Recherche personnalisée sur tout Musicomania.ca

 

 

 

pour CHERCHER dans cette page

 

JUILLET 2018

 

Chronique principale :  5 sECONDS OF sUMMER    Découverte du mois :  tRACYANNE & dANNY

 

1-5 juillet :

Jill Barber - Neko Case - Ben Kunder - Panic! at the Disco - Guylaine Tanguay -

Alexandre Barrette (DVD humour)

 

Juin :

Charlie Puth - Justin Saladino Band - Annie Blanchard - Chromeo - Coeur de Pirate -

Corneille - Father John Misty - Florence K - Éric Lapointe -

Harold Lopez-Nussa - Tami Neilson - Judith Owen - Steve Hill - Cirque du Soleil

 

 

Chroniques à venir le mois prochain :

Rolling Blackouts Coastal Fever

et beaucoup plus...

 

Légende pour les étoiles

 

ARCHIVES :

 

 

       

     

         

         

         

 

       

     

 

 

Achetez votre musique sur CD Universe!

 

 

CHRONIQUE PRINCIPALE :

 

5 Seconds of Summer – Youngblood

5 Seconds of Summer – Youngblood

Suite à l’immense succès de ses deux premiers albums lancés en 2014 et 2015, le quatuor 5 Seconds of Summer a pris une pause du studio et revient maintenant avec son troisième disque. La chanson-titre à succès, ainsi que le premier extrait, « Want You Back », donnent le ton à cet album de musique pop très adolescente. Leur côté emo des débuts, qui leur a même valu l’étiquette pop punk quand ils sont apparus en spectacle en première partie de One Direction, est complètement disparu ici. Cependant, on retrouve une certaine part de rock à quelques pièces, sûrement dû au fait qu’il s’agit d’un groupe complet et non pas simplement d’un groupe vocal comme tant d’autres dans le genre. 5SOS propose une musique énergique aux refrains grandement accrocheurs. Donc, même si peu de titres ressortent du lot, le groupe a tout pour connaître un autre succès incroyable avec Youngblood.

Vidéoclips : « Want You Back » - « Youngblood »

Capitol / Universal

   

     

 

DÉCOUVERTE DU MOIS :

 

Tracyanne & Danny – Tracyanne & Danny

Tracyanne & Danny – Tracyanne & Danny

Le duo britannique formé de Tracyanne Campbell (Camera Obscura) et Danny Coughlan (Crybaby) présente son tout premier album. Le disque éponyme se déploie tout en douceur et avec beaucoup d’émotivité. Le mélange des deux voix s’avère particulièrement réussi, ce qui n’empêche pas qu’ils puissent briller chacun de leur côté tout au long du CD. Le style de Danny n’est pas sans nous rappeler Roy Orbison, ce qui s’agence tout de même bien avec l’indie pop contemporaine de Tracyanne. Danny attire toute l’attention sur lui avec « Jacqueline », une ballade triste et touchante. Cependant, c’est Tracyanne qui vole la vedette dans la pièce d’ouverture, « Home & Dry », ainsi qu’à plusieurs autres moments du disque. Quelques pièces mid-tempo possèdent un petit côté country pas désagréable du tout, qui ajoute une saveur intéressante à leur musique apaisante. Tracyanne et Danny se complètent magnifiquement bien sur ce premier album, qui n’aurait pu voir le jour sans cette fusion entre les deux artistes.

Merge

½

   

 

1-5 juiLLET :

 

 Jill Barber – Metaphora

Jill Barber – Metaphora

Après quatre ans d’absence sur disque, Jill Barber se réinvente sur Metaphora. Elle entre en effet dans le monde de la musique pop. Avec son nouvel extrait, « Une femme doit faire », que l’on retrouve ici en version anglaise (« Girl’s Gotta Do »), elle a déjà réussi à attirer l’attention. Il s’agit d’une pièce accrocheuse et rythmée qui traite de l’égalité homme-femme. Après avoir prouvé son talent dans le folk, le jazz et même la chanson française, voilà que Jill démontre toute son habileté pour écrire aussi de très bonnes chansons pop. Il faut dire qu’elle a eu de l’aide de Ryan Guldemond (Mother Mother) qui a collaboré avec elle pour l’écriture de l’ensemble de l’album. Jill a confié la réalisation à un autre grand nom, Gus Van Go (Whitehorse, Arkells), qui de son studio de New York est toujours accompagné de la force créative de Werner F. Le collectif Likeminds a aussi collaboré à l’album, ainsi que Gavin Brown et Maia Davies qui ont réalisé quelques pistes à Toronto. On peut entendre de nombreux morceaux dansants, mais aussi quelques titres plus introspectifs au piano, dont la touchante « Mercy ». C’est un album audacieux que propose Jill Barber avec Metaphora, mais elle relève le défi avec brio en présentant un enregistrement pop de grande qualité.

Outside / SIX

½

   

 Neko Case – Hell-On

Neko Case – Hell-On

Cinq ans se sont écoulés depuis le dernier album en solo de Neko Case, mais elle revient en force sur Hell-On. La chanteuse alternative à tendances folk et country présente en effet un disque grandement inspiré qui navigue habilement entre les genres. Les mélodies réussissent à nous accrocher dès le départ et il serait bien difficile d’arrêter l’écoute avant la fin. Neko assure la réalisation de l’album, avec Bjorn Yttling qui coréalise cinq chansons (il a aussi coécrit l’ensemble des 12 pièces). La voix chaude et dominante de Neko est enveloppée dans de très beaux arrangements qui apportent une grande richesse à l’album. Avec l’inspiration et la qualité de la réalisation qu’on y retrouve, on peut certainement considérer Hell-On parmi ses enregistrements les plus intéressants en carrière.

Anti- / Epitaph

   

 

 Ben Kunder – Better Human

Ben Kunder – Better Human

Le chanteur folk rock de Toronto revient avec un nouvel album, Better Human. Il nous raconte neuf histoires, comme lui seul sait le faire, sur une musique folk assez traditionnelle avec aussi des moments plus pop, très accrocheurs. Pour l’occasion, Kunder s’entoure de quelques collaborateurs qui ajoutent leurs voix à la sienne : Oh Susanna, Jim Guthrie et Carleigh Aikins (Paper Bird, Bahamas). Il y a aussi Sarah MacDougall et Maia Davies (Ladies of the Canyon) qui ont coécrit respectivement « Better Days » et « Fight for Time » (le premier extrait). C’est un album très agréable que nous propose Ben Kunder, encore une fois.

Comino / Fontana North

   

 Panic! At the Disco – Pray For the Wicked

Panic! At the Disco – Pray For the Wicked

Après le très solide Death of a Bachelor il y a deux ans, Panic! At the Disco est de retour. À nouveau réalisé par Jake Sinclair, ce sixième album studio du groupe s’inscrit en quelque sorte comme la suite logique du précédent. Il présente une idée conceptuelle qui s’inspire cette fois-ci du R&B et du hip hop des années 1990, en fusion presque parfaite avec le son pop rock maintenant très caractéristique du groupe. On pourrait parler de surproduction en plusieurs occasions avec des emballages musicaux costauds qui vont dans toutes les directions, mais c’est cette musique chargée qui rend le groupe doublement intéressant ces dernières années. Les arrangements peuvent rappeler une ambiance de comédie musicale, mais ce sont surtout les mélodies grandement accrocheuses qui deviennent complètement addictives. Le groupe propose donc encore une fois un album excitant et rafraîchissant à la fois.

½

   

 Guylaine Tanguay – 3764 Elvis Presley Blvd.

Guylaine Tanguay – 3764 Elvis Presley Blvd.

Après avoir repris des classiques country et avoir présenté un spectacle en hommage à Céline Dion, voilà que la chanteuse country québécoise est allée en studio à Nashville pour reprendre des incontournables du « king ». Ce 13e album regroupe en effet 13 classiques d’Elvis Presley interprétés à la façon de Guylaine Tanguay, soit avec sa touche country habituelle et sa voix puissante. Pour la pièce « That’s All Right (Mama) », Guylaine et ses musiciens se sont rendus au célèbre studio Sun à Memphis, presque 64 ans après qu’Elvis y ait enregistré cette reprise d’Arthur « Big Boy » Crudup. Cette expérience quasi-mythique, dans la pénombre du studio avec Steve Mandile à la guitare et Jerry Dean à la contrebasse, se retrouve en conclusion de CD. Pour découvrir Elvis sous un tout nouveau jour, Guylaine Tanguay propose une très belle option à tout ce qu’on a déjà entendu comme imitateurs du « king ».

Création

½

 

 Alexandre Barrette – Imparfait (DVD)

Alexandre Barrette – Imparfait (DVD)

Après avoir été vu par plus de 100 000 spectateurs, le spectacle Imparfait d’Alexandre Barrette est présenté aujourd’hui sur DVD et iTunes. Seul auteur des textes, Barrette propose un spectacle très personnel et sans autocensure. Il n’hésite pas à rire de lui-même et des failles de sa vie. Le spectacle drôlement efficace a été en nomination au Gala Les Olivier dans les catégories Spectacle d’humour de l’année, Mise en scène de l’année et Meilleur vendeur, ainsi qu’à l’ADISQ dans la catégorie Spectacle d’humour de l’année.

Zéro Musique / TVA Films

½

 

 

juin :

 

 Charlie Puth – Voicenotes

Charlie Puth – Voicenotes

Après de gros succès radio il y a deux ans, dont l’incontournable « Marvin Gaye », le chanteur pop américain revient avec son deuxième album. Il contient à nouveau quelques bombes, comme « Attention » et « How Long ». Mais ce qui retient surtout l’attention sur Voicenotes, c’est une bien plus grande cohérence tout au long du disque. Puth semble maintenant en plein contrôle de sa carrière, alors qu’on l’avait littéralement propulsé à l’avant-plan avec son premier album à la suite de son succès sur YouTube. Il s’ouvre un peu plus sur sa vie personnelle en plusieurs occasions, mais il livre surtout de solides chansons pop. On peut encore le comparer à Justin Timberlake, mais il établit de plus en plus son propre style de pop / R&B aux influences soul. On peut entendre quelques collaborateurs sur Voicenotes : Kehlani, Boyz II Men et James Taylor. (chronique principale de juin 2018)

Vidéoclips : « Attention » - « How Long » - « Done For Me »

Atlantic / Warner

   

     

Justin Saladino Band – A Fool’s Heart

Justin Saladino Band – A Fool’s Heart

Même s’il n’est âgé que de 23 ans, le guitariste montréalais est présent dans le paysage musical québécois depuis plus de 10 ans. Il a partagé la scène avec de nombreux artistes dont Victor Wainwright, Steve Strongman, Frank Marino, Paul DesLauriers, Jack de Keyzer et Ronnie Baker Brookes. Sur A Fool’s Heart, Saladino mélange habilement les styles, passant aisément du blues au rock et au soul, avec même une touche de funk en certaines occasions. L’album a été enregistré à Montréal et réalisé par Connor Seidel (Matt Holubowski, Beatrice Keeler). Beatrice Keeler prête d’ailleurs sa voix à l’album, ce qui ajoute une touche féminine très appréciée. C’est un disque solide que nous proposent Justin Saladino et ses musiciens, un album agréable à écouter du début à la fin et qui nous fait sentir bien. Mission accomplie! (découverte du mois de juin 2018)

Bros / SIX

½

   

 Annie Blanchard – Welcome soleil

Annie Blanchard – Welcome soleil

Pour son cinquième album, Annie Blanchard présente des classiques country francophones. L’album résolument ensoleillé propose les incontournables « Un jour à la fois », « Travailler c’est trop dur », « J’suis ton amie », « La prison de Londres » et « L’hôtel et la boisson ». On peut aussi y entendre le premier extrait, « C’est la saison », l’adaptation française de « Let Your Love Flow » des Bellamy Brothers, popularisée au Québec par Patrick Norman. En plus, il nous est possible de découvrir une nouvelle version du plus grand succès d’Annie en carrière, « Évangéline », qui a remporté le Félix de la Chanson de l’année au gala de l’ADISQ. Sur Welcome soleil, Annie Blanchard présente des chansons qui lui collent à la peau et qui se fusionnent parfaitement avec sa très jolie voix. (juin 2018)

Bobten

½

 

 Chromeo – Head Over Heels

Chromeo – Head Over Heels

Le duo électro montréalais revient avec son cinquième album, enregistré dans son studio de Los Angeles. Dave 1 et P-Thugg y démontrent tout leur amour pour le funk, le soul et le R&B, des styles qui les ont influencés depuis leur adolescence. Pour Head Over Heels, Chromeo intègre de nombreux collaborateurs, dont The-Dream, French Montana, Raphael Saadiq, Rodney Jerkins, des membres de Toto, et plusieurs autres. Le duo en est déjà à son quatrième extrait de Head Over Heels avec le plus récent, « Bad Decision », qui fait suite à « Must’ve Been » (avec DRAM), « Juice » et l’excellente « Bedroom Calling » (avec The-Dream). Cette dernière est considérée par Billboard comme l’une des meilleures chansons de Chromeo depuis des années. Chromeo nous présentent un album particulièrement rafraîchissant avec Head Over Heels, un disque qui rappelle les années 1980, tout en demeurant très contemporain. (juin 2018)

Vidéoclips : « Juice » - « Must’ve Been »

Last Gang / SIX

½

   

 Cœur de Pirate – En cas de tempête, ce jardin sera fermé

Cœur de Pirate – En cas de tempête, ce jardin sera fermé

Pour son premier album depuis Roses il y a trois ans, Cœur de Pirate poursuit dans sa lignée pop avec plusieurs chansons passablement énergiques aux mélodies inoubliables, toutes en français cette fois. On n’a qu’à penser au premier extrait, « Prémonition », mais aussi à « Combustible » et « Dans la nuit » (mettant en vedette le rappeur Loud). On a l’impression en plusieurs occasions que le disque a été pensé pour le marché français, tant par l’accent employé que les sonorités. Cependant, Cœur de Pirate réussit à conserver sa personnalité unique et présente un autre album solide. (juin 2018)

Vidéoclips : « Prémonition » - « Dans la nuit »

Grosse Boîte

½

 

 Corneille – Love & Soul

Corneille – Love & Soul

Pour son septième album en carrière, Corneille a décidé de reprendre des succès des années 1980 et 1990 qui lui manquaient. On retrouve donc des pièces indémodables de Toto, Wham!, Sade, Lenny Kravitz, Tracy Chapman, Simply Red, Cindy Lauper, Chris Isaak, et beaucoup plus. Corneille interprète le tout de sa voix suave, tantôt en version R&B dansante et tantôt acoustique. Il a travaillé pour l’occasion avec certains des réalisateurs les plus en vue en France actuellement : Ofenbach, Joe Rafaa (M. Pokora), Fred Savio (Christophe Maé) et Thierry de Cara (Fréro Delavega). Parmi les morceaux qui se démarquent particulièrement, notons « Careless Whisper » (l’une des trois chansons en deux versions), « Smooth Operator », « It Ain’t Over ‘Til It’s Over » et « Time After Time ». Sur Love & Soul, c’est l’interprète en Corneille qui prend le devant de la scène pour notre plus grand bonheur. (juin 2018)

Wagram / 323 / Musicor

½

 

 Father John Misty – God's Favorite Customer

Father John Misty – God's Favorite Customer

Le chanteur indie rock à tendance pop revient avec son quatrième album en 6 ans. Après Pure Comedy il y a à peine un an qui s’étendait sur 75 minutes, Father John Misty (alias Josh Tillman) resserre le tout sur God’s Favorite Customer pour un total sous les 40 minutes. C’est un album plus léger et rafraîchissant, un disque aux très belles mélodies accrocheuses. On peut entendre des ballades qui rappellent Elton John à ses débuts. La voix de Tillman est mise à l’avant-plan tout au long de l’album, ce qui pourra rebuter certains amateurs de musique avant tout, mais les arrangements demeurent de très grande qualité. C’est donc un autre très bon album que nous propose Father John Misty, un disque très agréable et plus accessible que le précédent. (juin 2018)

Sub Pop

½

   

 

 Florence K – Estrellas

Florence K – Estrellas

Après des incursions dans le jazz et la chanson en français, Florence K revient à ses premiers amours avec un album de musique latine/cubaine. Pour l’occasion, elle a travaillé avec Alex Cuba et il en résulte un album combinant magnifiquement la salsa et le reggaeton. Majoritairement en espagnol, on y trouve tout de même des moments en anglais et en français, notamment avec « Morena » que l’on peut entendre en deux versions, en espagnol et en français en conclusion du disque. Les rythmes demeurent toujours efficaces et Florence est certainement l’un des rares non-Cubaines à écrire et interpréter aussi bien les rythmes de ce pays au patrimoine musical riche. Voici donc un album chaud et ensoleillé qui accompagnera merveilleusement votre été, ou un voyage dans les Caraïbes… (juin 2018)

½

 

 Éric Lapointe – Délivrance

Éric Lapointe – Délivrance

Lapointe demeure fidèle à lui-même sur Délivrance. Le rockeur québécois présente en effet un bon mélange de chansons rock agressives, de pièces mid-tempo et de ballades. Les pièces rock à l’image du premier titre, « La nuit », sont mises en évidence par la guitare grinçante de son acolyte de toujours Stéphane Dufour. Cependant, peu importe le rythme de la chanson, c’est la voix rauque unique du chanteur qui s’impose, même qu’il chante mieux que jamais sur ce nouveau disque. Il y interprète des textes de grands noms comme Michel Rivard, Jean-Jacques Goldman, Luc De Larochellière, Lynda Lemay et Luc Plamondon. Il ressort même des textes du défunt Roger Tabra, son fidèle collaborateur pendant des années. Puis il reprend « Le p’tit bonheur » de Félix Leclerc « pour ses deux petits bonhommes ». On peut aussi entendre des duos qui ne passent pas inaperçus avec Noémie Lafortune (pour « La guerre a perdu » de Zachary Richard) et avec Travis Cormier (pour la presque métal « La bête », un texte de Lapointe et Lynda Lemay!). Avec Délivrance, Lapointe explore toutes ses zones de confort, dans un rock intemporel et qui lui est unique. Il s’agit certainement de son meilleur album depuis longtemps, question de s’assurer de demeurer au sommet du rock québécois. (juin 2018)

Instinct

½

 

 Harold Lopez-Nussa – Un Dia Cualquiera

Harold Lopez-Nussa – Un Dia Cualquiera

Pour son nouvel album, le pianiste cubain laisse quelque peu de côté ses racines latines et propose plutôt une musique jazz totalement originale. Ces compositions ont été conçues pour ce trio unique complété par son jeune frère Ruy Adrian à la batterie et Gaston Joya à la basse. Un Dia Cualquiera (Une journée ordinaire) propose l’idée d’entrer en studio et de jouer librement, comme on le ferait à la maison. Il en résulte donc un album spontané où le plaisir de jouer semble évident. En plus des compositions originales, Lopez-Nussa propose deux interprétations très réussies du répertoire d’Ernesto Lecuona, « Danza de los Nanigos » et « Y la Negra Bailaba ». À l’image de Gershwin aux États-Unis, Lecuona est considéré comme l’un des plus grands compositeurs cubains, ayant réussi à intégrer des formes indigènes et populaires au répertoire classique. Le pianiste reprend également le célèbre boléro « Contigo En La Distancia », repris par plusieurs artistes à travers le temps dont Placido Domingo et Christina Aguilera. Aussi à l’aise lorsqu’il improvise avec son trio, Lopez-Nussa semble comme un poisson dans l’eau tout au long de cet album à son image. (juin 2018)

Justin Time / SIX

½

   

 Tami Neilson – Sassafrass!

Tami Neilson – Sassafrass!

La chanteuse d’origine canadienne maintenant installée en Nouvelle-Zélande a su conquérir le Québec lors de ses dernières tournées. Sur Sassafrass (qui se dit d’une personne qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense), Tami Neilson semble avoir envie plus que jamais de s’amuser. Elle propose une musique énergique alliant rockabilly, soul, blues et country. Avec sa nouvelle coupe de cheveux en prime, on dirait qu’elle participe à la trame sonore d’un film de Tarantino. L’ensemble des arrangements musicaux donne d’ailleurs une qualité cinématographique à l’album. Dès la pièce d’ouverture et premier extrait, « Stay Outta My Business », Tami nous offre un groove irrésistible en accompagnement à sa voix puissante. Elle se permet de reprendre une composition de son père Ron Neilson, « One Thought of You ». Puis elle défend les femmes d’Hollywood et toutes les femmes agressées par des hommes dans « Smoking Gun » et « Kitty Cat », deux chansons au ton bien différent pour traiter pratiquement du même sujet, la première étant beaucoup plus sombre. Finalement, elle rend hommage à Glen Campbell le jour de sa mort dans « Manitoba Sunrise at Motel 6 ». (juin 2018)

Outside / SIX

   

 Judith Owen – redisCOVERed

Judith Owen – redisCOVERed

Sur redisCOVERed, la chanteuse britannique reprend des chansons très variées, tant pop que rock et même hip hop, dans des versions dépouillées piano-voix avec quelques percussions, cordes et cuivres discrets. Judith Owen nous fait donc redécouvrir ces chansons souvent très connues dans une version jazzy plutôt douce. On peut entendre par exemple « Hotline Bling » (Drake), « Shape of You » (Ed Sheeran), « Black Hole Sun » (Soundgarden), « Hot Stuff » (Donna Summer), « Smoke on the Water » (Deep Purple), « Summer Nights » de Grease, « Play That Funky Music » (Wild Cherry), « Blackbird » (Beatles) et plusieurs autres. Elle rend aussi hommage à l’une de ses plus grandes influences, Joni Mitchell, en revisitant « Cherokee Louise » et « Ladies Man ». Judith réussit à déconstruire habilement ces chansons familières pour les faire siennes. Il en résulte un album rafraîchissant à souhait, et surtout, qui demeure cohérent du début à la fin. (juin 2018)

Twanky / SIX

½

   

 Steve Hill – The One-Man Blues Rock Band

Steve Hill – The One-Man Blues Rock Band

Reconnu depuis de nombreuses années déjà comme l’un des meilleurs guitaristes de sa génération, Steve Hill fait de plus en plus son nom en tant que véritable homme-orchestre. Il éblouit partout où il passe sur scène alors qu’il joue vraiment tous les instruments à lui seul. Avec The One-Man Blues Rock Band, le multi-instrumentiste présente un premier album en concert, enregistré à La Chapelle de Québec en novembre dernier. On peut y entendre 12 chansons originales de blues rock, dont trois pièces acoustiques. On peut aussi entendre deux reprises, dont l’incomparable « Voodoo Child (Slight Return) » qu’il joue presque mieux que Jimi Hendrix lui-même. Sur ce dixième album en carrière, qu’il considère comme son plus réussi, Steve Hill impressionne par son vaste talent. On pourrait défier quiconque de deviner le nombre de musiciens sur scène tellement il l’habite complètement. Le seul regret c’est qu’on ne puisse le voir évoluer. À quand un DVD? En attendant, ne le ratez surtout pas sur scène s’il passe dans votre coin, puisqu’il partira bientôt pour une longue tournée au Royaume-Uni et en Allemagne où il se fait remarquer de plus en plus. (juin 2018)

No Label / SIX

½

 

 Cirque du Soleil – Stone : Hommage à Plamondon

Cirque du Soleil – Stone : Hommage à Plamondon

Parmi les projets spéciaux du Cirque du Soleil a eu lieu le spectacle Stone, Hommage à Plamondon à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières à l’été 2017. Pour l’occasion, des voix féminines du Québec ont réenregistré avec beaucoup d’originalité des classiques de Luc Plamondon. Ces enregistrements nous sont enfin offerts et on peut ainsi entendre Ariane Moffatt, Catherine Major, Klô Pelgag, Marie-Josée Lord, Marie-Mai, Marie-Pierre Arthur, Martha Wainwright, Valérie Carpentier et plusieurs autres. Les classiques réinventés, souvent en version électro pop, incluent « Le Parc Belmont », « Monopolis », « Oxygène », « Je danse dans ma tête », « Call Girl », « Tiens-toé ben, j’arrive! » et bien d’autres. Safia Nolin propose une version particulièrement touchante de « Le blues du businessman », alors que La Bronze nous lance une version entraînante de « Lili voulait aller danser », un véritable ver d’oreille qui vous fera taper du pied pendant des jours. L’album se conclut avec « L’hymne à la beauté du monde » de Diane Dufresne par tous les artisans du spectacle. Voici donc un hommage original et extrêmement réussi à Plamondon, qui a de quoi être fier de son œuvre. (juin 2018)

XS Music

 

 

Mai :

 

 Janelle Monae – Dirty Computer

Janelle Monae – Dirty Computer

Cinq ans se sont écoulés depuis son dernier album, et voilà que l’artiste singulière Janelle Monae est de retour avec une nouvelle œuvre futuriste de R&B. Comme à son habitude, elle navigue entre les styles avec une facilité inouïe, intégrant musiques rock, pop et funk à un ensemble à la fois déconcertant et captivant. Janelle réussit plus que jamais à nous conquérir dès les premières pièces et il s’avère bien difficile de ne pas rester jusqu’au bout par la suite, surtout que l’album est un peu plus court ici avec 43 minutes. Avec « Make Me Feel », elle propose un funk irrésistible qui a tout ce qu’il faut d’originalité et d’attractivité pour devenir un classique. Les deux autres extraits du disque, « PYNK » et « I Like That », possèdent aussi ce pouvoir d’attraction qui rend Janelle Monae si envoûtante. Elle s’entoure en plus de géants de la musique avec les collaborations discrètes de Brian Wilson, Pharrell Williams et Grimes. L’artiste continue d’intriguer, mais surtout elle frappe dans le mil avec Dirty Computer, un petit bijou de sa génération et assurément son album le plus complet à ce jour. (chronique principale de mai 2018)

Vidéoclips : « Make Me Feel » - « PYNK » - « I Like That »

Bad Boy / Warner

½

   

     

Soccer Mommy – Clean

Soccer Mommy – Clean

Soccer Mommy est le nom de scène de Sophie Allison, une jeune auteure-compositrice et interprète de 20 ans qui a grandi à Nashville. Elle a d’abord lancé l’an dernier une collection d’enregistrements-maison présentés sur le web, et elle revient cette fois avec son véritable premier album. Sur Clean, Soccer Mommy nous offre 10 chansons indie rock qui conservent toujours un côté dépouillé, même si elles bénéficient ici d’arrangements nettement plus élaborés que ses enregistrements précédents. On peut déjà sentir qu’elle développe de plus en plus son propre style qui deviendra rapidement reconnaissable. C’est un très bon premier essai par Soccer Mommy qui demeurera une artiste à surveiller de près au cours des prochaines années. (découverte du mois de mai 2018)

Vidéoclips : « Your Dog » - « Cool »

Fat Possum

½

   

 Alfa Rococo – L’amour et le chaos

Alfa Rococo – L’amour et le chaos

Le duo composé de Justine Laberge et David Bussières est de retour sur disque après avoir obtenu de nombreux succès radios depuis le début de sa carrière. Lancé 11 ans jour pour jour après leur premier album, Lever l’ancre, ce quatrième opus d’Alfa Rococo propose à nouveau une musique pop légère et dansante dominée par les claviers. Les mélodies demeurent inoubliables et les vers d’oreille sont nombreux sur L’amour et le chaos, à commencer par le premier extrait, « Incendie », et la chanson-titre. (mai 2018)

Coyote

½

 Matthew Barber – Phase of the Moon

Matthew Barber – Phase of the Moon

Quatre ans après Big Romance et deux ans après sa collaboration avec sa sœur Jill Barber pour The Family Album, le Torontois revient avec Phase of the Moon, qu’il réalise lui-même. Transporté par le premier extrait, « Back To You », ainsi que la très belle chanson-titre, l’album se présente tout en douceur, autour de la voix de Matthew et ses arrangements discrets de piano et guitare acoustique, accompagnés occasionnellement de cordes. Ces chansons sont nées dans le quartier Montmartre à Paris, où le chanteur et son épouse se sont installés pendant un mois au début de 2017. L’album est empreint d’une certaine mélancolie, de réconfort et d’apaisement. Enregistré en trois jours en Ontario, Phase of the Moon présente des chansons bien personnelles, qui ramènent Matthew Barber à ses racines. Très agréable! (mai 2018)

Outside / SIX

½

   

 Beach House – 7

Beach House – 7

Beach House est un duo de Baltimore formé en 2005 par Victoria Legrand et Alex Scally. Vous l’aurez deviné grâce au titre, ils en sont déjà à leur septième album. Ils proposent une musique alternative qui navigue entre indie rock et pop aérienne. Depuis quelques années, ils se sont grandement épanouis et ont élargi leur spectre musical. Ils poursuivent cette évolution sur ce septième opus alors que peu de pièces se ressemblent véritablement. Il n’y a que la voix vaporeuse de Victoria qui fait le lien tout au long du disque, mais après tout, c’est leur marque de commerce. Beach House a travaillé différemment en studio cette fois-ci. Ils ont d’abord changé de réalisateur en embauchant Sonic Boom en remplacement de leur fidèle collaborateur, Chris Coady. Puis, ils ont invité en studio leur batteur de tournée, James Barone. Mais surtout, ils ont enregistré les chansons au fur et à mesure de leur écriture, pour une plus grande spontanéité et pour ne pas nuire à la créativité. Le résultat est riche, varié et il réussit à conserver notre intérêt jusqu’au bout. Un très bon disque par un duo qui sait maintenant où il se situe dans sa carrière. (mai 2018)

Sub Pop

½

   

 

 Claude Bégin – Bleu nuit

Claude Bégin – Bleu nuit

Suite au succès inattendu de Les magiciens, Claude Bégin revient avec son deuxième album, Bleu nuit. Le multi-instrumentiste en signe la réalisation, les arrangements, les musiques et la majorité des textes. En fait, certains des textes ont été coécrits avec Marie-Mai, Laurence Nerbonne, Clodelle et Eman, qui prêtent aussi leurs voix à ces quatre chansons. On peut entendre également Sylvie Morin, sa maman, dans la pièce « La main d’un ange » en conclusion du disque. Bégin présente des mélodies pop grandement accrocheuses enrobées de très beaux arrangements de cordes, interprétées par Marianne Croft, et de piano. À surveiller de près : le premier extrait, « Ma voiture volante », monte rapidement aux palmarès, et parions que la chanson-titre avec Clodelle provoquera tout autant de réactions. (mai 2018)

Vidéoclip : « Ma voiture volante »

Coyote

½

 

 Jean-Michel Blais – Dans ma main

Jean-Michel Blais – Dans ma main

Le pianiste et compositeur québécois Jean-Michel Blais est de retour avec un nouvel album, Dans ma main. Lui qui œuvre dans un style néo-classique, il a décidé cette fois-ci d’y intégrer de l’électro minimaliste. Il en résulte un amalgame de musique post-classique et de pop contemporaine intégrant des sonorités synthétiques qui viennent briser son univers intime au piano en diverses occasions. La pièce-titre tire son influence du poète Hector de Saint-Denys Garneau. Blais explore l’influence de la spiritualité sur la vie quotidienne, lui qui est fasciné par le silence presque religieux que provoque sa musique en concert. Avec Dans ma main, Jean-Michel Blais franchit un nouveau jalon important dans sa carrière en présentant un album de néo-classique innovateur. (mai 2018)

Arts & Crafts / SIX

½

   

 The Box – Take Me Home

The Box – Take Me Home

Le légendaire groupe pop rock montréalais est de retour à la surprise générale avec un mini-album de quatre pièces, disponible sur les plateformes numériques. Jean-Marc Pisapia et sa bande proposent des chansons qui s’insèrent à merveille dans l’œuvre du groupe, avec notamment des rythmes efficaces et des mélodies inoubliables. Avec seulement 15 minutes de musique, on est rapidement déçu parce qu’on en prendrait encore longtemps de ces compositions efficaces. Après neuf ans d’absence sur disque, The Box est définitivement de retour en force, prêt à retrouver son public des années 1980 qui ne l’a jamais oublié. (mai 2018)

The Great Tomato Company / SIX

½

 Jeremy Dutcher – Wolastoqiyik Lintuwakonawa

Jeremy Dutcher – Wolastoqiyik Lintuwakonawa

Jeremy Dutcher est un ténor et compositeur de formation classique qui n’hésite pas à mélanger ses racines de la Première Nation Wolastoq à la musique qu’il crée. Il en résulte une musique totalement originale qui allie musiques classique, traditionnelle et pop. Dutcher accompagne en plus son album d’une pochette au visuel puissant, très artistique, photographiée par Matt Burns. La musique de Dutcher n’est pas des plus accessibles au premier abord et demande assurément une période d’adaptation. (mai 2018)

SIX

 

 Juliana Hatfield – Juliana Hatfield Sings Olivia Newton-John

Juliana Hatfield – Juliana Hatfield Sings Olivia Newton-John

Même si on ne s’en douterait pas naturellement, la chanteuse rock alternative Juliana Hatfield a eu Olivia Newton-John en admiration dans son enfance. Sur ce nouvel album, elle se fait plaisir en reprenant 13 classiques de son héroïne. En fait, c’est le positivisme de ses chansons qu’elle appréciait tant chez Olivia, toujours livré avec sa jolie voix mélodieuse. Juliana dit que de l’écouter lui permet de s’évader dans un très bel endroit. On peut entendre « Magic », « Physical », « Totally Hot », « Xanadu » et « Hopelessly Devoted To You », sans oublier « I Honestly Love You » qui débute le CD, en plus de revenir à la toute fin en reprise. Avec cet album, Juliana Hatfield permet de redécouvrir les chansons d’Olivia Newton-John sous un nouveau jour. Bien agréable! À noter qu’un dollar par album vendu sera remis au Olivia Newton-John Cancer Wellness & Research Centre (ONJ Centre). (mai 2018)

American Laundromat

½

   

 Lake Street Dive – Free Yourself Up

Lake Street Dive – Free Yourself Up

Sur son sixième album, le quatuor de Boston Lake Street Dive atteint de nouveaux sommets en puissance et en virtuosité. Il faut dire que leur formation en jazz n’y est certainement pas étrangère. Ce sont les deux femmes du groupe qui en prennent le contrôle ici. D’abord, la bassiste Bridget Kearney (qui a présenté un album solo l’an passé) a composé ou participé à la composition de sept des 10 chansons du disque. Ensuite, la chanteuse Rachael Price, originaire du Tennessee, vole la vedette avec sa voix puissante et sa présence imposante dans chaque chanson. Le groupe présente une musique pop rock solide, avec toujours quelques influences de soul rétro, mais plus discrètes qu’auparavant. On peut peut-être faire quelques rapprochements avec des groupes des années 1970 comme Fleetwood Mac, mais l’ensemble de Free Yourself Up demeure totalement original. Certainement leur meilleur album à ce jour! (mai 2018)

Nonesuch / Warner

½

   

 

 Low Cut Connie – Dirty Pictures (Part 2)

Low Cut Connie – Dirty Pictures (Part 2)

Depuis Dirty Pictures (Part 1), le chanteur et pianiste Adam Weiner est devenu sans équivoque le leader du groupe de Philadelphie Low Cut Connie, et c’est encore plus évident ici (on le retrouve même sur la pochette). Le groupe amène encore un peu plus loin son exploration du vieux rock ‘n’ roll mis au goût du jour. En fait, à part des sonorités d’une autre époque plus évidentes en certaines occasions, il s’agit d’un album de pop rock contemporain d’une grande originalité. Le dosage semble parfait entre nouvelles créations et influences du passé. Le groupe présente donc peut-être son album le plus réussi à ce jour. Un disque très agréable! (mai 2018)

Contender

½

   

 

 Loreena McKennitt – Lost Souls

Loreena McKennitt – Lost Souls

Après 12 ans d’absence en studio, la Manitobaine Loreena McKennitt revient avec Lost Souls, un premier album original depuis An Ancient Muse. L’auteure-compositrice et interprète présente à nouveau le son qui l’a toujours caractérisé, soit un folk aux influences celtiques et new age, avec des passages d’inspiration moyen-orientale. Sa voix haut perchée accompagnée de piano demeure envoûtante et nous fait assurément voyager. Certains des neuf titres offerts ont été composés il y a plusieurs années déjà, alors que d’autres sont plus récents. Certains s’inspirent des poèmes de John Keats et de W.B. Yeats, tandis que la chanson-titre tire sa source du livre Brève histoire du progrès de Ronald Wright. Les instruments sont nombreux sur Lost Souls et enrobent magnifiquement le piano et la voix de Loreena, pour un album riche et très agréable à écouter attentivement jusqu’à la fin. (mai 2018)

Quinlan Road / Universal

½

   

 Modern Studies – Welcome Strangers

Modern Studies – Welcome Strangers

Modern Studies est un collectif écossais formé en 2015 qui présente aujourd’hui son deuxième album. Ils offrent une musique indie pop / pop de chambre avec des éléments de folk et de jazz expérimental, le tout enveloppé dans de superbes arrangements de cordes. Grâce à ces orchestrations, plusieurs des 10 pièces évoluent dans un crescendo qui nous accroche complètement. Impossible de s’en détacher ensuite tellement on se retrouve hypnotisés. Plus sophistiqué que leur premier opus, Welcome Strangers transporte le groupe a un autre niveau. Un excellent disque, extrêmement agréable à écouter sur toute sa longueur! (mai 2018)

Fire

½

   

 

 Obia Le Chef – Soufflette

Obia Le Chef – Soufflette

Obia Le Chef est un rappeur montréalais / haïtien qui s’est d’abord fait remarquer pour ses prouesses à des joutes verbales à Montréal et Paris. Avec Soufflette, il présente son premier album solo officiel. Ses deux premières mixtapes qui remontent à 2011 et 2013 sont déjà considérés comme des projets cultes sur la scène rap québécoise. Il est entouré ici de producteurs de renom, dont DoomX, High Klassified et Kaytranada. Il propose une musique énergique et variée qui plaira à un auditoire plutôt vaste. (mai 2018)

7ième Ciel / SIX

½

 

 Parkway Drive – Reverence

Parkway Drive – Reverence

Le groupe de métal hardcore australien existe depuis 15 ans, et il semble s’améliorer d’album en album. Ce sixième disque de Parkway Drive emprunte au métal mélodique popularisé par les Britanniques dans les années 1980 (Iron Maiden, Judas Priest), sans toutefois dénaturer le style du groupe développé au cours des années. Leur côté agressif demeure bien présent appuyé par la voix gutturale de Winston McCall. Mais des moments entraînants beaucoup plus lumineux, comme « Prey » par exemple, viennent équilibrer les choses, pour un album de métal qui a le potentiel de rejoindre un vaste auditoire. Le rap métal de « Absolute Power » nous ramène aux bonnes années de Rage Against the Machine qui rencontreraient Sepultura. Quant à « The Void » (pas la plus intéressante), elle aurait pu paraître sur l’album noir de Metallica il y a 27 ans. En conclusion, ce que Parkway Drive réussit sur Reverence c’est qu’il s’ouvre complètement en laissant tomber ses œillères. Il en résulte donc un album varié et qui demeure solide dans tous les aspects explorés. Bravo! (mai 2018)

Epitaph

½

   

 

 Michael Rault – It’s a New Day Tonight

Michael Rault – It’s a New Day Tonight

Originaire d’Edmonton et maintenant installé à Montréal, Michael Rault propose son troisième album avec It’s a New Day Tonight. Il nous offre à nouveau un très beau mélange de folk rock des années 1970, de pop des années 1960 et de néo-psychédélisme. On peut le comparer notamment à Tame Impala chez ses contemporains, ainsi qu’à Wings, George Harrison et Badfinger dans les années 1970, d’où l’album pourrait facilement être sorti. Les thèmes qu’il aborde ici tournent autour du sommeil et du rêve, des concepts qui l’ont attiré. Enregistrées au légendaire studio Daptone à Brooklyn, les chansons ne bénéficient pratiquement pas d’arrangements ajoutés, pour un effet très live en studio. C’est un album très agréable qui nous est présenté par Michael Rault, et qui se termine en plus dans un long jam ensoleillé avec « When the Sun Shines ». (mai 2018)

Sleepless / Daptone / SIX

½

   

 Shinedown – Attention Attention

Shinedown – Attention Attention

Après plus de 15 ans de carrière, le groupe floridien revient avec son sixième album. Fidèles à eux-mêmes, les gars de Shinedown présentent un mélange de post-grunge et de hard rock. Attention Attention contient plusieurs rythmes et mélodies efficaces, à commencer par « Devil » et la chanson-titre. Le premier extrait, « The Human Radio », laisse quant à lui quelque peu indifférent malgré un refrain énergique. Et c’est malheureusement ce qu’on retrouve encore en majorité sur ce nouvel opus, soit des titres qui manquent d’originalité, de personnalité et qui ne provoquent que bien peu de réactions positives. On semble vouloir plonger dans le métal en plusieurs occasions, mais on ne se rend jamais assez loin. Shinedown demeure donc la version américaine de Nickelback avec une bonne dose de Billy Talent. (mai 2018)

Vidéoclips : « The Human Radio » - « Devil »

Atlantic / Warner

½

   

 

 Dana Sipos – Trick of the Light

Dana Sipos – Trick of the Light

La chanteuse folk canadienne Dana Sipos, totalement indépendante et nomade, nous revient avec un nouvel album sur lequel elle a travaillé avec le réalisateur expérimental Sandro Perri. Il en résulte un album unique duquel transpirent les échos des grands espaces, même si le disque a été enregistré à Toronto. À noter aussi la collaboration de Mary Margaret O’Hara à la pièce « When the Body Breaks ». Avec Trick of the Light, Dana Sipos présente un album qui reflète bien sa personnalité libre. (mai 2018)

Roaring Girl / Fontana North

   

 Rita Tabbakh – Sous le ciel de Paris

Rita Tabbakh – Sous le ciel de Paris

L’ex-participante à La Voix Rita Tabbakh a toujours été passionnée de chanson française, dès son plus jeune âge. Pour son tout premier album, elle a donc décidé de rendre hommage aux plus grandes de ces chansons françaises, de redonner une nouvelle vie à ces mélodies inoubliables plusieurs décennies plus tard. Rita reprend de très belle façon des titres de Piaf, Aznavour, Ferré, Sardou, Dassin, Gainsbourg, Brel, Ferrat, Dalida, ainsi que Véronique Sanson. On peut entendre 12 classiques intemporels interprétés avec une grande douceur, qui met doublement en évidence la voix magnifique de Rita Tabbakh, et nous fait ainsi redécouvrir toute la puissance de ces grandes chansons chargées d’émotion. Pour « Et si tu n’existais pas » de Joe Dassin, Rita est accompagnée d’Alexandre Désilets dans un très beau duo. Avec ce premier enregistrement, Rita Tabbakh démontre à merveille son immense talent d’interprète. (mai 2018)

Propagande

½

 

 Valery Vaughn – Valery Vaughn

Valery Vaughn – Valery Vaughn

Valery Vaughn, c’est un duo rock québécois qui s’inspire tant de Galaxie et Gros Mené que de Death From Above et Motörhead. Sur ce premier album, Vincent Huard-Tremblay et Victor Tremblay-Desrosiers proposent un rock énergique avec une ligne de basse lourde et une guitare pleine de distorsion. Leurs sonorités se rapprochent du métal en de nombreuses occasions, avec même des relents du Black Sabbath des débuts. Leur énergie débordante se transportera assurément sur scène. À découvrir! (mai 2018)

Costume / SIX

 The Young Novelists – In City & Country

The Young Novelists – In City & Country

Le duo ontarien The Young Novelists est en fait un couple formé de Graydon James et Laura Spink. Ils aiment bien explorer l’histoire d’un groupe de petite ville de province, son appartenance à la communauté, etc. Leurs textes souvent poétiques sont toujours chantés avec de superbes harmonies. In City & Country, leur troisième album, a été enregistré à Montréal en compagnie du réalisateur Howard Bilerman (Arcade Fire, Leonard Cohen). On y trouve de grands moments d’indie rock transportés par la guitare électrique, mais le duo explore aussi le folk en plusieurs occasions. On retrouve beaucoup de mélancolie dans les ballades. Wilco semble avoir été une influence importante pour le couple. (mai 2018)

 Francis Cabrel – L’essentiel 1977-2017 (3 CD)

Francis Cabrel – L’essentiel 1977-2017 (3 CD)

Une première collection double était parue il y a quelques années sous le titre L’essentiel 1977-2007. Pour souligner les 40 ans de carrière de Francis Cabrel, voici maintenant que cette anthologie est augmentée d’un troisième CD, couvrant jusqu’à 2017. Ce sont donc 51 chansons incontournables qui sont réunies dans ce très beau coffret, incluant trois chansons inédites : « Des montagnes de tout », « Le fils unique » et « Lily, Rosemary et le valet de cœur » (une adaptation de « Lily, Rosemary and the Jack of Heart » de Bob Dylan, son idole). Francis Cabrel compte tellement de succès plus grands que nature tout au long de sa carrière qu’il serait trop long de les énumérer, mais ils se retrouvent tous à un moment ou un autre de cette œuvre ultime. Le seul défaut du coffret est d’avoir un livret qui manque de détails (on n’y retrouve que des citations extraites de ses chansons). (mai 2018)

Tandem

 

 

avril :

 

Stone Temple Pilots – Stone Temple Pilots (2018)

Stone Temple Pilots – Stone Temple Pilots (2018)

Huit ans après son album éponyme, le groupe californien revient avec un autre disque éponyme, comme quoi il manque d’inspiration même pour ses titres d’albums. Il s’en est passé des choses au cours de ces dernières années. Non seulement Stone Temple Pilots a perdu son chanteur, Scott Weiland, décédé d’une surdose en 2015, mais il a aussi perdu Chester Bennington (Linkin Park) qui avait joint le groupe pendant deux ans et qui s’est enlevé la vie l’an passé. Les trois membres restants ont donc dû procéder à une nouvelle embauche et l’heureux élu a été Jeff Gutt, un participant à The X Factor. Gutt a un style vocal très similaire à Weiland, ce qui ne sera pas trop dépaysant pour les fans du groupe. Musicalement, STP ne s’éloigne aucunement des terrains battus en proposant toujours un hard rock rappelant les années 1990. Les mélodies et les riffs sont généralement efficaces, mais les surprises s’avèrent plutôt rares. C’est un rock convenu, un match parfait pour le groupe, mais qui n’éblouira personne malheureusement. Même les plus grands fans auront du mal à accrocher à ce nouvel opus et se rabattront probablement sur les classiques du groupe. (chronique principale d'avril 2018)

Warner

   

     

The Savilles – Something Strange

The Savilles – Something Strange

The Savilles est un quatuor torontois qui nous arrive avec son premier album complet après un mini-album en 2016. La chanteuse Meagan Brittanie, le guitariste montréalais Sylvain Marquis, le bassiste Gabriele Mabrucco et le batteur Nate Finucci proposent une musique électro-pop avec de bons éléments de rock. Le tout se fusionne parfaitement avec de superbes mélodies totalement inoubliables. On peut comparer les Savilles à un mélange entre Alvvays, Yeah Yeah Yeahs et She & Him. C’est un disque rafraîchissant et extrêmement agréable jusqu’à la fin. Son principal défaut, c’est d’être bien trop court avec seulement huit titres totalisant un peu plus de 25 minutes. Ironiquement, le CD se conclut avec « I Want More » (je veux plus). (découverte du mois d'avril 2018)

Gypsy Soul / SIX

½

 Megan Bonnell – Separate Rooms

Megan Bonnell – Separate Rooms

Après avoir véritablement établi son style en 2016 sur Magnolia, la chanteuse ontarienne revient à nouveau avec un album aux mélodies pop incomparables sur fond de folk et d’indie pop. Plus folk au début, l’album prend son envol au troisième titre avec le succès potentiel « Your Voice » avant de poursuivre sur la même voie avec « What’s Good For You ». Si Separate Rooms reprend les éléments qui ont fait le succès du disque précédent, il présente cependant une plus grande maturité. Encore un très bon album de la part de Megan Bonnell! (avril 2018)

Cadence

½

   

 Camaromance – Chasing Clouds

Camaromance – Chasing Clouds

Camaromance (alias Martine Groulx) présente une musique inspirée par des amours déchus, un cœur souvent lourd et brisé. L’artiste propose un folk introspectif plutôt recherché sur lequel elle vient posée sa voix haut perchée qui contribue à illuminer l’ensemble. Huit années se sont écoulées depuis son dernier disque, elle qui croyait ne plus en faire, mais Camaromance n’a rien perdu de son esprit créatif, inspirée par une série de deuils récents. Il en résulte son album le plus personnel à ce jour. Les 12 pièces présentent 12 personnages qui donnent leur prénom au titre. Il s’agit en quelque sorte de 12 tableaux d’une œuvre bien chargée. Un très bon disque! (avril 2018)

Simone / SIX

½

   

 Petula Clark – Vu d’ici

Petula Clark – Vu d’ici

La légende anglaise à l’âge vénérable de 85 ans, Petula Clark, s’est entourée de collaborateurs québécois pour ce nouvel album en français. Vu d’ici a été coréalisé par Louis-Jean Cormier et Antoine Gratton. Puis on compte de nombreux collaborateurs d’ici pour l’écriture des chansons : Antoine Gratton, Luc De Larochellière, France D’Amour, Nelson Minville, Frédérick Baron, Steve Marin, Kevin Bazinet, Rick Allison, Diane Cadieux, Tino Izzo, Alexandre Poulin, et plusieurs autres. C’est Louis-Jean Cormier qui signe le premier extrait, « Le chemin de la gare ». Petula a également collaboré à l’écriture de la dernière chanson, « Jamais adieu », avec Nelson Minville. Entièrement produit à Montréal, l’album reflète parfaitement l’atmosphère québécoise que Petula Clark voulait donner à son album. Elle présentera ses nouvelles chansons sur les plus grandes scènes du Québec au cours du mois de mai, avec un arrêt au Théâtre Maisonneuve de Montréal le 10 mai. (avril 2018)

Martin Leclerc

 

 Amen Dunes – Freedom

Amen Dunes – Freedom

L’auteur-compositeur et interprète Damon McMahon est de retour avec son projet Amen Dunes, quatre ans après Love qui a reçu toutes sortes d’éloges. Freedom a été produit sur fond de drame alors que la mère de McMahon a été diagnostiquée en phase terminale du cancer au début des enregistrements. Tout en conservant les chansons plutôt simples, McMahon leur donne une certaine envergure grâce à une richesse musicale peu présente précédemment. Il travaille à nouveau avec Godspeed You! Black Emperor qui vient ajouter à l’ensemble déjà bien touffu. Amen Dunes amène donc la musique indie folk à un autre niveau, un niveau rarement atteint jusque-là, grâce à un excellent mélange de folk, de rock et d’électronique. Les arrangements rendent les chansons franchement lumineuses, pour son album le plus riche et le plus accessible à ce jour. Un excellent disque! (avril 2018)

Sacred Bones

½

 

 FouKi – Zay

FouKi – Zay

Dans la jeune vingtaine, le rappeur montréalais FouKi et son producteur QuietMike (alias LeMichel Silencieux) présentent un premier album avec Zay. Ces figures montantes du rap québécois l’ont enregistré à Montréal entourés de plusieurs collaborateurs au micro, notamment Vendou (L’Amalgame), Mike Shabb et Kevin Na$h. L’album de rap navigue entre humour et introspection avec quelques traces de reggae et même de folk. Leurs racines culturelles semblent être autant québécoises qu’européennes et américaines. FouKi présente donc un rap varié et rassembleur qui peut capter l’attention d’un vaste auditoire. (avril 2018)

Vidéoclip : « Makeup »

7ième Ciel / SIX

 

 Mark Kingswood – Strong

Mark Kingswood – Strong

Mark Kingswood est un chanteur britannique qui a adopté le Québec depuis peu. Sur ce premier album, le crooner propose un mélange de pop et de jazz qui n’est pas sans nous rappeler Michael Bublé en plusieurs occasions. Kingswood y fait même référence dans « Got a Thing for Swing ». Auteur et compositeur, il signe plusieurs des 13 titres offerts. On peut aussi l’entendre reprendre des classiques de R.E.M. (« Losing My Religion ») et George Michael (« One More Try »). La première prend une toute autre dimension dans cette atmosphère intimiste, ce qui en fait une très bonne ballade. Sur Strong, c’est entouré d’une soixantaine de musiciens que Mark Kingswood nous offre une musique aux arrangements riches. (avril 2018)

21K

 Bettye LaVette – Things Have Changed

Bettye LaVette – Things Have Changed

La carrière de la légende du soul Bettye LaVette a pris tout un tournant au milieu des années 2000 quand elle a commencé à s’entourer de rockeurs et de bluesmen. C’est au cours de ces dernières années qu’elle a produit ses meilleurs albums, et elle poursuit sur sa lancée avec Things Have Changed. Cette fois-ci, elle reprend 12 chansons du vaste répertoire de Bob Dylan. Souvent à consonance blues, l’album présente ces chansons indémodables sous un tout nouveau jour. Il faut dire qu’une interprétation par Bettye LaVette permet à la chanson de se transformer et elle en fait sienne. C’est ce qu’elle réussit tout au long du CD de près d’une heure, alors qu’on en vient à oublier complètement la version originale, et même son créateur. À noter, les participations de Keith Richards et Trombone Shorty. En plus de la chanson-titre en ouverture, les moments forts du disque nous arrivent avec « It Ain’t Me Babe », « Don’t Fall Apart on Me Tonight » et « The Times They Are A-Changin' ». Mais, c’est tout l’ensemble qui mérite une écoute attentive qui s’avèrera des plus agréables. La magie opère toujours avec Bettye LaVette! (avril 2018)

Verve / Universal

   

 Kacey Musgraves – Golden Hour

Kacey Musgraves – Golden Hour

Trois ans après l’excellent Pageant Material, la chanteuse country du Texas revient avec son sixième album (en excluant son disque de Noël d’il y a deux ans). Ce qui frappe dès les premiers titres de l’album, c’est son côté lumineux qui nous transporte tout de suite sous le soleil. Sa voix douce et charmante y est certainement pour quelque chose, mais les arrangements riches contribuent pour beaucoup. En fait, ils nous sortent rapidement du carcan country pour nous rappeler une musique pop des années 1960 ou le folk des années 1970, robes fleuries en prime. Elle explore même le disco sur « High Horse ». Kacey Musgraves réussit encore une fois à nous séduire avec un disque rafraîchissant et enveloppant, un disque parfait pour la saison estivale. En plus, vous ne pourrez vous débarrasser de plusieurs des mélodies qui sont extrêmement accrocheuses tout au long des 13 titres. Golden Hour peut certainement être considéré comme son album le plus solide à ce jour et il prend ainsi une sérieuse option sur l’album country de l’année. (avril 2018)

MCA Nashville / Universal

   

 Old Crow Medicine Show – Volunteer

Old Crow Medicine Show – Volunteer

Le groupe formé il y a 20 ans en Virginie est de retour avec un nouvel album explosif. En effet, en s’associant avec le réalisateur Dave Cobb, largement reconnu à Nashville, Old Crow Medicine Show s’est assuré d’élargir son répertoire et d’ainsi prendre une nouvelle direction. Volunteer contient toujours des éléments de musiques folk, roots et traditionnelle, mais avec un son country beaucoup plus évident qu’auparavant. Surtout, ce que Cobb réussit à faire avec le groupe, c’est de recréer sur disque l’ambiance de leurs spectacles enflammés. On s’en rend rapidement compte avec la pièce d’ouverture énergique au possible, « Flicker & Shine », du jamais entendu sur disque jusque là pour le groupe. On retrouve d’autres titres pour nous faire taper du pied tout au long du disque, mais on peut aussi entendre des ballades plaintives toutes aussi efficaces, question de nous faire respirer quelque peu. Old Crow Medicine Show présente peut-être son album le plus cohésif à ce jour avec Volunteer. Très réussi! (avril 2018)

Columbia Nashville / Sony

½

   

 Rosie & the Riveters – Ms. Behave

Rosie & the Riveters – Ms. Behave

Dans la foulée du mouvement #metoo, le trio féminin de la Saskatchewan ne pouvait faire autrement que de traiter du sujet. Rosie & the Riveters ont écrit plus de 40 chansons pour ce nouvel album, avant de se rendre à Toronto pour travailler avec des compositeurs comme Royal Wood et Matthew Barber. Il en résulte 12 chansons folks à tendance rétro, mais qui demeurent très actuelles. On peut également entendre des éléments de jazz, de pop et de soul. Leur prise de position peut sembler quelque peu bizarre dans leur contexte musical, mais quand on sait que le nom du groupe s’inspire de Rosie the Riveter, une icône féministe active pendant la Seconde Guerre Mondiale, Ms. Behave prend tout son sens dans le soutien aux femmes agressées sexuellement. D’ailleurs, tous les profits de la pièce « I Believe You » seront versés à YWCA Canada qui supporte les survivants d’agressions sexuelles. (avril 2018)

SIX

 Mikhaëlle Salazar – Deslembrança

Mikhaëlle Salazar – Deslembrança

Mikhaëlle Salazar est une Québécoise d’origine chilienne. Elle a suivi les traces de son père bassiste, guitariste et chanteur, et elle a entrepris l’étude du violon dès l’âge de cinq ans. Elle se consacre plus tard au chant jazz et sort diplômée de l’Université de Montréal en 2015. Elle se produit avec différents groupes, en plus de participer à des émissions de télévision en tant que choriste, comme En direct de l’univers à Radio-Canada. Mikhaëlle présente aujourd’hui son premier mini-album qui contient cinq titres de jazz latin, fortement influencés par les musiques du Brésil, de Cuba et du Chili : salsa, samba, bossanova et funk. Elle livre surtout une surprenante relecture de « Mille après mille », le classique de Willie Lamothe, dans une nouvelle version bossanova bilingue. Elle réussira probablement à attirer l’attention grâce à cette reprise hors du commun, en plus de présenter une musique chaude et ensoleillée tout au long de Deslembrança. (avril 2018)

½

 SC Mira – Keep Crawling SC Mira – Drug Warm Coma

SC Mira – Keep Crawling / Drug Warm Coma

Avec ce CD, le groupe pop rock de Winnipeg dirigé par la chanteuse et guitariste Sadye Cage assemble deux mini-albums. Keep Crawling était paru en septembre dernier avec les excellentes « Free », « Mexico » et « Breaking My Skin ». Quant à Drug Warm Coma, un autre mini-album de trois pièces, on l’entend ici pour la première fois. Même si le dernier s’avère moins accrocheur que le premier, SC Mira saura assurément vous séduire avec ce disque beaucoup trop court. (avril 2018)

Sugar Gator

½

 Kyra Shaughnessy – Standing Still

Kyra Shaughnessy – Standing Still

L’auteure-compositrice et interprète présente son cinquième album avec Standing Still. Elle propose 10 titres folk roots en alternance entre anglais et français, intégrant aussi du gaélique irlandais. Parmi ses compositions originales, on peut entendre deux pièces traditionnelles réarrangées : « Tout passe » (acadienne, inspirée de la version d’Yves Marchand) et « Samhradh, Samhradh » (irlandaise, inspirée de la version de The Gloaming). Sur la chanson-titre, on peut entendre un texte récité par le chanteur atikamekw Sakay Ottawa. Kyra propose un très beau mélange entre des sons du Québec, de l’Irlande et de l’Afrique de l’Ouest avec un superbe équilibre entre guitare, kora, violoncelle et percussions. Sa voix chaude vient envelopper le tout, en plus de rendre ses mélodies inoubliables. Pour une musique folk à la fois douce et riche, Kyra Shaughnessy comble les attentes avec Standing Still. (avril 2018)

½

 Royal Wood – Ever After the Farewell

Royal Wood – Ever After the Farewell

Pour son nouvel album, l’auteur-compositeur et interprète canadien s’est rendu à Londres pour enregistrer avec Jamie Scott (Rag’n’Bone Man, Justin Bieber, Major Lazer, Tom Odell, Macklemore). Au cours des dernières années, Royal Wood a dû jongler entre le décès de son père et sa rencontre avec le grand amour, et ce mélange d’émotions s’entend sur Ever After the Farewell. On y trouve en effet une fusion entre les regrets du passé et un futur florissant rempli de positivisme. Musicalement, Royal Wood élargit encore un peu plus son spectre avec des influences des années 1960 et une musique pop rock franchement contemporaine. Quelques ballades acoustiques plus introspectives s’ajoutent agréablement à l’ensemble. Sur Ever After the Farewell, Royal Wood joue pratiquement de tous les instruments et a enregistré presque chaque pièce le jour même de sa création. Il en résulte possiblement son album le plus immédiat, un disque qui capte rapidement notre attention et la conserve jusqu’à la fin. (avril 2018)

Outside / SIX

½

   

 

MARS :

 

 Vance Joy – Nation of Two

Vance Joy – Nation of Two

Après le succès de son premier album, Dream Your Life Away, grâce surtout au hit radio « Riptide », l’auteur-compositeur et interprète australien est de retour sur disque. Vance Joy présente à nouveau sa musique folk mélodique à tendance tantôt pop, tantôt rock. Nation of Two contient encore une fois de grands succès potentiels, à commencer par l’incontournable premier extrait « Lay It On Me ». Superbe mélodiste, Joy réussit à nous accrocher avec la majorité de ses chansons. Il ne manque qu’un peu de créativité musicale par moments pour qu’il parvienne véritablement à se distinguer des Ed Sheeran, Jack Johnson, James Blunt et compagnie. Malgré tout, son style commence quelque peu à se dessiner, pour un deuxième album plus cohérent que le premier. (chronique principale de mars 2018)

Vidéoclips : « Lay It On Me » - « We’re Going Home » - « Call If You Need Me »

Atlantic / Warner

   

     

I’m With Her – See You Around

I’m With Her – See You Around

I’m With Her est un super trio féminin composé de Sara Watkins (Nickel Creek), Aoife O'Donovan (Crooked Still) et Sarah Jarosz. Elles proposent une musique folk dépouillée et discrète aux influences bluegrass. Des textures chaudes et de superbes harmonies vocales viennent enrichir le tout. See You Around est un album qui s’installe lentement, demandant ainsi un minimum de patience. Par contre, les amateurs de musique folk toute en douceur s’en verront grandement récompensés au bout des 40 minutes. (découverte du mois de mars 2018)

Rounder

   

 Anne Bisson Trio – Four Seasons in Jazz: Live at Bernie’s

Anne Bisson Trio – Four Seasons in Jazz: Live at Bernie’s

Four Seasons in Jazz a été enregistré en direct du studio de matriçage de Bernie Grundman à Hollywood (en mars 2017), en version complètement analogique, directement au disque. Anne Bisson y propose une musique jazz toute douce qui prend parfois des allures de folk. Elle y interprète les quatre saisons avec trois pièces chacune, en plus de l’introduction à l’été, « I Can See Clearly Now ». L’album se conclut avec trois pièces en boni, incluant une chanson originale inédite, « Come On, Lolita », à paraître sur son prochain album. Si vous aimez le jazz dépouillé piano-voix, Anne Bisson réussira assurément à capter votre attention. (mars 2018)

Camilio / Musinfo

 

 Fanny Bloom – Liqueur

Fanny Bloom – Liqueur

Fanny Bloom présente aujourd’hui son troisième album, Liqueur, qui a presque été composé entièrement à son chalet qu’elle surnomme « le studio des Pays d’en haut ». Avec ses complices Thomas Hébert et Julien Harbec (La Patère Rose), Fanny a su créer une musique pop rafraîchissante et colorée. L’électronique demeure toujours bien présente et est utilisée avec intelligence, pour des moments de grande créativité musicale. Les superbes mélodies et la voix vaporeuse de Fanny s’ajoutent à l’ensemble pour une fusion parfaite. Son duo avec Karim Ouellet pour la pièce « Nos cœurs » doit aussi être souligné. Voici donc un disque ensoleillé qui vous accompagnera à merveille tout au long de la saison estivale à venir. (mars 2018)

Vidéoclip : « On s’aimera »

Grosse Boîte

½

 

 Les Bouches Bées – Compte à rebours

Les Bouches Bées – Compte à rebours

Le trio féminin revient à la charge avec son deuxième album, Compte à rebours. Les Bouches Bées poursuivent dans le style folk léger qui les a caractérisées dès leurs débuts, mais en y ajoutant une bonne dose de mélodies pop, au détriment de leurs sonorités country. À tel point que plusieurs chansons ne font un lien au passé que grâce à la guitare acoustique utilisée. Les structures et rythmes pop s’avèrent orientés vers un plus vaste auditoire. Des pièces introspectives comme « Mon jardin » et « Et pourtant » au centre de l’album viennent tout de même casser ce rythme et leur permettre de revenir au style qui nous les a fait connaître. (mars 2018)

Grand V

½

 

 Cats on Trees – Neon

Cats on Trees – Neon

Suite à la sortie de son premier album en 2013, le duo Cats on Trees a connu un immense succès en France. Grâce notamment aux succès « Siren’s Call » et « Jimmy », l’album éponyme s’est vendu à plus de 220 000 exemplaires et a permis au duo de donner au-delà de 200 spectacles en France lors d’une tournée de 2 ans. Sur Neon, Nina et Yohan reviennent avec une musique pop aux mélodies hors du commun, sur des rythmes électro-pop. Ils s’inspirent tant des Beach Boys que d’Arcade Fire, un bon mélange entre musique analogique d’une autre époque et de sonorités contemporaines. Leurs mélodies inoubliables livrées avec un charme fou par Nina réussissent à nouveau à nous séduire. Difficile de ne pas craquer! (mars 2018)

Tôt ou Tard / SIX

½

 

 Eddy De Pretto – Cure

Eddy De Pretto – Cure

Véritable révélation en France l’automne dernier grâce à son hit « Fête de trop », Eddy De Pretto présente maintenant un premier album de rien de moins que 15 titres. Il traite de sujets délicats sans aucune gêne (le sexe, la fête, la nuit, la drogue). Musicalement, il présente une pop française contemporaine qui s’inspire autant de la chanson française (Claude Nougaro) que du rap américain (Kanye West). Les sonorités qu’il emprunte au rap le distinguent assurément de la masse des chanteurs français d’aujourd’hui. Créant un buzz sur les plateformes en ligne avec plusieurs millions d’écoutes, Eddy De Pretto se positionne déjà comme un artiste majeur de la nouvelle scène française. (mars 2018)

Vidéoclip : « Fête de trop »

Initial Artist Services / SIX

½

 

 Ellen Doty – Come Fall

Ellen Doty – Come Fall

La chanteuse de Calgary à la voix exceptionnelle est de retour avec son deuxième album, quatre ans après Gold. Auteure-compositrice et interprète grandement prometteuse, Ellen Doty propose une musique jazz à tendance pop et même soul. Par contre, sur Come Fall, elle a décidé d’épurer complètement son son, se retrouvant ainsi souvent simplement accompagnée d’un piano bien discret. Des percussions toutes aussi discrètes s’ajoutent parfois à l’ensemble, mais c’est tout. Pas de basse, ni guitare, ni cuivres. C’est un autre album réussi que nous présente Ellen Doty. (mars 2018)

Alma / Universal / SIX

   

 Étienne Drapeau – Fiesta

Étienne Drapeau – Fiesta

Avec Fiesta, l’ex-académicien se lance dans une nouvelle aventure. Il présente sept chansons originales en espagnol, ainsi que quatre classiques de la pop latine : « Despacito », « Bailando », « Vivir Mi Vida » et « La Copa de la Vida ». Dès l’écoute du premier extrait, « Vivir Mi Vida », on peut découvrir une énergie explosive et positive qui lui va à merveille et qui demeurera présente tout au long du disque. Suite à cet album idéal pour faire la fête, Drapeau se lancera dans une tournée québécoise qui débutera au Casino de Montréal les 10 et 17 mars. Il ira même en Argentine du 15 au 26 avril dans le cadre du Trophée Roses des Andes dont il est le porte-parole, en plus de faire une tournée à Cuba à l’automne. (mars 2018)

 

 Dumas – Nos idéaux

Dumas – Nos idéaux

Le prolifique Dumas en est maintenant à une douzaine d’albums en 15 ans de carrière. Sur Nos idéaux, il présente encore une fois un agréable mélange d’électronique, de pop et de rock, un son épuré qu’il ralentit quelque peu en plusieurs occasions. Il s’agit peut-être de l’album le plus personnel de Dumas à ce jour, alors qu’il se permet une remise en question et une introspection, notamment avec l’extrait « À l’est d’Éden ». L’album a été réalisé par le tandem inséparable de Gus Van Go et Werner F, ainsi que par le duo Likeminds. On reconnaît aisément son style bien à lui, que Dumas réussit tout de même à mettre au goût du jour. (mars 2018)

½

 

 Franz Ferdinand – Always Ascending

Franz Ferdinand – Always Ascending

Après cinq ans d’attente, les membres de Franz Ferdinand effectuent un retour sur disque avec Always Ascending. Dès la pièce d’ouverture (la chanson-titre), on peut percevoir que le groupe est quelque peu perdu, avec un mélange de disco et d’électro bon marché, qui habillent des changements de rythme plus inutiles qu’imprévisibles. Le tout se confirme par la suite avec de nombreuses pièces qui sonnent vieillottes. Il y a bien quelques rythmes pour nous faire taper du pied, mais le groupe ne semble plus être l’ombre de lui-même. On a plutôt envie de retourner rapidement aux premiers albums du groupe lorsqu’on entend des pastiches de leurs meilleures chansons, en beaucoup moins intéressant. On peut même entendre la ligne mélodique de « Take Me Out » pendant « Lazy Boy ». Très décevant ce cinquième album de Franz Ferdinand! (mars 2018)

½

   

 Myles Goodwyn – Myles Goodwyn and Friends of the Blues

Myles Goodwyn – Myles Goodwyn and Friends of the Blues

Membre fondateur d’April Wine en 1969, c’est à l’aube de ses 70 ans que le chanteur et guitariste Myles Goodwyn présente aujourd’hui ses compositions blues qu’il a accumulées pendant toutes ces années. Il s’est entouré pour l’occasion de vrais musiciens de blues : Jack de Keyzer, Garret Mason, David Wilcox, Amos Garret, Kenny Wayne, Joe Murphy, Frank Marino, Shaun Verreault, Bill Stevenson et Rick Derringer. La voix de Goodwyn demeure claire et puissante tout au long des 12 titres de l’album qui dépasse les 52 minutes. Il s’agit d’un album de blues rock efficace par une légende du rock canadien. (mars 2018)

Linus / SIX

   

 Marc Hervieux – Nos chansons

Marc Hervieux – Nos chansons

Pour son deuxième album de chansons populaires, le célèbre ténor n’interprète rien de moins que 18 classiques des répertoires québécois, français, italien et américain. « Une chance qu’on s’a » côtoie donc « Quand on n’a que l’amour », « Over the Rainbow », « Caruso », « Smile / What a Wonderful World », « C’est beau la vie », « My Way (Comme d’habitude) », « La quête » et « O sole mio ». Tous ces incontournables ont été enregistrés devant public au studio Piccolo à Montréal dans un format piano-voix, alors que Marc Hervieux est accompagné par Claude Webster au piano, pour la première fois sur disque. (mars 2018)

Zone3

½

 

 Simon Kingsbury – Plaza

Simon Kingsbury – Plaza

Deux ans après Pêcher rien, Simon Kingsbury revient avec son deuxième album. Moins folk que le précédent, Plaza présente plutôt une musique pop rock avec un groupe complet de musiciens. Écrit, composé, enregistré et mixé en moins de 6 mois, Plaza représente à la perfection un processus de création intense. Le premier extrait, « Tuer la bête », en donne un excellent aperçu. Vous ne serez donc pas surpris par le reste du disque. (mars 2018)

Ad Litteram

 

 Moby – Everything Was Beautiful, and Nothing Hurt

Moby – Everything Was Beautiful, and Nothing Hurt

Cinq ans se sont écoulés depuis son album Innocents, mais Moby est finalement de retour sur disque dans son style bien à lui de musique électro très cinématographique. Il faut dire que ces dernières années il avait exploré d’autres horizons avec son projet punk de The Void Pacific Choir. Sur Everything Was Beautiful, and Nothing Hurt, son 15e album, on retrouve le Moby que l’on avait découvert dans les années 1990, particulièrement avec Play qui fêtera bientôt son 20e anniversaire. Moby s’inspire bien entendu toujours du trip hop anglais, mais on retrouve aussi des influences soul et gospel à travers sa musique mélancolique. Il réussit ainsi à nous offrir une musique contemporaine, mais en lien direct avec le passé. Moby souligne que toutes les chansons de l’album possèdent des imperfections ou sont incomplètes, à l’image des tisserands du Moyen-Orient qui introduisent délibérément des défauts dans leurs tapis, croyant que seul le Divin peut être parfait. Même si ces imperfections s’avèrent être discrètes dans ce disque de Moby, il y a quand même des moments surprenants, comme « The Ceremony of Innocence » qui ne possède aucune ligne de basse. Malgré ces imperfections, c’est un album très réussi que nous propose Moby. (mars 2018)

Little Idiot / Arts & Crafts / SIX

½

   

 Mount Eerie – Now Only

Mount Eerie – Now Only

Sur A Crow Looked at Me paru l’an passé, Phil Elverum racontait à quel point le décès de son épouse, Geneviève Castrée (une artiste d’origine québécoise), avait changé sa vie. Il revient déjà avec Now Only, tentant de regarder vers l’avenir avec sa fille. C’est avec beaucoup de tendresse que l’auteur-compositeur et interprète raconte à quel point il change, qu’il le veuille ou non. Moins triste que son disque précédent, celui-ci s’avère tout de même extrêmement introspectif, s’éloignant du rock la plupart du temps pour flirter avec le folk, s’accompagnant seul à la guitare. Now Only marquera peut-être moins les esprits que l’album précédent, acclamé par la critique, mais les fans de Mount Eerie seront ravis de voir où Elverum en est rendu avec sa vie. Un disque à découvrir lentement et qui vous laissera une très belle lueur d’espoir face à la mort. (mars 2018)

P.W. Elverum & Sun

½

 Jordan Officer – Three Rivers

Jordan Officer – Three Rivers

Le guitariste virtuose montréalais présente son quatrième album avec Three Rivers. Après avoir repris des pièces qui lui ont été marquantes sur Blue Skies, il revient avec 11 chansons originales intégrant du blues, du soul, du funk et du gospel, le tout avec des sonorités de la Nouvelle-Orléans. Officer collabore à nouveau avec le batteur Charley Drayton (Keith Richards, Divinyls, B-52’s) qui a réalisé l’album dans un studio de New York. C’est à travers des séances d’improvisations en studio que le duo a réussi à créer un langage unique à ce disque qui replonge dans les racines des influences de Jordan Officer. Un très bon disque pour tout amateur de vieux blues. (mars 2018)

Spectra

½

 

 Les Rats d’Swompe – Vivre en ville

Les Rats d’Swompe – Vivre en ville

Voici le premier album de ce trio franco-ontarien qui fusionne musiques rock et traditionnelle. Après avoir roulé leur bosse en Ontario, les Rats d’Swompe prennent le Québec d’assaut avec le premier extrait à succès (la chanson-titre) qui a déjà envahi les radios. On peut reconnaître des influences des Cowboys Fringants et de Kaïn, mais aussi du rock à saveur irlandaise. Le groupe propose plusieurs compositions originales avec un propos bien de sa génération. Mais les Rats d’Swompe démontrent aussi toute leur affection pour la chanson traditionnelle d’ici en reprenant à leur façon des titres comme « Le temps des pommes », « Le p’tit cordonnier », « La dernière bûche » et « Chevaliers de la table ronde ». Avec Vivre en ville, le trio propose un album dynamique d’une grande efficacité, un album qui fait le lien entre les traditions et les préoccupations actuelles. (mars 2018)

Passeport

 Suuns – Felt

Suuns – Felt

Pour son nouvel album, le quatuor montréalais désirait prendre son temps, être plus relaxe dans sa création. Suuns est donc entré aux studios Breakglass avec Jace Lasek des Besnard Lakes pour cinq sessions réparties sur plusieurs mois. L’album a été mixé à la perfection par le réputé John Congleton (St. Vincent), arrivé tout droit de Dallas pour l’occasion. Plus libre que jamais, le groupe se laisse aller dans des explorations musicales hors du commun. Le premier extrait, « Watch You, Watch Me », en donne d’ailleurs un bon aperçu avec des rythmes uniques de la part du batteur Liam O’Neill pour accompagner un mélange organique/synthétique bien particulier. Un peu moins noirs que par le passé, Ben Shemie et sa bande empruntent une voie plus ludique avec Felt. C’est un album qui nécessite toujours un certain effort d’adaptation et qui s’adresse donc à un public averti. Cependant, on peut y entendre des prouesses créatives impressionnantes, avec un très bon mélange de rock expérimental et d’électro. (mars 2018)

Vidéoclips : « Watch You, Watch Me » - « Make It Real »

Secret City / SIX

½

   

 Whyte Horses – Empty Words

Whyte Horses – Empty Words

Après avoir grandement impressionné avec son premier album, Pop or Not, il y a deux ans, le groupe de Manchester revient avec un nouvel album. Sur Empty Words, Dom Thomas et sa bande ne voulaient pas reproduire ce qui avait fonctionné sur le premier enregistrement. Moins influencé par la pop française et le funk, ce nouveau disque propose plutôt une musique indie pop d’avant-garde, intégrant de l’électronique. Whyte Horses se retrouvent alors propulsés des années 1960 à 2018. On retrouve toujours bien évidemment leurs influences premières, mais un peu mieux saupoudrées et intégrées à l’ensemble. Le disque demeure ainsi rafraîchissant, tout en sollicitant un peu plus notre intellect. Audrey Pic remplace Julie Margat en tant que chanteuse principale, apportant ainsi plus d’expérience. On peut aussi entendre Mélanie Pain (Nouvelle Vague), Leonore Wheatley (The Soundcarriers) et La Roux (qui vole la vedette sur « Best of It »). En bout de ligne, les qualités tant appréciées du premier album se retrouvent toujours sur Empty Words, mais avec une évolution certaine vers une musique plus contemporaine. (mars 2018)

CRC

½

   

 Brimbelle – De la ferme au marché (DVD)

Brimbelle – De la ferme au marché (DVD)

Après Brimbelle chante la ferme du Foin-Foin, la chanteuse pour enfants Brimbelle propose le DVD musical De la ferme au marché (aussi offert en album). C’est sur un style country folk qu’elle fait découvrir aux jeunes de moins de 8 ans comment les produits du terroir se rendent jusqu’au marché. Accompagnée sur le DVD et en spectacle par la mascotte Foin-Foin, Brimbelle présente un bon divertissement pour les tout-petits, avec des compositions de qualité. (mars 2018)

Gregg

 

février :

 

 Fall Out Boy – M A N I A

Fall Out Boy – M A N I A

Fall Out Boy avaient complété ce septième album l’an passé, mais insatisfaits, ils ont tout supprimé pour recommencer de zéro. Il en résulte probablement leur disque le plus pop à ce jour avec de nombreuses mélodies accrocheuses et quelques rythmes dansants. Ils peuvent encore puiser dans le hard rock à l’occasion, notamment avec « The Last of the Real Ones ». Par contre, c’est plutôt le premier extrait, « Champion », qui représente le meilleur compromis entre leur style actuel et le son rock de leur passé. Peu de moments sur l’album réussissent à véritablement ressortir du lot, et l’ensemble s’avère plutôt moyen, mi-figue mi-raisin. Rien de bien intéressant donc, et peut-être leur album le moins réussi à ce jour. (chronique principale de février 2018)

Vidéoclips : « Champion » - « The Last of the Real Ones » - « Hold Me Tight or Don’t »

Island / Universal

½

   

       

 Lior Shoov – Lior Shoov

Lior Shoov – Lior Shoov

Lior Shoov est une auteure-compositrice et artiste multidisciplinaire d’origine israélienne qui demeure maintenant à Paris. Elle parcourt le monde depuis cinq ans, trimballant des instruments étranges dans ses bagages. Tout est prétexte à percussions pour accompagner sa voix douce et unique, allant de divers tambourins jusqu’à de simples jouets. Lior mélange ainsi allégrement les styles, entre chanson, musique du monde et improvisation. C’est donc une artiste bien singulière que l’on découvre avec cet album éponyme incomparable. (découverte du mois de février 2018)

Musique Sauvage / L-A be / SIX

½

   

 Big Little Lions – Alive and Well

Big Little Lions – Alive and Well

Le duo canadien est de retour avec son troisième album à saveur folk pop. Big Little Lions présentent 13 chansons originales, souvent énergiques, où les harmonies vocales dominent largement. On retrouve une belle cohésion tout au long du disque, qui demeure solide du début à la fin. Il s’agit peut-être de leur essai le plus réussi à ce jour. Une chose est certaine : plusieurs des mélodies proposées vous resteront en tête longtemps. Vous pourrez les découvrir en tournée un peu partout à travers le Canada au cours des prochains mois. (février 2018)

Far Flung / Riptide

 Robi Botos – Old Soul

Robi Botos – Old Soul

Voici le troisième album en quatuor pour le pianiste Robi Botos. Accompagné de Seamus Blake (saxophone), Mike Downes (basse) et Larnell Lewis (batterie), Botos s’impose de plus en plus dans le paysage jazz canadien. Il est en plus accompagné ici par des invités de renom : Cory Henry (orgue Hammond B3), Ingrid Jensen (trompette) et Lionel Loueke (guitare), sans oublier un quatuor à cordes pour deux morceaux. Enregistré à Montréal en une journée, après avoir été joué en concert à Toronto et Montréal, l’album conserve son atmosphère live alors que le groupe a performé ensemble dans la même pièce. Le disque se termine en force avec une reprise unique de « Calhoun Square » de Prince. Avec Old Soul, Robi Botos plaira tant aux amateurs de jazz que de soul avec une musique remplie d’espoir et d’humilité. Très agréable! (février 2018)

A440 / SIX

½

 

 Holly Cole – Holly

Holly Cole – Holly

Considérée comme l’une des plus grandes chanteuses jazz au Canada, Holly Cole revient à l’avant-scène avec Holly, après six ans d’absence sur disque. La native d’Halifax propose 11 interprétations de grands standards du genre, dont l’incontournable de George Gershwin, « I Was Doing All Right », qu’elle nous offre en compagnie de l’incomparable tromboniste et chanteur Wycliffe Gordon. Elle remet ça un peu plus tard avec un autre titre de Gershwin, « They Can’t Take That Away From Me ». Enregistré en majeure partie au Studio Sear Sound de New York avec le réalisateur Russ Titelman (Eric Clapton, Randy Newman, Rickie Lee Jones), l’album possède en plus des arrangements du pianiste Larry Goldings. Holly ajoute sa touche bien personnelle à toutes ces grandes chansons qui prennent ici une nouvelle dimension intemporelle. (février 2018)

Rumpus Room / Universal / SIX

½

   

 Olivier Couture – Avant de crever

Olivier Couture – Avant de crever

Olivier Couture a parcouru les routes du Québec en tant que chansonnier, et il a participé à l’émission On connait la chanson animée par Mario Tessier à TVA en 2014 où il a remporté la bourse de 200 000 $. Il lance maintenant son tout premier album, réalisé par ses acolytes Alexandre Pomerleau et Samuel Bonneau. Avant de crever présente une musique pop rock énergique dans laquelle Couture semble avoir un plaisir fou. Le premier extrait (« Cette Montréalaise »), « Tarte à la crème », « Au revoir Clara » et la chanson-titre possèdent toutes un groove contagieux qui vous fera taper du pied et chanter à tue-tête, dans un désir de surpasser le chanteur qui y va à fond de train. C’est un premier album bien agréable que nous propose Olivier Couture, un divertissement de qualité qui attirera certainement l’attention. (février 2018)

Vidéoclip : « Cette Montréalaise »

St Laurent

½

 Yves Duteil – Respect

Yves Duteil – Respect

En prévision d’une nouvelle tournée québécoise au printemps 2019, Yves Duteil présente ce nouveau disque de 12 chansons à son fidèle auditoire. Il s’agit d’un album rempli d’émotion et d’optimisme pour l’avenir. Il favorise notamment un rapprochement avec le peuple musulman dans « Mohammed, Aïcha ». Duteil propose souvent des orchestrations d’une grande richesse, mais il sait aussi demeurer intimiste avec des passages piano-voix. Respect devrait encore une fois plaire à ses nombreux fans. (février 2018)

Martin Leclerc

 

 Dominique Fils-Aimé – Nameless

Dominique Fils-Aimé Nameless

L’auteure et interprète montréalaise qui s’est fait connaître du grand public à La Voix en 2015 présente son deuxième album. Nameless est inspiré du poème Still I Rise de Maya Angelou, écrivaine, poétesse et figure emblématique du mouvement noir américain pour les droits civiques. Apaisant, envoûtant et intense, l’album de Dominique Fils-Aimé rend hommage à la résilience et à la force des peuples face à l’adversité. Il s’agit d’un disque soul minimaliste aux influences blues afro-américaines du début du 20e siècle, une musique libératrice qui représentait un exutoire pour les esclaves à l’époque. La voix de Do Mi alterne entre puissance et douceur, avec des passages particulièrement suaves. Avec Nameless, l’artiste nous offre un album qui fait du bien à l’âme. C’est seulement dommage qu’il soit beaucoup trop court avec tout juste huit pièces totalisant 25 minutes. (février 2018)

Ensoul / SIX

½

 

 Ezra Furman – Transangelic Exodus

Ezra Furman – Transangelic Exodus

Le prolifique artiste de Chicago présente déjà son quatrième album depuis qu’il évolue sans les Harpoons. Avec Transangelic Exodus, Ezra Furman propose certainement son album le plus varié à ce jour, avec des passages aériens ou cinématographiques et d’autres plus agressifs aux guitares grinçantes. En ouverture, Furman rappelle Springsteen sur « Suck the Blood from My Wound » par sa voix écorchée. Lou Reed nous vient aussi en tête en plusieurs occasions. Mais, là où Furman se distingue, c’est qu’il peut aller dans différentes directions musicales, tout en ayant une histoire claire, celle d’un homme en amour avec un ange, poursuivis par le gouvernement. Il avoue que ce soit un mélange de fiction et de retour sur lui-même. Dans tous les cas, Ezra Furman frappe dans le mil avec Transangelic Exodus, que l’on reconnaitra probablement comme son meilleur enregistrement jusqu’à maintenant. (février 2018)

Bella Union

½

   

 Galaxie – Super Lynx Deluxe

Galaxie – Super Lynx Deluxe

Olivier Langevin et sa bande sont de retour avec un nouvel album éclaté fusionnant rock énergique, souvent psychédélique, et musique électronique dansante. La distorsion des guitares continuera de vous faire dresser les cheveux, mais le travail d’orfèvre qui se trouve derrière ce mur de guitare mérite qu’on s’y attarde. Galaxie réussit encore une fois à nous accrocher dès le premier morceau, la chanson-titre, mais le groupe conserve son pouvoir d’attraction tout au long du disque avec des pièces comme « Magie Magie » ou « Jujube » qui ne peuvent laisser personne indifférent. Il sera donc bien difficile de décrocher avant la fin des 33 minutes, le seul moment où on a le droit au relâchement. Voici donc un autre excellent enregistrement par ce groupe qui nous semble au sommet de son art depuis Zulu il y a trois ans. (février 2018)

Lazy At Work / SIX

½

 Good Lovelies – Shapeshifters

Good Lovelies Shapeshifters

Après Burn the Plan il y a trois ans, le trio folk féminin de Toronto est de retour sur disque avec Shapeshifters. Caroline Brooks, Kerri Ough et Susan Passmore nous offrent à nouveau de superbes harmonies vocales avec un son encore plus accessible, un pas de plus vers la musique pop. Elles sont donc prêtes à attaquer un auditoire beaucoup plus large qu’avec leur son traditionnel antérieur. Considérant la qualité de leurs mélodies et de leurs harmonies, le résultat s’avère particulièrement réussi. Voici donc un album d’une grande efficacité, qui saura attirer l’attention de nombreux fans de musique pop intelligente. (février 2018)

Vidéoclip : « I See Gold »

Fontana North

½

   

 The James Hunter Six – Whatever It Takes

The James Hunter Six – Whatever It Takes

Le soulman anglais revient avec un nouvel album de R&B au son rétro. Enregistré live en studio directement sur une bande 8 pistes, Whatever It Takes semble tout droit sorti des années 1955-65. L’album s’inspire fortement de son épouse Jesse, rencontrée à New York il y a quelques années. Il en résulte un certain lâcher prise de la part de James Hunter qui semble avoir reçu une illumination lors de l’écriture de ces chansons. Plusieurs titres de grande qualité capteront rapidement votre attention, au point de croire qu’il s’agit de la reprise d’un classique pré-Motown. Eh bien non, puisque les 10 chansons de l’album sont originales. Même s’il ne dure que 27 minutes, Whatever It Takes risque de surprendre même les plus sceptiques. Voici donc un très beau voyage dans le temps au niveau du son, mais avec d’excellentes compositions d’aujourd’hui par James Hunter. (février 2018)

Daptone

½