Recherche personnalisée sur tout Musicomania.ca

 

 

 

pour CHERCHER dans cette page

 

MARS 2019

 

Chronique principale :  Ariana Grande    Découverte du mois :  Sheila Soares

 

15-21 mars :

Madison Violet

 

1-7 mars :

Bryan Adams - Lou-Adriane Cassidy - Robert Charlebois - Corneille - Lara Fabian -

Luis Fonsi - Yves Jarvis - Avril Lavigne - Weezer (2) - Stephan Eicher - Pauline Julien

 

22-28 février :

Mehdi Cayenne - Dominique Fils-Aimé - Emilie Kahn - Murray A. Lightburn

 

15-21 février :

The Cat Empire - Amanda Rheaume - Le Vent du Nord

 

8-14 février :

Colin Linden & Luther Dickinson - Jessica Pratt - Elizabeth Shepherd

 

1-7 février :

mIKE pOSNER - mAGGIE rOGERS - Jérôme Charlebois - Lou Doillon -

Prieur & Landry - Caroline Savoie - Taking Back Sunday - Sheryl Crow (Blu-ray)

 

 

Légende pour les étoiles

 

 

ARCHIVES :

 

       

         

         

         

 

       

     

 

 

Achetez votre musique sur CD Universe!

 

 

CHRONIQUE PRINCIPALE :

 

Ariana Grande – Thank U, Next

Ariana Grande – Thank U, Next

Tout juste six mois après Sweetener, Ariana Grande nous offre déjà le cinquième album de sa jeune carrière. Propulsé par les extraits « Imagine », « 7 Rings » et la chanson-titre, Thank U, Next propose 12 chansons de pop moderne et originale. On y trouve le parfait dosage entre pop dansante et ballades, entre chansons sombres et joyeuses, avec quelques éléments de R&B sensuel. On peut dire qu’à 25 ans, Ariana a déjà trouvé son style et son univers, et qu’elle en a le parfait contrôle. Les épreuves n’ont pas manqué pour elle au cours des dernières années et elles auront sûrement servi de sources d’inspiration. On n’a qu’à penser à l’attaque de Manchester lors de son concert en 2017, sans oublier le décès prématuré de son ex-copain Mac Miller. Ariana aura réussi à canaliser son énergie en énergie créatrice et elle présente aujourd’hui sans contredit son album le plus solide à ce jour. Thank U, Next se présente donc comme l’album d’une star de la pop au sommet de son art.

Vidéoclips : « Thank U, Next » - « 7 Rings » - « Break Up With Your Girlfriend, I’m Bored »

Republic / Universal

½

   

     

 

DÉCOUVERTE DU MOIS :

 

Sheila Soares – All There Is

Sheila Soares – All There Is

Sheila Soares nous arrive tout droit de Toronto avec finalement un premier album de chansons originales. L’auteure-compositrice et interprète (et ancienne enseignante) propose un jazz léger intégrant des éléments de soul, de blues et de folk. On peut la comparer à Norah Jones, Diana Krall et Alison Krauss. Le court disque de sept titres totalisant moins de 26 minutes a été réalisé par Eric St-Laurent, qui y joue aussi la guitare. St-Laurent accompagne magnifiquement Sheila avec l’aide du claviériste Jeff McLeod et d’une solide section rythmique formée de Jordan O’Connor (basse) et Chris Wallace (batterie). All There Is contient une musique envoûtante qui nous rejoint rapidement grâce à la très belle voix de l’artiste. Le principal défaut de l’album, c’est qu’il est franchement incomplet (presqu’un mini-album finalement).

½

 

15-21 mars :

 

 Madison Violet – Everything’s Shifting

Madison Violet – Everything’s Shifting

Le duo féminin canadien, formé des multi-instrumentistes Brenley MacEachern et Lisa MacIsaac, revient avec son septième album studio. Madison Violet présente à nouveau son folk pop aux harmonies vocales impeccables. Les arrangements orchestraux y sont léchés et enrichissent de très belle façon la musique des deux artistes. C’est un album envoûtant qui nous captive rapidement et nous donne envie d’aller les voir performer sur scène, là où Brenley et Lisa sont à leur meilleur.

Passenger Sounds

½

 

1-7 mars :

 

 Bryan Adams – Shine a Light

Bryan Adams – Shine a Light

Shine a Light est le 14e album en carrière pour le Canadien Bryan Adams. Il y reprend les différents éléments qui ont été la recette de son succès par le passé avec un excellent mélange de rock ‘n’ roll, de rhythm ‘n’ blues et de pop, avec quelques ballades à travers. On peut entendre plusieurs pièces franchement entraînantes (« All or Nothing », « No Time For Love »). Mais ce qui frappe rapidement dès les premiers moments avec la chanson-titre et « That’s How Strong Our Love Is », c’est la qualité de la production. C’est un album solide que nous propose Bryan Adams avec Shine a Light, bien plus qu’une simple excuse pour repartir en tournée.

Polydor / Universal

½

   

Lou-Adriane Cassidy – C’est la fin du monde à tous les jours

Lou-Adriane Cassidy – C’est la fin du monde à tous les jours

Découverte à La Voix, Lou-Adriane Cassidy (fille de Paule-Andrée Cassidy) a été choriste pour Hubert Lenoir. Après les succès de « Ce qu’il reste » et « Ça va ça va » sur les plateformes d’écoute, l’auteure-compositrice et interprète présente son premier album, ainsi qu’un nouvel extrait, « Poussière ». Lou-Adriane propose une musique aux influences pop des années 1970 et de la chanson française, le tout dans une facture tout à fait contemporaine. On y découvre de très beaux arrangements de cordes, gracieuseté de Gabriel Desjardins (Philippe Brach, Dany Placard) et c’est Simon Pedneault (Louis-Jean Cormier, Gabrielle Shonk) qui signe la coréalisation avec Lou-Adriane. L’artiste risque fort de vous séduire avec sa voix et son atmosphère intimiste.

Grosse Boîte

 

 

Robert Charlebois – Et voilà!

Robert Charlebois – Et voilà!

À bientôt 75 ans, Robert Charlebois propose son 25e album en carrière, enregistré à Brooklyn et réalisé par Gus Van Go et Werner F. Il demeure toujours aussi pertinent et cool avec des musiques énergiques et des textes fusionnant humour, mélancolie et poésie. Il fait une rétrospective sur sa vie, réalisant que les années filent. Les 10 chansons incluent deux textes perdus et retrouvés : un de Réjean Ducharme (« Le manque de confiance en soi ») et un de Daniel Thibon (« La divine »). Charlebois renoue avec Louise Forestier le temps d’un duo pour l’excellente « Monsieur l’ingénieur ». On peut aussi entendre un retour au rock ‘n’ roll pour lui dans « Musique de chambre » (sur un texte de Simon Proulx des Trois Accords). Il rend hommage à la littérature (« Des livres et moi ») et à Johnny Hallyday (« Johnny »). Puis, il fait une adaptation française de « Can’t Help Falling in Love » popularisée par Elvis Presley, qui devient « Fou amoureux de vous ». Charlebois se fait plaisir en présentant un album varié qui inclut un peu de tout ce qui a fait sa carrière. Une sorte de rétrospective, mais avec des chansons originales. Et voilà! Une bien belle réussite!

La tribu

½

 

 

Corneille – Parce qu’on aime

Corneille – Parce qu’on aime

Après l’échec monumental de son premier album en anglais, Love & Soul, Corneille revient rapidement avec un nouveau disque de chansons originales en français, son huitième enregistrement en carrière. Coécrit avec sa femme, Sofia de Medeiros, Parce qu’on aime contient plusieurs succès incontournables dans le style R&B qui nous l’a fait connaître, dont « Tout le monde ». Corneille a réalisé lui-même l’album, qui a été arrangé avec la collaboration de Marco Volcy. Les 11 titres du disque possèdent le même fil conducteur : l’histoire du couple Corneille-Sofia et de leur amour. Parce qu’on aime est un album lumineux et bien personnel pour Corneille.

Musicor

 

 

Lara Fabian – Papillon

Lara Fabian – Papillon

Après un album en anglais il y a un peu plus d’un an, Camouflage, Lara Fabian revient avec son 14e album studio en carrière, cette fois en français. Entièrement conçu à Montréal, Papillon a été réalisé par Moh Denebi, l’un des réalisateurs les plus talentueux du nouveau son pop suédois. L’auteure-compositrice américaine Sharon Vaughn a coécrit la majorité des chansons avec Lara et Denebi. Ses deux comparses ont d’ailleurs également été impliqués sur son disque précédent. À l’image du premier extrait, « Je suis à toi », et de la chanson-titre, Papillon présente une musique pop passablement rythmée avec des arrangements très européens. Là où Lara surprend le plus, c’est vocalement. Elle demeure dans un registre plutôt bas, laissant du même coup de côté les grandes envolées vocales, sauf en de rares occasions.

9 Productions / Musicor

 

 

 Luis Fonsi – Vida

Luis Fonsi – Vida

Si Justin Bieber est à jamais associé au monstrueux succès de 2017 « Despacito », c’est Luis Fonsi qui est pourtant derrière cette chanson, et Bieber n’était qu’un collaborateur (avec Daddy Yankee) pour la version anglaise. Le Portoricain présente finalement un album qui inclut ce hit planétaire dans ses deux versions. Il s’agit du premier album en cinq ans pour Luis Fonsi qui compte tout de même 20 ans de carrière et huit albums. Il propose une musique latine à tendance pop, avec certains rythmes particulièrement efficaces, mais aussi des ballades contemporaines. « Despacito » n’est pas le seul succès que l’on peut réentendre sur Vida puisqu’on retrouve aussi « Imposible » (avec Ozuna) et « Calypso » (avec Stefflon Don, en plus d’une version avec Karol G). Mais surtout, le moment le plus intéressant et entraînant du disque demeure l’incontournable « Échame la Culpa » (avec Demi Lovato). Avec Vida, Fonsi présente plusieurs immenses succès et quelques bons moments, mais aussi des ballades ou pièces mid-tempo moins captivantes, pour un album en dents de scie. Et si en plus vous avez déjà trop entendu « Despacito », il faudra à nouveau passer à travers deux fois plutôt qu’une.

Vidéoclips : « Despacito » - « Échame la Culpa » - « Calypso » - « Imposible » - « Sola »

Polydor / Universal

   

Yves Jarvis – The Same But By Different Means

Yves Jarvis – The Same But By Different Means

Yves Jarvis est le nouveau pseudonyme de Jean-Sébastien Audet, mieux connu sous le nom d’Un Blonde. Il s’agit en fait de son deuxième prénom et du nom de famille de sa mère. Le Montréalais se libère donc de son ancien alter-ego pour nous proposer un tout nouvel univers musical. The Same But By Different Means ne contient rien de moins que 22 titres, mais qui varient entre 15 secondes et huit minutes. On y trouve un mélange exploratoire fascinant entre folk noir, envolées R&B et musiques d’ambiance. Certaines pièces peuvent sembler finir un peu trop abruptement, mais l’ensemble demeure d’une grande originalité. Même si elle peut s’avérer quelque peu difficile d’accès, c’est une belle œuvre d’art que nous offre Yves Jarvis avec The Same But By Different Means.

Vidéoclip : « Fruits of Disillusion »

Flemish Eye / SIX

½

 

 

 Avril Lavigne – Head Above Water

Avril Lavigne – Head Above Water

Après six ans d’absence pour cause de maladie, l’Ontarienne Avril Lavigne est de retour sur disque. Ce combat se répercute grandement dans les chansons offertes sur Head Above Water. Elle y présente un ensemble de pièces mid-tempo, qui n’ont plus rien à voir avec son pop punk des débuts. Il s’agit plutôt ici d’une musique pop rock adulte qui aura bien de la difficulté à reconquérir le jeune auditoire perdu il y a longtemps. La production colossale demeure de grande qualité avec de très beaux arrangements de cordes pour accompagner ses refrains puissants. Avril sort tout de même de cet environnement sirupeux en quelques occasions, notamment avec la divertissante « Dumb Blonde » (mettant en vedette Nicki Minaj). L’ensemble présente de bons moments, mais qui ne figureront assurément pas parmi les plus grands de sa carrière.

   

 Weezer – Weezer (The Black Album)

Weezer – Weezer (The Black Album)

Le Black Album de Weezer était dans les plans dès 2016, tout de suite après la sortie du White Album. Le voici enfin, quelques semaines seulement après un album de reprises (The Teal Album). Sur ce nouveau disque à tendance plutôt sombre, Rivers Cuomo se permet plus que jamais de jurer et de blasphémer. Musicalement cependant, on retrouve des musiques pop légères aux rythmes efficaces et aux mélodies inoubliables. Il en résulte donc un album beaucoup plus ensoleillé qu’annoncé, avec seulement 10 chansons, mais toutes très intéressantes. Encore un très bon disque par Weezer!

Crush / Atlantic / Warner

½

 

 

 Weezer – Weezer (The Teal Album)

Weezer – Weezer (The Teal Album)

Au cours de leur tournée en 2018, Weezer ont commencé à intégrer à leurs concerts quelques reprises comme « Take On Me » de A-Ha ou « Happy Together » des Turtles. Ils ont alors eu envie d’enregistrer un album de reprises et voici donc leur énième album éponyme, sous-titré cette fois-ci « The Teal Album ». Il a précédé de quelques semaines à peine leur nouvel album éponyme, « The Black Album ». En plus des chansons mentionnées précédemment, on retrouve huit autres succès : « Africa » de Toto, « Everybody Wants To Rule the World » de Tears For Fears, « Sweet Dreams » de Eurythmics, « Paranoid » de Black Sabbath, « Mr. Blue Sky » de ELO, la surprenante « No Scrubs » de TLC, « Billie Jean » de Michael Jackson et « Stand By Me » de Ben E. King. C’est toujours agréable d’entendre de grands succès du passé et les gars de Weezer semblent trouver bien du plaisir à les interpréter. Cependant, plusieurs des versions offertes ne se différencient pas tellement des originales. On aurait aimé qu’ils osent un peu plus, comme ils l’ont fait par exemple avec « No Scrubs » de TLC. Deux ou trois chansons de plus auraient aussi été très appréciées.

Crush / Atlantic / Warner

   

 

 Stephan Eicher – Hüh!

Stephan Eicher – Hüh!

En 2016, le chanteur suisse a rencontré à Berne Le Traktorkestar, un groupe de 12 musiciens (trois batteurs-percussionnistes et neuf souffleurs) et chanteuses (Tanja Makridis, la rappeuse Steff la Cheffe et la chanteuse de jazz, Claire Huguenin). Stephan Eicher a alors découvert l’envie de travailler au sein d’une création collective pour la première fois et il en résulte cet album sur lequel il revisite de façon totalement originale 12 chansons de son répertoire. Les arrangements de cuivres contribuent à donner une nouvelle vie à toutes ces pièces. « La chanson bleue » par exemple prend une toute nouvelle direction, alors qu’elle était plutôt électro pop dans sa version originale parue sur le deuxième album d’Eicher. « Pas d’ami » en échange devient dansante et demeure méconnaissable jusqu’au refrain. Malheureusement, « Déjeuner en paix » est absente, parce qu’on n’a pas réussi à trouver les bons arrangements pour la réinventer. Avec Hüh!, les fans de Stephan Eicher pourront redécouvrir de façon bien agréable une partie de l’œuvre de leur chanteur préféré.

Universal France

½

   

 La Renarde, sur les traces de Pauline Julien

La Renarde, sur les traces de Pauline Julien

Six ans après Femmes de feu, voici un nouvel album en hommage à Pauline Julien. Encore une fois composé de femmes, ce collectif d’interprètes provient du spectacle du même titre. On peut y entendre les chanteuses et actrices Émilie Bibeau, Isabelle Blais, Fanny Bloom, Sophie Cadieux, France Castel, Louise Latraverse, Klô Pelgag, Ines Talbi (qui signe la mise en scène et l’idéation), etc. Coréalisé par Martin Léon, l’album revisite des lettres et chansons de Pauline Julien, incluant les succès « Mommy », « L’âme à la tendresse », « Le plus beau voyage » et « L’étranger ». Les Renardes rendent donc un vibrant hommage à cette icône, soulignant du même coup son apport considérable à la culture québécoise.

Spectra

½

 

 

 

22-28 février :

 

Mehdi Cayenne – Radio Batata

Mehdi Cayenne – Radio Batata

Le très polyvalent Mehdi Cayenne revient avec un quatrième album déjanté mélangeant une douceur poétique avec des grooves créatifs. Enregistré entre Ottawa, Montréal, Vancouver et Paris, Radio Batata a été coréalisé avec Olivier Fairfield (Timber Timbre), Mark Lawson (Arcade Fire, Colin Stetson, Peter Gabriel) et Nico Quéré (Arctic Monkeys, Nick Cave). L’auteur-compositeur et interprète fait preuve d’une liberté totale alors qu’il présente une pop moderne totalement inclassable, intégrant du hip hop, du funk, du rock et du post-punk. Les rythmes s’avèrent contagieux, mais ils demeurent au service des mots de ce poète des temps modernes. Voici un album d’une très grande créativité, peut-être le plus intéressant à ce jour pour Mehdi Cayenne! (février 2019)

L-A be / SIX

½

 

Dominique Fils-Aimé – Stay Tuned!

Dominique Fils-Aimé – Stay Tuned!

Après sa participation à La Voix et un premier album en 2018, Nameless, Dominique Fils-Aimé est de retour avec le deuxième disque d’une trilogie. Sans s’accrocher à aucun style précis, elle conserve sa liberté de création en présentant un mélange de soul, de jazz, de R&B, de gospel et de musique ambiante, des styles qui contribuent tous à mettre en valeur sa voix à la fois émouvante et puissante. Dominique a écrit les 14 pièces d’une grande originalité, qui se veulent un appel à la révolution. Plus complet que son enregistrement précédent, Stay Tuned! demeure passionnant du début à la fin. (février 2019)

Ensoul / SIX

½

 

 

Emilie Kahn – Outro

Emilie Kahn – Outro

La chanteuse et harpiste montréalaise Emilie Kahn, aussi connue sous le pseudonyme Emilie & Ogden (Ogden étant le nom de sa harpe), présente son deuxième album mais le premier sous son vrai nom. Réalisé en collaboration avec Warren C. Spicer (Plants and Animals), Outro propose une musique indie pop avec quelques accents de rock qui se fusionnent à la perfection avec sa harpe. Emilie y fait un retour sur son passé, questionnant certaines décisions, et elle semble habitée par une certaine mélancolie face à l’âge adulte. L’artiste réussit à créer un univers qui lui est propre et qui nous ensorcelle rapidement. (février 2019)

Secret City / SIX

½

   

 

Murray A. Lightburn – Hear Me Out

Murray A. Lightburn – Hear Me Out

Murray Lightburn savait pertinemment que les chansons qu’il avait écrites pour ce deuxième album solo n’étaient pas faites pour The Dears, le groupe qui nous l’a fait connaître. Cependant, loin d’enregistrer l’album seul, il s’est entouré d’une équipe solide, ce qui donne une musique pop d’une grande richesse, avec des envolées soul et des cordes classiques. Lightburn s’est inspiré des crooners des années 1950 et de la musique Motown des années 1960, sans oublier le gospel. La majeure partie du disque a été créée pendant ce qu’il appelle son « été mouvementé de 2016 », entre les deux volumes de Times Infinity de The Dears alors que lui et sa conjointe, Natalia Yanchak (aussi membre de The Dears), ont remis en question leur avenir. L’album a été enregistré à Montréal avec le réalisateur Howard Bilerman (Arcade Fire, Leonard Cohen, Godspeed You! Black Emperor) et des musiciens de jazz chevronnés. Il en résulte un disque tout en finesse, qui nous fait découvrir un nouvel aspect du talent de Murray Lightburn, et qui est très agréable à écouter de A à Z. (février 2019)

Dangerbird / SIX

½

   

 

 

15-21 février :

 

The Cat Empire – Stolen Diamonds

The Cat Empire – Stolen Diamonds

Pour son nouvel album, le groupe alternatif australien a dévoilé une chanson par mois tout au long de 2018. En voici l’assemblage sur Stolen Diamonds qui contient un mélange de leurs influences diverses : ska, reggae, musique du monde, etc. « Kila » débute même l’album avec un petit rythme disco pour accompagner son refrain puissant. On retrouve des cuivres tout au long du disque pour ajouter de la richesse aux arrangements. Les rythmes demeurent efficaces et la joie de vivre est toujours au rendez-vous, même sur des titres plus sombres comme « Ready Now » ou « Anybody ». Le groupe expérimente un peu plus sur « Barricades », l’une des pièces les plus complexes du disque. Toujours bien accueilli au Québec, le groupe présente une chanson majoritairement en français, « La sirène », avec la collaboration d’Éloïse Mignon. De la même façon, The Cat Empire offre « Sola » à ses fans hispanophones en collaboration avec le musicien espagnol Depedro. C’est un album varié et solide du début à la fin que nous offre The Cat Empire, qui semble au sommet de sa forme. (février 2019)

Two Shoes / SIX

½

   

 

Amanda Rheaume – The Skin I’m In

Amanda Rheaume – The Skin I’m In

Amanda Rheaume a grandi à Ottawa, mais est maintenant établie à Toronto. Avec The Skin I’m In, elle présente son cinquième album, qui démontre à quel point elle est maintenant bien dans sa peau. On y trouve neuf chansons country pop plutôt joyeuses, avec des moments de rock, de folk et d’Americana. Sa voix puissante trône au cœur de ces chansons solides. L’auteure-compositrice a coécrit toutes les pièces avec des collaborateurs, dont Melanie Brulee, Jason Blaine et Jim Bryson. C’est un album très agréable que nous propose Amanda Rheaume. (février 2019)

 

Le Vent du Nord – Territoires

Le Vent du Nord – Territoires

Le groupe traditionnel québécois est de retour avec son 10e album en carrière. Le quintet présente 13 nouvelles chansons et pièces instrumentales racontant les histoires du Québec. Les arrangements demeurent d’une grande richesse et ajoutent souvent une dimension nouvelle aux chansons, se frottant parfois à d’autres styles musicaux comme le honky-tonk, le disco-funk, etc. Le Vent du Nord propose donc à nouveau une musique aux accents modernes, tout en s’inspirant du passé du Québec baignant dans les reels, les chansons à répondre et le tapage de pied. Un coup de chapeau particulier va à la chanson « Louisbourg », interprétée a capella avec de très belles harmonies vocales. Voici donc un excellent disque pour faire le pont entre les générations! (février 2019)

La Compagnie du Nord / Borealis / SIX

½

 

 

 

8-14 février :

 

Colin Linden & Luther Dickinson – Amour

Colin Linden & Luther Dickinson – Amour

Le Torontois Colin Linden (Blackie and the Rodeo Kings) s’est associé à un autre brillant guitariste de blues, l’Américain Luther Dickinson (North Mississippi Allstars, Black Crowes), pour créer Amour. Ils sont en plus entourés des musiciens des Tennessee Valentines, ainsi que des choristes Rachael Davis, Ruby Amanfu, Billy Swan, Sam Palladio et Jonathan Jackson de la populaire émission Nashville. Le duo propose une collection de chansons d’amour du répertoire americana, plusieurs ballades, mais aussi de bonnes chansons de blues intenses ou plus joyeuses à tendance country. (février 2019)

Stony Plain / SIX

   

 

 Jessica Pratt – Quiet Signs

Jessica Pratt – Quiet Signs

Pour son troisième album, Jessica Pratt avoue que pour la première fois elle a approché l’écriture avec l’idée en tête d’une cohésion tout au long de l’album. Quiet Signs est aussi son premier enregistrement dans un studio professionnel, la sortant du même coup de sa chambre à coucher où elle avait enregistré On Your Own Love Again il y a quatre ans. Sa voix haut perché est toujours accompagnée d’une guitare douce, mais s’ajoutent aussi de délicats arrangements de flûte, de synthétiseur, d’orgue et de piano qui viennent enrichir sa musique minimaliste. Il en résulte donc un disque plus près de la pop de chambre que du folk. C’est le premier extrait, « This Time Around », qui se démarque le plus, alors que l’ensemble du disque suit une excellente ligne directrice, jusqu’à sa chute avec la très belle conclusion de « Aeroplane ». L’album de neuf titres ne dure peut-être que 28 minutes, mais il nous entraîne rapidement dans son univers captivant. Résultat : on a envie de le rejouer en boucles. (février 2019)

Mexican Summer

½

   

Elizabeth Shepherd – Montréal

Elizabeth Shepherd – Montréal

Pour son premier album en quatre ans, l’auteure-compositrice et interprète canadienne Elizabeth Shepherd rend hommage à sa ville d’adoption, Montréal. Elle a composé, réalisé et arrangé toutes les pièces de cet ambitieux projet. L’album de jazz vocal avec de très bonnes mélodies pop est né d’entrevues qu’Elizabeth a faites dans la rue avec divers Montréalais, leur demandant de raconter quelque chose sur leur histoire avec Montréal. Elle a rassemblé des histoires drôles, tragiques et bizarres, et en a conservé 11 qu’elle a transformées en chansons, majoritairement en français, mais aussi en anglais. Puisque toutes les histoires évoquées se déroulaient à distance de marche, elle a décidé de créer une promenade de 50 minutes permettant de parcourir l’album en se déplaçant à travers la ville. Un livre sera lancé plus tard ce printemps avec des histoires laissées de côté en grande partie du récit officiel, comme l’histoire du jazz, les réalisations de la communauté noire et le mouvement des droits des homosexuels. C’est un excellent album que propose Elizabeth Shepherd alors qu’elle rend un très bel hommage à Montréal. (février 2019)

Pinwheel / SIX

½

 

 

1-7 février :

 

Mike Posner – A Real Good Kid

Mike Posner – A Real Good Kid

Après les méga-succès « Cooler Than Me » et « I Took a Pill in Ibiza », Mike Posner revient avec son très attendu troisième album. Le natif du Michigan a eu à vivre avec la maladie et le décès de son père au cours des derniers mois et c’est ce qui ressort le plus sur l’album. Dès la pièce d’ouverture, « Jan 11th », Posner raconte que c’est suite au décès de son père qu’il est véritablement devenu un homme. Il présente donc un album bien personnel qui devient émouvant en plusieurs occasions. Posner propose une musique pop un peu plus introspective que par le passé, avec toujours des éléments de rap et d’électro. On n’y retrouve peut-être pas de succès radio instantanés, mais l’ensemble s’avère très solide par sa cohésion. Mike Posner propose possiblement son album le plus réussi en carrière avec A Read Good Kid. (chronique principale de février 2019)

Island / Universal

½

   

       

Maggie Rogers – Heard It in a Past Life

Maggie Rogers – Heard It in a Past Life

L’auteure-compositrice et interprète américaine présente son tout premier album complet avec Heard It in a Past Life. Après des explorations à tendance folk, Maggie Rogers s’est laissé entraîner vers la musique électronique qui l’avait toujours intéressée et elle prend une direction beaucoup plus pop sur ce premier disque. On peut y entendre un bon mélange de pop, de rock et d’électro, avec des mélodies grandement accrocheuses et des rythmes qui font rapidement taper du pied. On peut tout de même entendre encore quelques influences de folk, saupoudrées ici et là. On peut d’ailleurs découvrir un bon mélange de ses styles de prédilection dans le premier extrait à succès, « Alaska ». Voici un excellent premier album pour Maggie Rogers qui démontre toute l’étendue de son talent. (découverte du mois de février 2019)

Vidéoclips : « Alaska » - « Light On »

Capitol / Universal

½

   

 Jérôme Charlebois – Fun noir

Jérôme Charlebois – Fun noir

Avec Fun noir, Jérôme Charlebois présente son cinquième album en carrière, offert en version numérique seulement. Propulsé par le premier extrait à saveur pop, « Neverland », et la dynamique « Bégaye », l’album réalisé par Hugo Perreault propose une musique pop rock aux mélodies inoubliables et aux rythmes efficaces. Il explore le rap, et même le zouk créole dans « Le zouk » qui s’est retrouvée dans quelques radios des Antilles françaises. Il revisite en plus à sa façon le succès « Fruit de la passion » avec l’accord de Francky Vincent. C’est donc un album grandement varié et très agréable que nous propose Charlebois. Son principal défaut, c’est qu’avec seulement neuf titres totalisant 26 minutes, il s’approche pratiquement du mini-album. On en aurait écouté beaucoup plus! (février 2019)

Productions Garou

½

 Lou Doillon – Soliloquy

Lou Doillon – Soliloquy

La chanteuse alternative franco-britannique revient avec son troisième album. Lou Doillon avait un désir de se parler à elle-même comme le dit le titre, mais heureusement, elle a décidé de nous partager ces 12 chansons. L’auteure-compositrice présente des pièces d’une grande sensualité, même sexuelles à l’occasion. On reconnaît bien l’artiste, mais on la redécouvre aussi puisqu’elle possède toujours ce désir de se mettre au défi, de sortir des sentiers battus. Par exemple, pour préparer cet album, elle a enregistré une série de démos en version dépouillée avec seulement une guitare et une batterie, dans la lignée des White Stripes et Black Keys. En bout de ligne, les arrangements se sont ajoutés, souvent de façon discrète mais grandement réussie. Les guitares s’avèrent souvent grinçantes et sa voix est plus solide que jamais. Lou semble avoir une totale confiance en elle, à 36 ans. Il en résulte donc un album d’une grande créativité pour cette artiste incomparable. (février 2019)

Barclay / Universal France

½

   

Prieur & Landry – Surreal Memories

Prieur & Landry – Surreal Memories

Suite à son premier album paru en 2015, le duo formé de Gabriel Prieur et d’Eliot Landry est de retour avec Surreal Memories. Les deux comparses nous offrent un rock grinçant qui fusionne le stoner métal de Queens of the Stone Age avec le grunge d’Alice in Chains et Nirvana. La distorsion de la guitare est ce qui impressionne dès la première pièce, « Never Mind Your Loss », et une certaine touche blues fait son apparition occasionnellement. On reste aussi abasourdi par la puissance de la musique de ce duo guitare-batterie. Surreal Memories s’avère sombre et lourd du début à la fin, avec un son toujours aussi sale et cru. C’est Ryan Battistuzzi (Breastfeeders, Malajube, We Are Wolves) qui assure la réalisation, la prise de son et le mixage. Voici un très bon album pour Prieur & Landry qui demeurent à leur meilleur sur scène. (février 2019)

Spectacles Bonzaï / Propagande / SIX

 

 

 Caroline Savoie – Pourchasser l’aube

Caroline Savoie – Pourchasser l’aube

L’auteure-compositrice et interprète du Nouveau-Brunswick est de retour avec son deuxième album qui présente un nouveau départ dans sa carrière. Alors qu’elle proposait précédemment un son plutôt folk pop, Caroline Savoie met de l’avant une guitare un peu plus lourde en plusieurs occasions pour un disque plus rock. Ses textes demeurent tout de même bien à l’avant-plan, avec des mélodies pop toutes en douceur. La réalisation de ce voyage intense, poétique et intimiste revient à Philippe Brault qui réussit à faire ressortir le meilleur de cette artiste incomparable. Le premier extrait, « Mille et un », donne un bon aperçu de l’ensemble de cet excellent album. (février 2019)

Vidéoclip : « Mille et un »

Spectra

½

 

 Taking Back Sunday – Twenty

Taking Back Sunday – Twenty

Le groupe pop punk américain fête déjà ses 20 ans d’existence cette année et pour l’occasion, une compilation de tous ses plus grands succès et meilleures pièces nous est offerte. On peut y entendre 19 titres tirés de chacun de leurs sept albums, ainsi que deux nouvelles chansons, « All Ready to Go » et « A Song For Dan ». Le tout est présenté en ordre chronologique et totalise plus de 78 minutes. On peut y redécouvrir les premiers succès (« Cute Without the 'E' (Cut from the Team) », « You're So Last Summer »), ainsi que des titres marquants plus récents (« Flicker, Fade », « Tidal Wave »). Twenty propose donc un très bon survol des 20 premières années de Taking Back Sunday. (février 2019)

Craft

½

   

 Sheryl Crow – Live at the Capitol Theatre, 2017 Be Myself Tour (Blu-ray, 2 CD)

Sheryl Crow – Live at the Capitol Theatre, 2017 Be Myself Tour (Blu-ray, 2 CD) (2018)

Le 10 novembre 2017, dans le cadre de sa tournée Be Myself, Sheryl Crow a performé pour la première fois dans la salle historique du Capitol Theatre de Port Chester dans l’état de New York. Il s’agissait du dernier concert de la tournée et il semblait y avoir une certaine magie dans l’air, quelque chose d’électrique dans cette salle mythique. On peut découvrir cette performance inoubliable sur ce blu-ray qui est aussi accompagné de 2 CD. Sheryl interprète tous ses plus grands succès, du tout premier (« Leaving Las Vegas ») aux extraits de son plus récent album (« Halfway There », « Atom Bomb » et la chanson-titre). On peut y entendre les incontournables « All I Wanna Do », « Everyday is a Winding Road », « If It Makes You Happy », « The First Cut is the Deepest », « A Change Would Do You Good », « Soak Up the Sun », « My Favorite Mistake », etc. Le concert a été capté avec 16 caméras et le son a été mixé en format ambiophonique 5.1 pour une reproduction optimale de la performance en concert. On peut aussi entendre des bouts d’entrevue avec Sheryl entre certaines pièces. Voici donc un enregistrement en concert de grande qualité. (février 2019)

Rock Fuel / Cleopatra / MVD

 

 

 

janvier :

 

 Mike Boguski – Blues for the Penitent

Mike Boguski – Blues for the Penitent

Mike Boguski est principalement connu en tant que claviériste de Blue Rodeo depuis 2008. Il présente son nouvel album solo, Blues for the Penitent, un disque instrumental de 12 pièces qu’il interprète seul au piano. Grandement improvisé, l’album offre un mélange de jazz et de musique d’avant-garde. Plusieurs titres s’avèrent grandement émotifs, tels « Madawaska Moonlight », « Eva » et « Memorial ». Il reprend aussi des pièces de Townes Van Zandt (« To Live is to Fly ») et Neil Young (« On the Beach »). (janvier 2019)

 

 Alicia Deschênes – Comme June aime Johnny

Alicia Deschênes – Comme June aime Johnny

Tout comme pour son mini-album Années lumière paru à la fin de 2017, Alicia Deschênes a demandé à Daran de réaliser son premier album complet. L’auteure-compositrice et interprète assume plus que jamais son côté folk mélancolique, même si on détecte encore quelques pointes rock occasionnelles. L’album s’ouvre avec le premier extrait, la douce et personnelle « J’trouve ça beau ». Plusieurs autres pièces au piano donnent le ton à l’album. (janvier 2019)

Le mouvement des marées

 

 Jordane – 12 jours

Jordane – 12 jours

Jordane Labrie est une auteure-compositrice et interprète originaire des Escoumins qui s’est fait découvrir à La Voix VI, après avoir remporté de nombreux concours de chant. Récemment, elle assurait la première partie de Serena Ryder dans le cadre de sa tournée québécoise. Pour son album 12 jours, l’artiste a tiré son inspiration d’une tournée pancanadienne faite à bord des trains, 12 jours étant la durée de la traversée du pays d’est en ouest. Mais, ces 12 jours ont aussi été le temps de création des 11 chansons du disque, réalisé par Jeannot Bournival (Fred Pellerin) au studio de Saint-Élie-de-Caxton. Toutes les chansons ont été écrites par Jordane avec le guitariste Clément Desjardins. C’est un album de folk pop qui respire les grands espaces, à commencer par le premier extrait, « Regarder devant ». Jordane possède une voix chaude qui est mise en valeur tout au long du disque, même si on ne peut pas vraiment en apprécier la puissance. 12 jours est en effet un album plutôt doux, qui crée une atmosphère chaleureuse très agréable. (janvier 2019)

Vega / SIX

 Rival Sons – Feral Roots

Rival Sons – Feral Roots

Le groupe de Los Angeles présente déjà son sixième album en 10 ans avec Feral Roots, le premier depuis 2016. Rival Sons propose un mélange de rock alternatif et de rock ‘n’ roll, avec des inspirations tant métal que blues. Le premier extrait à succès, « Do Your Worst », est d’ailleurs un hybride entre Led Zeppelin et les Black Keys. On peut aussi les comparer à Wolfmother, Jet et même les Black Crowes en plusieurs occasions. La principale différence sur Feral Roots réside dans le fait que le groupe semble avoir enfin réussi à définir clairement son style bien à lui. Il s’agit donc d’un excellent disque de rock ‘n’ roll, suffisamment varié et inspiré pour nous permettre de l’apprécier dans son ensemble. Les fans du premier extrait ne devraient donc pas être déçus, surtout qu’il s’agit certainement du meilleur album de Rival Sons à ce jour. (janvier 2019)

Vidéoclip : « Do Your Worst »

Low Country Sound / Atlantic / Warner

½

   

 

 Ingrid St-Pierre – Petite plage

Ingrid St-Pierre – Petite plage

Ingrid St-Pierre nous revient avec un nouvel album tout en douceur, son quatrième à ce jour. Sa très belle voix s’accompagne encore une fois d’un piano et de subtils arrangements musicaux. On a déjà pu en avoir un bon aperçu avec les trois premiers extraits, « La lumineuse », « L’enneigée » et « Les joailliers ». Les mélodies demeurent tout à fait inoubliables et sont parfaites pour chantonner à l’infini. Mais surtout, Ingrid reste l’une des chanteuses les plus touchantes au Québec par sa façon d’interpréter ses textes souvent bien personnels. Petite plage est un album lumineux présentant une musique pop candide unique à Ingrid St-Pierre. (janvier 2019)

Simone

½

 

 Sharon Van Etten – Remind Me Tomorrow

Sharon Van Etten – Remind Me Tomorrow

Avec son premier album en cinq ans, Sharon Van Etten vient nous chercher au plus profond de notre âme avec une musique lente et lourde. Il s’agit en fait d’une musique que l’on ressent avant tout, qui nous transperce. Les arrangements du réalisateur John Congleton sont puissants, en plus d’apporter une certaine énergie à l’ensemble. Il s’agit en quelque sorte d’un mélange entre Portishead et Nick Cave, avec des influences punk/new wave new-yorkaises. Sharon laisse passablement de côté la guitare sur Remind Me Tomorrow en faisant plus de place aux claviers et aux percussions. Malgré tout, les amplificateurs demeurent exploités à leur maximum en certaines occasions. Même si chaque chanson se présente comme une histoire distincte, Sharon réussit à établir une bonne ligne directrice, pour un album d’une grande cohésion. Très efficace! (janvier 2019)

Jagjaguwar

½

   

 

 

 

 

 

       

 

 

Recherche personnalisée


 

 

 

Copyright © 2001-2019, Musicomania.ca. Tous droits réservés / All rights reserved.

S'abonner à musicomania_ca sur Twitter / Join musicomania_ca on Twitter