, pas un nouvel album de The Low Anthem qui ne fera que s’éloigner leurs fans d’autrefois.

Washington Square / Concord

½

 

 

Spécial Fête des Pères :

 

 Eric Clapton – I Still Do

Eric Clapton I Still Do

Pour son 23e album, Eric Clapton renoue avec le réalisateur Glyn Johns, celui-là même qui l’avait orienté pour Slowhand en 1977. Par contre, Clapton n’est plus du tout au même endroit sur I Still Do avec une majorité de chansons douces et touchantes. Il y a bien quelques moments de blues pur, comme avec le premier titre, « Alabama Woman Blues », mais ça ne constitue plus le cœur de son œuvre. Le disque contient une majorité de reprises, des standards du blues, de la pop ou du folk avec des pièces de J.J. Cale, Robert Johnson, Skip James, Bob Dylan, etc. Les deux seules chansons originales de Clapton, « Spiral » et « Catch the Blues », viennent magnifiquement compléter l’ensemble. Certains pourraient dire qu’ils auraient préféré entendre un album de chansons originales, mais le jeu de Clapton et son interaction avec Johns sont tout simplement magiques. Il en résulte un album extrêmement agréable à écouter qui trouvera son nombre appréciable d’admirateurs.

ADA / Universal

½

   

 The Monkees – Good Times!

The Monkees Good Times!

Les Monkees fêtent 50 ans de carrière cette année. C’est donc un bon moment pour présenter un nouvel album, 20 ans après leur dernier enregistrement studio. Il s’agit possiblement de leur dernier album, mais si c’est le cas, quelle bonne façon de clore une carrière hors du commun! Good Times reprend le style qui les a rendus si populaires au milieu des années 1960 avec des chansons accrocheuses qui nous donnent le goût de les chanter en chœur. La qualité des compositions est impressionnante et même si le style réfère au passé, le son demeure bien ancré dans son époque contemporaine. C’est un album qui s’écoute bien jusqu’à la fin, avec le sourire aux lèvres et une certaine nostalgie de l’âge d’or de la musique pop. À noter les collaborations de Rivers Cuomo et Noel Gallagher, deux fans du groupe.

Warner

½

   

 Mudcrutch – 2

Mudcrutch 2

Mudcrutch s’est formé en 1970 avec un Tom Petty âgé de seulement 17 ans. Populaire dans les bars, le groupe s’est séparé avant d’avoir enregistré un album complet et allait paver la voie pour Tom Petty & the Heartbreakers. Les cinq musiciens se sont réunis en 2007 pour enregistrer leur premier album éponyme et les voici de retour avec la suite. On reconnaît rapidement le style de Tom Petty avec un son pop rock à tendance country et des ballades tristes. Contrairement au disque précédent, celui-ci ne présente que des chansons originales de chacun des musiciens, avec tout de même une domination de Petty qui a écrit sept des 11 titres. Un des meilleurs moments du CD nous est offert par Tom Leadon avec « The Other Side of the Mountain ». Mais l’ensemble propose une belle cohérence et demeure solide du début à la fin. Il s’agit en fait du meilleur matériel de Tom Petty depuis des années.

Reprise / Warner

½

     

 Paul Simon – Stranger to Stranger

Paul Simon Stranger to Stranger

Le légendaire Paul Simon est de retour avec un nouvel album, cinq ans après l’excellent So Beautiful or So What. Stranger to Stranger débute de façon bien surprenante avec « The Werewolf », une pièce au rythme unique de basse, batterie et maracas. C’est d’ailleurs un album essentiellement basé sur le rythme que nous offre Paul Simon avec seulement une paire de pièces acoustiques qui se démarquent du lot. Malgré ses 50 ans de carrière, Simon n’est assurément pas nostalgique et se tourne plutôt vers l’avenir. Il réussira encore une fois à en surprendre plus d’un avec le très efficace Stranger to Stranger. Malgré ses 37 minutes seulement, c’est un disque à savourer à chaque morceau, jusqu’à la fin.

Concord / Universal

½

   

 Train – Does Led Zeppelin II

Train Does Led Zeppelin II

Le groupe américain a décidé de rendre hommage à son groupe préféré, Led Zeppelin, en reprenant entièrement leur deuxième album, l’excellent Led Zeppelin II, l’un des meilleurs albums de l’histoire. Train va peut-être un peu trop loin par contre dans son désir de demeurer fidèle à l’original puisqu’ils copient toutes les mimiques, tous les sons, jouant même avec les effets stéréo comme en 1969. C’est à s’y méprendre par moments alors que si on est plus ou moins attentifs on pourrait croire que c’est l’original qu’on écoute. Alors en ce sens, on doit se poser la question : est-ce que l’exercice était nécessaire? Assurément pas puisque qu’on peut toujours écouter l’original qui a même été réédité récemment. Train aurait certainement pu y mettre un peu de sa personnalité, mais le résultat ne ressemble même pas à leur autre matériel, ce qui risque de déboussoler les fans du groupe.

Crush / Atlantic / Warner

   

 Cuong Vu Trio – Cuong Vu Trio Meets Pat Metheny

Cuong Vu Trio – Cuong Vu Trio Meets Pat Metheny

Le trompettiste Cuong Vu a joué régulièrement avec le guitariste Pat Metheny depuis le début des années 2000. Par contre, c’est la première fois qu’ils collaborent ensemble pour tout un album avec le trio de Cuong Vu. Leur collaboration pour un album de jazz d’avant-garde peut sembler bizarre au premier abord, mais il ne faut pas oublier la polyvalence de Metheny qui peut s’adapter à différents contextes. Le quatuor présente donc une musique jazz moderne d’une grande créativité, qui ne manque assurément pas d’expérimentations sonores. C’est un album difficile d’approche au départ, mais qui s’apprivoise lentement, pour finalement découvrir que l’univers des deux musiciens s’amalgame extrêmement bien.

Nonesuch / Warner

½

     

 Pat Metheny – The Unity Sessions (2 CD)

Pat Metheny The Unity Sessions (2 CD)

En 2012, le guitariste jazz Pat Metheny créait le Unity Band, qui allait prendre de l’ampleur par la suite avec l’ajout du multi-instrumentiste Giulio Carmassi. Cet album double les présente live au Black Box Theatre de New York en 2014 dans une performance unique enregistrée et filmée. La caractéristique principale de cette formation, c’est que leur musique est surtout basée sur les cuivres et la section rythmique, laissant du même coup moins d’espace pour la guitare de Metheny. En plus des pièces des deux albums du Unity Band, on retrouve des morceaux extraits de la longue carrière de Metheny qui s’étend maintenant sur 40 ans. Le style de l’album va d’une musique acoustique classique à des rythmes plus soutenus, et même à de la musique du monde atmosphérique. Il y en a pour tous les goûts dans un ensemble très agréable à écouter, malgré près de deux heures de musique.

Nonesuch / Warner

½

     

 The Cars – Moving in Stereo: The Best of The Cars

The Cars Moving in Stereo: The Best of The Cars

Plusieurs compilations de la musique de The Cars sont parues au cours des années, mais rien qui ne valait vraiment la peine de s’y attarder depuis Complete Greatest Hits en 2002. Cette compilation de 20 titres couvrait le meilleur de la carrière du groupe en ordre chronologique en plus d’avoir un livret détaillé. Pour Moving in Stereo: The Best of The Cars, Ric Ocasek et sa bande ont plutôt décidé d’insérer quelques raretés, dont une pièce en concert, « Everything You Say ». Il y en a 18 au total, mais il manque plusieurs succès importants dont les excellentes « Good Times Roll », « Magic » et « Bye Bye Love ». En plus, il n’y a aucune chronologie sur l’album, ce qui le rend beaucoup moins intéressant que Complete Greatest Hits. Vous pourrez toujours vous en remettre aux incontournables « Just What I Needed », « You Might Think », « Shake It Up », « Drive » et « Tonight She Comes », mais il reste que ce n’est pas une compilation à la hauteur de leur carrière.

Elektra / Rhino / Warner

   

Beach Boys - Pet Sounds (50th Anniversary Edition) (2 CD)

The Beach Boys - Pet Sounds
(50th Anniversary Edition) (2 CD)

Pour souligner le 50e anniversaire de l'un des meilleurs albums de l'histoire, quoi de mieux qu'une nouvelle édition de luxe sur 2 CD. Un classique à redécouvrir!

Universal

   

Paul McCartney - Pure McCartney

Paul McCartney - Pure McCartney (2 CD)

Compilation complète couvrant toute la carrière solo de McCartney. En plus de la version sur 2 CD, une édition de luxe sur 4 CD est disponible.

Hear / Concord / Universal

   

 Alligator Records: 45th Anniversary Collection (2 CD)

Alligator Records: 45th Anniversary Collection (2 CD)

Depuis maintenant 45 ans, Alligator Records présente certains des meilleurs artistes de blues. Pour souligner l’événement, voici une compilation sur 2 CD contenant 37 titres incluant des artistes comme Elvin Bishop, Koko Taylor, Joe Louis Walker, Jimmy Johnson, Mavis Staples, James Cotton, Johnny Winter, et plusieurs autres.

Alligator

   

 Jeux d’eau (Livre-CD)

Jeux d’eau (Livre-CD)

Jeux d’eau est un nouveau livre-CD pour initier vos enfants de 7 à 9 ans à la musique classique. On y trouve 20 sélections musicales des plus grands compositeurs.

La Montagne secrète

 

 Let's Do It! 60 Years of Verve Records (4 CD)

Let's Do It! 60 Years of Verve Records (4 CD)

Pour souligner ses 60 ans, la célèbre étiquette de disques spécialisée en jazz présente un coffret de 4 CD contenant plus de 4 heures de la meilleure musique jazz des 60 dernières années.

Verve / Universal

 

 

10-16 juin :

 

 Frankie Ballard – El Rio

Frankie Ballard El Rio

Pour son troisième album, le chanteur country prend une direction un peu plus rock, s’inspirant entre autres des années 1980. John Mellencamp nous vient d’ailleurs rapidement en tête. Frankie Ballard reprend aussi « You’ll Accomp’ny Me » de Bob Seger, une des rares ballades de l’album, qui dégage autrement passablement d’énergie. Ballard présente plusieurs très bonnes chansons, toutes en simplicité, mais d’une grande efficacité. Le son d’El Rio rappelle peut-être John Mellencamp, mais son matériel le plus mémorable dont Scarecrow. Avec ce nouveau disque, Frankie Ballard présente son enregistrement le plus cohérent et efficace à ce jour.

Warner

½

   

 Fitz and the Tantrums – Fitz and the Tantrums

Fitz and the Tantrums Fitz and the Tantrums

Sur ses deux albums précédents, le groupe de Los Angeles présentait des influences R&B et soul plutôt rétro. Sur cet album éponyme, Fitz and the Tantrums se tournent vers un son pop contemporain. Généralement dansante et parfaite pour les radios, leur musique est assurément très plaisante à écouter, avec des hymnes contagieux comme le succès « Handclap » et « Complicated ». Pour ce disque, Michaël Fitzpatrick et sa bande ont collaboré avec l’auteur Sam Hollander (Katy Perry, Panic At The Disco, Neon Trees). Il a sûrement contribué de façon importante au groupe par sa sensibilité et son habileté avec les rythmes programmés énergiques. Le réalisateur Jesse Shatkin (Sia, Tegan and Sara) y est sûrement aussi pour quelque chose. Un excellent album pop dansant!

Vidéoclip : « Handclap »

Elektra / Warner

½

   

Les Handclaps – Sessions: Brooklyn

Les Handclaps Sessions: Brooklyn

Depuis leur premier album en 2009, le trio québécois en a fait du chemin. Leur musique a en effet été entendue dans plusieurs publicités et même dans des séries américaines comme The Blacklist, The Middle et Awkward. Pour ce nouvel album, ils présentent en fait une compilation de toutes ces chansons enregistrées à Brooklyn avec les réalisateurs Gus Van Go et Werner F (The Stills, Trois Accords, Cowboys Fringants). Plusieurs des 19 pièces ont déjà été entendues régulièrement, à commencer par l’excellent succès « Je pense encore à toi » qui a joué abondamment dans une publicité de Bell Fibe, mais aussi « Nouvelle-Angleterre » et « I’m So Into You ». On peut entendre des noms célèbres comme collaborateurs : James Di Salvio (Bran Van 3000) et Ivan Doroschuk (Men Without Hats). Hugo Clermont, Lorraine Muller et Daniel Saucier nous offrent une musique pop rock énergique aux mélodies inoubliables, une musique qui ne laissera personne indifférent.

½

 Cynthia Harvey – Cynthia Harvey

Cynthia HarveyCynthia Harvey

La chanteuse du Saguenay s’est fait découvrir lors de la première édition de La Voix dans l’équipe de Marie-Mai. Elle présente aujourd’hui son tout premier album après une carrière de chanteuse soliste de plus de 20 ans. L’artiste à la voix profonde et puissante attire rapidement l’attention, mais le CD semble progresser et prendre de l’ampleur pour atteindre sa vitesse de croisière à la 4e piste, l’excellente « Parfum de déjà-vu ». À ne pas rater avant la fin sa version bien personnelle de « Déjeuner en paix » de Stephan Eicher, ainsi qu’un duo avec Tim Brink, « Pour ce qu’il reste ». L’album a été réalisé par Rob Langlois (Marie-Mai) qui a aussi composé toutes les chansons en compagnie de Cynthia, avec quelques collaborateurs (Marie-Mai, Fred St-Gelais, Nelson Minville, etc.). L’album est peut-être quelque peu inégal, mais il contient plusieurs morceaux de grande qualité et bien divertissants.

Sélect

 West Trainz – Train Songs

West Trainz Train Songs

Après l’audacieux livre-CD double lancé l’an passé, Erik West Millette reprend du service avec le collectif West Trainz. Il s’agit encore une fois d’un hommage musical aux trains qui l’ont toujours passionné. Il est entouré d’interprètes de première classe comme Nanette Workman, Bïa, Emilie-Claire Barlow, Betty Bonifassi, Thomas Hellman, Steve Hill, et plusieurs autres. Train Songs présente 11 chansons des années 1940 aux années 1970 qui évoquent l’univers ferroviaire. On peut entendre des classiques comme « Mystery Train » de Junior Parker, « Number 9 Train » de Bobby Robinson, « The Locomotion » de Goffin et King, « Hear My Train a Comin’ » de Jimi Hendrix, et même « Le train du Nord » de Félix Leclerc repris à la façon de Bïa. On peut aussi découvrir comme premier extrait « The City of New Orleans » de Steve Goodman par Zachary Richard. L’ensemble contient bon nombre de morceaux de blues, mais il explore aussi le rock, le jazz et la musique pop. Un disque surprenant et grandement intéressant!

L-A be / SIX

½

 

 

3-9 juin :

 

The Claypool Lennon Delirium – Monolith of Phobos

The Claypool Lennon Delirium Monolith of Phobos

Lorsque le bassiste Les Claypool s’unit au chanteur et guitariste Sean Lennon, il ne peut qu’en sortir du matériel original expérimental. C’est ce qu’ils ont décidé de faire l’an passé et il en résulte ce délire collectif de 11 titres. Monolith of Phobos est un voyage plutôt surréaliste dans un monde progressif psychédélique. Heureusement, malgré une expérimentation constante, le duo réussit à concentrer quelque peu ses efforts pour une musique tout de même cohérente dans sa folie. Leur musique se centre autour de la basse de Claypool dans une rythmique énergique même si quelque peu difficile à suivre. C’est un album créatif et très efficace que nous propose ce duo hors du commun.

Prawn Song / Chimera / ATO

½

   

 Dan + Shay – Obsessed

Dan + Shay Obsessed

Daniel Smyers et Shay Mooney ont décidé de former un duo à Nashville en 2012. Quatre ans plus tard, ils présentent leur deuxième album, Obsessed, un disque country pop qui s’adresse à un vaste auditoire. En fait, avec le nombre de ballades que l’on compte sur le CD, Dan + Shay tombent plus aisément dans un territoire adulte contemporain que country. Le duo est enveloppé dans des arrangements somptueux et sirupeux, des arrangements qui sont un peu trop présents puisqu’ils enlèvent tout le côté intimiste du duo qui pourrait être intéressant. Après les efficaces « All Nighter » et « Road Trippin’ », Obsessed devient plutôt rempli de ballades ennuyantes et sans grand intérêt.

Warner

½

     

 The Paul Deslauriers Band – Relentless

The Paul Deslauriers Band Relentless

Deux ans après un premier album remarquable, Paul Deslauriers est de retour avec un nouveau disque de blues rock énergique. Cette fois-ci, tout le trio a été mis à contribution pendant le processus créatif. Ce sont 10 chansons originales que nous proposent Deslauriers (guitare, voix), Greg Morency (basse) et Sam Harrisson (batterie), avec des textes de Paul Deslauriers, aidé par Alec McElcheran. L’énergie contagieuse du trio sur scène est transposée à la perfection sur cet album qui figurera assurément parmi les meilleurs albums de blues de l’année.

Big Toe / SIX

½

 Brad Mehldau Trio – Blues and Ballads

Brad Mehldau Trio Blues and Ballads

Sur son nouvel album en formule trio en compagnie de Larry Grenadier (basse) et Jeff Ballard (batterie), le pianiste Brad Mehldau reprend sept standards du jazz, du blues et des ballades pop. On y trouve des titres de Buddy Johnson, Cole Porter, Charlie Parker, etc. On peut même entendre « And I Love Her » des Beatles et « My Valentine » de Paul McCartney. Le tout est interprété dans un style jazz acoustique extrêmement doux. Sans être aussi audacieux que certains de ses disques précédents dans le choix des chansons, Mehldau a tout de même fait des choix judicieux qui défilent à merveille pendant 55 minutes. L’album s’écoute avec plaisir jusqu’à la fin, procurant une excellente musique d’ambiance.

Nonesuch / Warner

½

   

 

1-2 juin :

 

 Champion – Best Seller

Champion Best Seller

DJ Champion (alias Maxime Morin) est de retour avec son quatrième album de compositions originales. Le disque commence peut-être tout en douceur avec « I Can’t Let Go », mais il se transforme rapidement ensuite en un album pour faire la fête et ce, dès le 2e titre, « Life Is Good ». Ces deux pièces ainsi que deux autres n’avaient pas trouvé leur place sur son disque précédent, cadrant moins bien dans l’ambiance, mais sur Best Seller, le moment était bien choisi pour les introduire. En plus de ses rythmes énergisants et de la guitare électrique omniprésente, Champion considère toujours la voix comme importante depuis la performance de Betty Bonifassi sur « No Heaven », le succès qui l’a fait connaître. Ici, les chanteuses invitées sont Lou Laurence, Marie-Christine Depestre et Anna Frances Meyer qui offrent toutes des performances remarquables. Même avec très peu de mots, Anna Frances Meyer réussit à nous envoûter dans « Boy Toy ». C’est un album solide que nous présente encore une fois Champion, un disque parfait pour la saison estivale.

Vidéoclip : « Life Is Good »

½

 

 Alexe Gaudreault – Alexe Gaudreault

Alexe GaudreaultAlexe Gaudreault

Pour son premier album, cette ex-participante à La Voix s’est entourée d’une équipe chevronnée dirigée par le réalisateur et musicien John Nathaniel (Marie-Mai, Andie Duquette), qui a collaboré à tous les textes et composé les musiques. Alexe présente un album grandement personnel, qui raconte en quelque sorte son histoire parsemée d’embûches. Dans les moments les plus doux, sa voix peut rappeler parfois celle de Cœur de Pirate, par contre lorsqu’elle prend vraiment son envol, on peut rapidement découvrir toutes ses possibilités vocales. Musicalement, elle propose une musique pop aux arrangements riches intégrant des éléments d’électro très modernes. Les mélodies sont inoubliables et les textes vous resteront aussi en tête. C’est un premier disque de grande classe que nous propose Alexe Gaudreault.

Vidéoclip : « Éclat »

Musicor

 

 Goo Goo Dolls – Boxes

Goo Goo Dolls Boxes

Depuis la fin des années 1990, un nouvel album des Goo Goo Dolls ne crée plus beaucoup d’émois. Désormais un duo formé de John Rzeznik et Robby Takac, les Goo Goo Dolls présentent un onzième album sur fond de conscience écologique. Par contre, il s’agit certainement du seul élément de modernité sur l’album qui présente un son d’une autre époque, un pop rock commun d’il y a 20 ans. Il y a bien quelques rythmes qui peuvent rappeler le hip hop de Twenty One Pilots, mais ce ne sont pas des essais bien convaincants. L’ensemble demeure surtout axé autour des ballades et pièces mid-tempo qui caractérisent le groupe depuis maintenant près de 20 ans. On est donc encore une fois bien loin du rock alternatif agressif de leurs premières années. Quelques mélodies intéressantes réussiront probablement à capter l’attention d’un certain public et par le fait même de certaines radios. Mais Boxes ne contient rien de plus remarquable que ce que le groupe nous a offert depuis le tournant du nouveau millénaire.

Warner

½

     

 Ariana Grande – Dangerous Woman

Ariana Grande Dangerous Woman

La Floridienne est de retour avec son troisième album. Maintenant bien installée dans le monde adulte, Ariana Grande présente un très beau mélange de soul classique, de pop des années 1990 et de R&B contemporain. Le réalisateur Max Martin et son collègue suédois Ilya y sont certainement pour quelque chose dans ce son alliant le présent au passé. C’est dans les pièces dansantes qu’Ariana se démarque véritablement, comme par exemple avec « Be Alright ». Les pièces R&B un peu plus lourdes sont aussi grandement intéressantes. Parmi les collaborateurs, notons Nicki Minaj, Lil Wayne, Macy G et Future. Avec Dangerous Woman, Ariana réussit à nous offrir un album plus cohérent que son précédent.

Vidéoclips : « Dangerous Woman » - « Into You » - « Let Me Love You »

Republic / Universal

½

   

 Kevin Parent – Kanji

Kevin Parent Kanji

Pour son huitième album, le Gaspésien renoue avec ses racines anglophones et présente son deuxième disque dans la langue de Shakespeare, son premier depuis 2007. Kevin Parent renoue aussi avec ses racines folk, country rock et blues. C’est un voyage au Japon qui a inspiré la chanson-titre de ce nouvel album, ainsi que d’autres à venir sur un prochain album. Pour l’instant, Parent était impatient de présenter les huit titres qui sont apparus lors de séances d’enregistrement à Los Angeles. Ça en fait donc un court album de 31 minutes, mais d’une richesse rarement entendue sur ses derniers albums. On sent que l’artiste s’est retrouvé dans un contexte où il se sentait particulièrement à l’aise, au cœur de son véritable univers musical. Kanji est un album extrêmement efficace qui plaira assurément à ses fans de la première heure.

Universal

½

 

 Blake Shelton – If I’m Honest

Blake Shelton If I’m Honest

Suite à son divorce d’avec Miranda Lambert, Blake Shelton est de retour avec un disque un peu plus lumineux que le précédent. Il en profite pour nous présenter sa nouvelle flamme alors que Gwen Stefani l’accompagne sur « Go Ahead and Break My Heart ». Les ballades pop et romantiques dominent sur If I’m Honest, et c’est un album qui s’adresse certainement plus à un vaste auditoire qu’à un public country. Shelton semble surtout vouloir rejoindre ses nouveaux fans qui l’ont connu grâce à The Voice. Des 15 titres offerts, quelques-uns se démarquent comme « Straight Outta Cold Beer », « Came Here To Forget » et « Go Ahead and Break My Heart ». Par contre, l’ensemble peut devenir rapidement lassant, tant pour ses fans de la première heure que pour de vrais amateurs de country. If I’m Honest s’avère plutôt ennuyant et bonne chance pour l’écouter dans son ensemble!

Ten Point / Warner

½

     

Teleman - Brilliant Sanity

un texte de Jean Jean (Rocklegends)

Brilliant Sanity est de ces disques qu’il est difficile d’évaluer. Parce qu’il est bon, vraiment bon. Parce qu’il est léger, parfois trop. Parce qu’il faut souligner le plaisir d’écoutes répétitives et intégrales, saluant au passage la cohérence de cette collection de chansons qualitatives. Qualitatives oui, un peu plus qu’ordinaires, sans être extraordinaires. D’où la difficulté. Pour remettre les choses dans le contexte, Teleman est une émanation de Pete & the Pirates, les frangins Sanders et Peter Cattermoul étant d’anciens équipiers. Après un premier album de rodage, les Londoniens sont donc revenus avec ce recueil de chansons pop plutôt abouties et surtout très bien arrangées. On traîne un peu sur les rives de l’électro, on taquine le groove, on aperçoit l’ampleur des sons synthétiques. On sent très vite l’ambition de créer, tester et façonner un son propre et unique. Produit par Dan Carey (Franz Ferdinand, Bat For Lashes, Eugene McGuinness), Brilliant Sanity est d’ailleurs empreint d’une belle rondeur qui apporte la sucrosité à ce disque à la fois léger mais pris au sérieux par ses concepteurs. Du coup, on enquille les titres comme des bières un soir de finale de ligue des champions. On y prend du plaisir, on garde un bon souvenir sans conserver en bouche le goût indélébile de tout ce que l’on s’est envoyé. C’est signe d’une bière premium industriel : c’est bon mais pas de quoi se taper la tronche au sol. Retour à la case départ, tout le monde comprendra maintenant pourquoi ce disque est si difficile à évaluer. L’enthousiasme est de mise, la qualité aussi. Manque sûrement l’étincelle, celle qui transcende le bon disque en grand disque. Mais qu’à cela ne tienne, la prochaine tentative risque d’être la bonne.

½

 

 David Thibault – David Thibault

David ThibaultDavid Thibault

Après avoir ébloui le public dès l’âge de 16 ans avec ses interprétations parfaites d’Elvis Presley, David Thibault a participé à The Voice en France et est devenu une méga star dans toute la francophonie. Maintenant âgé de 19 ans, il présente son premier album, qui contient bien sûr son lot de classiques du rock ‘n’ roll : « That’s All Right Mama », « Only the Lonely », « Stray Cat Strut », « Folsom Prison Blues », « Great Balls of Fire », etc. Par contre, il nous offre aussi des chansons originales, dont « Saint-Raymond », un clin d’œil à son patelin, et « Sous les mots » à laquelle David a participé à la composition. En boni, on peut découvrir des remix de « Blue Hotel » et « Stray Cat Strut ». Avec ce premier disque, le jeune homme présente essentiellement la musique qui l’a d’abord influencé. Il en offre sa version bien personnelle, même si les liens avec les chansons originales se font très facilement. Il ne réinvente peut-être pas le genre, mais il fera remonter les nostalgiques dans le temps.

DEP / Universal

   

 My Morning Jacket – It Still Moves (2 CD)

My Morning Jacket It Still Moves (2 CD)

Le groupe de rock alternatif à tendance country du Kentucky a présenté l’album It Still Moves en 2003. C’était leur troisième album studio. Treize ans plus tard, il est réédité dans une version remixée et remasterisée, avec en plus un deuxième CD en boni contenant du matériel jamais paru auparavant, dont plusieurs versions démos. Sur It Still Moves, My Morning Jacket nous offrent une musique qui n’est pas sans nous rappeler Neil Young ou The Band, avec un folk rock sudiste de grande qualité. Plusieurs pièces s’étendent en longueur avec 12 titres sur 72 minutes, mais ça semble toujours justifié et rarement ennuyant. Bien construit, l’album figure toujours parmi les plus intéressants de leur carrière.

ATO

½

   

 

The Angry Birds Movie (Original Motion Picture Soundtrack)

Pour accompagner le film d’animation Angry Birds, on a assemblé un mélange plutôt hétéroclite d’artistes, de styles, et même d’époques. On retrouve en effet des succès des années 1980 par Rick Astley (« Never Gonna Give You Up ») et Scorpions (« Rock You Like a Hurricane »), un moment plus lourd avec Limp Bizkit, ainsi que des pièces d’artistes contemporains comme Imagine Dragons et Steve Aoki. Certaines chansons ont été écrites pour le film et on peut découvrir de nouvelles compositions de Blake Shelton, Demi Lovato et Charli XCX. Il s’agit avant tout d’une compilation pour les amateurs du film, puisqu’on n’y retrouve aucune ligne directrice.

Atlantic / Warner

½

   

 

mai :

 

 Prince – HITnRUN Phase Two

PrinceHITnRUN Phase Two

La parution au Canada du dernier album du prince de la musique prend toute une signification puisqu’elle survient huit jours après son décès. Le prolifique compositeur n’a pas ralenti le rythme ces dernières années, même si son état de santé s’aggravait. HITnRUN Phase Two est en effet son quatrième album depuis 2014 pour un total s’approchant des 40 en carrière. Moins pop que la phase 1, HITnRUN Phase Two présente un son funk et soul qui rappelle The Revolution. On peut aussi entendre des moments de jazz et une pièce rock énergique en « Screwdriver ». Même s’il est très éclectique, le disque présente de très bons passages, possiblement son meilleur assemblage de chansons depuis 3121 paru il y a 10 ans. Prince est peut-être disparu, mais parions que plusieurs enregistrements inédits traînent dans ses tiroirs, lui qui composait et enregistrait constamment dans son studio de Minneapolis. On devrait donc voir apparaître du matériel inédit de Prince au cours des prochaines années. En attendant, profitons du très bon dernier album qu’il nous a offert. (chronique principale de mai 2016)

Republic / Universal

½

   

     

 Ferraro – Losing Sleep

Ferraro Losing Sleep

Ferraro est un quatuor de Toronto formé des frères Cosmo, Gianni et Tally Ferraro, accompagnés du guitariste Tom Ionescu. Ils proposent un son indie rock qui peut rappeler The Strokes, mais qui s’inspire grandement de l’âge d’or du rock avec de nombreuses références aux années 1950 et 1960, les Beatles en tête. Leur musique est entraînante et son effet dynamisant est immédiat. Losing Sleep s’avère être particulièrement contagieux et il donne assurément le goût de les voir sur scène. Parions que vous aurez plusieurs des 10 chansons de l’album en tête longtemps. Le seul problème de Losing Sleep c’est qu’il est trop court avec seulement 32 minutes. (découverte du mois de mai 2016)

Cadence

½

   

 The Abrams – The Abrams

The Abrams The Abrams

Le duo canadien formé des frères John et James Abrams a déjà fait paraître trois albums sous le nom de Abrams Brothers. Ils prennent maintenant une direction un peu moins country pour plutôt offrir un folk rock à tendance pop, beaucoup plus orienté vers un large auditoire. Ce mini-album éponyme propose six titres aux mélodies grandement accrocheuses qui les rendront immédiatement attrayants pour les amateurs de Mumford & Sons et The Lumineers. Il s’agit d’une belle carte de visite pour leur ouvrir toutes grandes les portes des radios commerciales. (mai 2016)

Lightbox / Warner

     

 Blue Man Group – Three

Blue Man Group Three

Le Blue Man Group a été formé il y a 25 ans à New York. Conçu avant tout pour la scène, le projet a aussi apporté de sa musique originale et voici le troisième album studio offert par la bande d’hommes en bleu. Totalement instrumentale, leur musique s’avère plutôt expérimentale, avec l’utilisation de nombreux instruments créés par eux, surtout des percussions. Cette musique s’écoute très bien seule, mais il faut dire que leurs spectacles très visuels manquent considérablement. C’est donc préférable d’avoir déjà vu leurs spectacles hauts en couleur, ce qui donne une nouvelle dimension à l’album. (mai 2016)

Vidéoclip : « The Forge »

Rhino / Warner

 

 France D’Amour – Bubble Bath & Champagne 2

France D’AmourBubble Bath & Champagne 2

Suite au succès de son album Bubble Bath & Champagne en 2011, France D’Amour revient avec un deuxième opus dans le style jazz s’inspirant de la musique des années 1920 à 1940. Cette fois, la chanteuse québécoise ne présente que des pièces originales (11), incluant aussi trois titres en français. Parmi les morceaux en français, notons plus particulièrement « Un sou noir », une chanson beaucoup plus pop que le reste et qui risque fort de conquérir les radios. Le premier extrait quant à lui, « 1, 2, 3 et voilà », cadre beaucoup plus dans l’atmosphère générale du disque. Sur « And I’ll Be Singing », France chante en duo avec Jason Lang. En compagnie de son fidèle complice Guy Tourville, France coréalise et joue toutes les guitares et banjos. Il faut aussi noter la collaboration de Corinne Simon-Duneau pour l’aider à l’écriture de plusieurs textes en anglais. Si vous avez aimé le premier volume de cette série, vous y retrouverez la même atmosphère chaude et agréable. (mai 2016)

 

 Deftones – Gore

Deftones Gore

Après plus de 20 ans de carrière, le groupe métal californien continue d’offrir cette musique lourde et sombre, mise de l’avant par le titre de l’album, Gore. Par contre, l’envolée de flamands roses de la couverture semble créer une dichotomie avec les thèmes explorés par le quintet. Deftones ont encore confié la réalisation de l’album à Matt Hyde qui avait travaillé sur leur disque précédent. Chino Moreno navigue entre une voix d’une grande beauté et une voix démoniaque, montrant du même coup toute sa versatilité. C’est toujours sur un fil de fer que le groupe semble gambader, entre musique attrayante et repoussante, entre musique grand public et musique pour les spécialistes de métal. En certaines occasions, le groupe rend hommage au métal du passé avec des riffs dignes de Judas Priest ou Iron Maiden. Mais en général, les gars de Deftones demeurent plutôt bien ancrés dans le 21e siècle. Gore est un album qui évolue habilement pour atteindre son summum au milieu avec « Hearts/Wires », « Pittura Infamante » et « Xenon ». Il termine tout de même en force avec la chanson-titre, l’excellente « Phantom Bride » (avec Jerry Cantrell à la guitare) et « Rubicon ». En fait, les moments faibles sont rares et il faut écouter l’album dans son ensemble pour véritablement apprécier la qualité de l’œuvre. Une belle réussite! (mai 2016)

Vidéoclip : « Prayers/Triangles »

Reprise / Warner

½

     

 Lorraine Desmarais Big Band – Danses Danzas Dances

Lorraine Desmarais Big Band – Danses Danzas Dances

La pianiste virtuose Lorraine Desmarais nous offre un nouvel album de compositions originales pour big band. Il s’agit d’un premier disque en formation big band depuis Lorraine Desmarais Big Band qui s’est mérité un Félix en 2009. Danses Danzas Dances est son 12e album en carrière. Sur ce nouveau disque, elle nous propose un tour du monde dansant en compagnie des meilleurs jazzmen montréalais. Elle est entourée de Jean-Pierre Zanella (saxophones alto et soprano, flûte), Alexandre Côté (saxophone alto, flûte), Jean Fréchette (saxophone baryton, clarinette), Ron Di Lauro (trompette, flugelhorn), Richard Gagnon (trombone), Bob Ellis (trombone basse), Frédéric Alarie (contrebasse), et plusieurs autres. C’est d’abord le tango qui lui a donné le goût d’écrire des pièces de danse, mais on trouve aussi sur l’album un triple swing, une habanera, une milonga, un boléro romantique, une samba, etc. Il y en a 10 en tout totalisant 57 minutes. Même si tout ne se danse pas nécessairement, c’est un véritable délice pour les oreilles et un incontournable pour tout amateur de jazz. (mai 2016)

Scherzo / SIX

½

 

 Élété – Taar

Élété – Taar

L’artiste d’origine tchadienne présente son premier album solo avec Taar. Maintenant installé à Montréal, le chanteur et percussionniste Élété fusionne sa culture d’origine à celle de sa terre d’accueil. Il propose 11 titres en français, en anglais et en sara. Réalisé par son frère, Caleb Rimtobaye (H’Sao), qui signe les paroles et la musique de la majorité des pièces, l’album propose un mélange entre rythmes traditionnels africains, reggae et hip hop. Notons les participations d’Élage Diouf (Les Colocs), Ilam, le rappeur sénégalais Didier Awadi et Tibass Kazematik. On retrouve aussi la chanteuse sénégalaise maintenant établie au Québec, Sarahmée (petite sœur de Karim Ouellet), sur la pièce « Je cours vers la radio », chanson qu’elle a coécrite avec Caleb. Élété nous offre un album ensoleillé qui ne peut que nous mettre le sourire aux lèvres à l’approche de la saison estivale. (mai 2016)

Ndjam / SIX

 

 Escondido – Walking With a Stranger

Escondido Walking With a Stranger

Escondido est un duo de Nashville formé de Tyler James et Jessica Maros. Ils proposent un son pop rock teinté de quelques touches de country et même de musique mexicaine. Suite à l’excellent album The Ghost of Escondido paru en 2013, le duo revient maintenant avec son deuxième enregistrement. Encore une fois, ils nous présentent plusieurs excellentes chansons dans un ensemble cohérent et très agréable à écouter. La voix de Jessica nous séduit rapidement, dès la première pièce, « Footprints ». (mai 2016)

Kill Canyon / Cadence

½

   

 Frightened Rabbit – Painting of a Panic Attack

Frightened Rabbit Painting of a Panic Attack

Le groupe écossais est de retour avec son cinquième album studio. Réalisé de main de maître par Aaron Dessner (The National), l’album réussit à transporter le son indie rock plutôt introspectif du groupe dans une ambiance de beaucoup plus grande envergure. On les retrouve ici quelque part entre The Killers et Arcade Fire. Il y a bien encore quelques pièces mid-tempo plus intimistes, mais l’ensemble se démarque par son pouvoir d’attraction rapide. Il s’agit certainement de leur album le plus accessible à ce jour, tout en étant peut-être leur plus solide, avec plusieurs compositions de premier plan. On n’a qu’à mentionner les quatre titres qui lancent les hostilités : « Death Dream », « Get Out », « I Wish I Was Sober » et « Woke Up Hurting ». Avec Painting of a Panic Attack, il n’y a plus aucun doute que Frightened Rabbit viennent de faire leur entrée dans les grandes ligues. Voyons voir maintenant ce qui nous attend pour la suite. (mai 2016)

Vidéoclips : « Get Out » - « Woke Up Hurting »

Atlantic / Warner

½

   

 The Gloaming – The Gloaming 2

The Gloaming The Gloaming 2

Le groupe irlandais nous offre son deuxième album. The Gloaming présentent toujours leur mélange de musique traditionnelle irlandaise, de classique contemporain, de post-rock, de jazz et de musique expérimentale. Ce n’est donc définitivement pas une musique commune qu’ils nous proposent alors qu’ils demeurent absolument incomparables. Le violoniste Martin Hayes souligne que ce deuxième disque est encore plus expressif et chargé d’émotions que le premier. Peut-être un peu plus ancré dans la musique traditionnelle que le précédent, The Gloaming 2 nous offre encore une fois une expérience musicale hors du commun. (mai 2016)

Justin Time / SIX

½

   

 PJ Harvey – The Hope Six Demolition Project

PJ Harvey The Hope Six Demolition Project

L’auteure-compositrice et interprète anglaise est de retour avec son premier album en cinq ans. Elle propose à nouveau un son cru qui mélange blues et rock, mais avec des éléments de jazz et même de spiritualité. Comme sur son album précédent, Let England Shake, les meilleurs moments demeurent ses passages chargés d’émotion faisant un retour sur les désastres de la guerre. Par contre, en certaines occasions, elle semble dénoncer de façon un peu gratuite, voire même accuser en pointant du doigt. S’il y a un sentiment qu’on ne désire pas en écoutant de la musique, c’est bien de se sentir jugés… En ce sens, quelques chansons comme « Medicinals » nous font décrocher de cet ensemble plutôt inégal sur lequel l’artiste ne prend qu’une position d’observatrice. On a entendu beaucoup plus satisfaisant et personnel de la part de PJ Harvey dans le passé. (mai 2016)

Vagrant / Universal

   

 Intakto – Lazos

IntaktoLazos

Le duo composé de l’auteur-compositeur, guitariste et chanteur Alejandro Venegas et du violoniste Simon Claude est de retour avec un nouvel album, son troisième, neuf ans après Todavia. Enregistré à Montréal avec le réalisateur François Lalonde, Lazos est l’album ultime de l’amitié. Il contient de très belles chansons, majoritairement en espagnol, dont la pièce d’ouverture, « Un poco de ti », ainsi que la magnifique « Tu semilla en mi canto ». L’album se conclut avec l’émouvante instrumentale « Con motto ». La magie opère toujours entre ce duo alliant une guitare du sud et un violon du nord. Ils ont su développer leur style au cours des 20 dernières années et ils semblent désormais en parfait contrôle de leur art. (mai 2016)

Justin Time / SIX

½

   

 King Gizzard and the Lizard Wizard – Nonagon Infinity

King Gizzard and the Lizard Wizard Nonagon Infinity

King Gizzard and the Lizard Wizard est un groupe australien formé il y a cinq ans. Très prolifiques, ils présentent déjà un cinquième album depuis 2014 seulement, et aucun ne peut être comparé au précédent. Ils proposent un rock alternatif psychédélique particulièrement original. Sur Nonagon Infinity, ils semblent en mesure de canaliser leurs diverses expérimentations des derniers albums dans un ensemble un peu plus cohérent. Les neuf pièces que compose l’album (pour un total de 42 minutes) ont été créées pour s’écouter en un seul temps, sans pauses, telles une boucle musicale sans fin. Le résultat est assurément hypnotisant avec un rythme rapide qui ne s’interrompt que rarement, chaque pièce reprenant un élément de la précédente. Au début du CD, on retrouve des traces de métal des années 1970, de Black Sabbath à Blue Oÿster Cult. Par la suite, on revient plutôt à un mélange de vieux rock progressif à la Frank Zappa et de plus contemporain à la Flaming Lips, avec aussi quelques éléments de jazz. Voici un groupe créatif à souhait qu’il faut découvrir à tout prix, surtout avec cet album incomparable! (mai 2016)

ATO

½

   

 Lorraine Klaasen – Nouvelle journée

Lorraine Klaasen Nouvelle journée

Pour la première fois, Lorraine Klaasen présente une chanson en français, la chanson-titre de son nouvel album. Pour le reste, Nouvelle journée contient des chansons en anglais, mais aussi dans des langues tribales de son pays natal, l’Afrique du Sud (tsonga, sotho, isizulu et xhosa). Lorraine rend hommage à sa mère, Thandie Klaasen, en reprenant « Izani Nonke », une de ses chansons les plus critiques vis-à-vis les élus qui nous gouvernent. La chanteuse présente aussi « Where to Now », une ballade soul qu’elle avait écrite il y a près de 30 ans implorant la compassion et condamnant la cupidité. Sur Nouvelle journée, Lorraine Klaasen offre à nouveau un excellent mélange entre musiques du monde et soul pour un disque ensoleillé, optimiste et dansant. (mai 2016)

Justin Time / SIX

½

   

The Last Shadow Puppets – Everything You've Come To Expect

The Last Shadow Puppets Everything You've Come To Expect

un texte de Jean Jean (Rocklegends)

Stylés entre Mods et petites frappes, détendus au possible - d’aucuns diront presque désinvoltes - Miles Kane et Alex Turner réaniment les Last Shadow Puppets attendus avec obstination par la presse et le public depuis 2008. Des lustres donc… Sans stress ni pression, les deux néo-californiens se sont retrouvés pour ériger une nouvelle collection de chansons classieuses et sensuelles. Pour évacuer le doute, les Puppets frappent direct dans le buffet. « Aviator » offre une profondeur mélodique, la grandiloquence attendue et prouve encore le génie musical du binôme. Impressionnant, le riff de fond est simplement dément, les deux voix se télescopent et les arrangements de cordes amènent la puissance. Un grand morceau pour mettre d’entrée tout le monde d’accord. Le brelan de titres introductifs se poursuit avec l’élégante « Miracle Aligner » et surtout « Dracula Teeth » et sa basse chaloupée. Basse qui tient d’ailleurs une belle place dans cet album, comme marque de référence (avouée…) au Gainsbourg époque Mélody Nelson. À même de pousser la chansonnette avec un certain goût pour la ballade charnelle, Alex Turner sort le grand jeu et les mimiques crooners sur « Everything You’ve Come To Expect » et « Sweet Dreams ». Pas complètement assagi et porté par un jeu de guitare bigarré et une âme vicelarde, Kane lâche les chevaux sur l’honorable single « Bad Habits ». Mais c’est lorsqu’il casse ses propres modèles que le binôme dépasse ses limites comme sur « The Element of Surprise », sorte de « Let’s Dance » du disque, et « Pattern », pop sucrée assumée aux orchestrations corpulentes. Clairement, le travail parfaitement exécuté de James Ford à la production (habituel producteur des Arctic Monkeys et du premier Last Shadow Puppets) et Owen Pallett aux orchestrations (également sur le premier album et proche d’Arcade Fire) donne une ampleur et une forte valeur ajoutée à ce disque. Sans atteindre la fraîcheur et l’ébahissement en partie dus à l’effet de surprise sur The Age of The Understatement, ce deuxième album constitue un véritable retour en force qui réussit beaucoup de choses tout en évitant la déception et l’amertume. (mai 2016)

   

 Cyndi Lauper – Detour

Cyndi Lauper Detour

Celle qui rivalisait avec Madonna dans les années 1980 pour le titre de reine de la pop effectue un véritable « détour » musical sur ce nouvel album. Cyndi Lauper présente en effet ses standards country préférés des années 1940, 1950 et 1960. Si sa voix se prête bien à l’exercice, ses interprétations par contre n’ont rien de très lumineux et on se demande même si c’est un album qui était nécessaire. On peut entendre quelques moments intéressants comme « Funnel of Love », « Heartaches by the Number » et « Hard Candy Christmas » en conclusion. Par contre, l’ensemble s’avère quelque peu décousu et serait probablement plus intéressant sur scène dans une revue musicale. Detour est avant tout pour Cyndi un disque pour se faire plaisir à elle-même. Notons la présence d’artistes invités de renom : Willie Nelson, Vince Gill, Jewel, Alison Krauss et Emmylou Harris (pour la chanson-titre). (mai 2016)

Vidéoclip : « Funnel of Love »

Rhino / Warner

   

 MCC – Charmant fiel

MCCCharmant fiel

MCC, alias Marie-Claudel Chénard, présente un premier mini-album de cinq titres. Mais MCC c’est aussi pour Montreal Cotton Company, une usine de coton de Valleyfield démolie en grande partie aujourd’hui, où son grand-père a travaillé. L’usine figure sur la pochette du CD, en plus d’avoir inspiré la chanson « MOCO ». Coréalisé par les frères Frédéric et Jean-Philippe Levac (Pandaléon), Charmant fiel comprend une musique acoustique ambiante caractérisée par le doigté unique de MCC à la guitare. Sa guitare et sa voix douce sont enrichies par des claviers et des percussions discrètes. Ce EP nous donne assurément le goût d’en entendre plus! (mai 2016)

½

 Ludo Pin – Les moyens du bord

Ludo PinLes moyens du bord

Il y a seulement six ans que Ludo Pin s’est installé au Québec et il présente déjà son troisième album depuis ce temps. La paternité et la lecture de L’usage du monde de Nicolas Bouvier ont donné un nouveau souffle à son écriture, lui faisant prendre du recul et lui permettant d’affronter ses doutes et ses questionnements sous un autre angle. Musicalement, l’artiste demeure dans des ambiances électro pop légères, à l’image du premier extrait, « Amour à mort ». Dans cette nouvelle aventure, Ludo Pin