MES LIVRES

 

Recherche personnalisée sur tout Musicomania.ca

 

 

 

pour CHERCHER dans cette page

 

MAI 2024

 

Chronique principale :  Beyoncé    Découverte du mois :  Fabiana Palladino

 

Avril :

Ariana Grande - Tierra Whack - Yannick Nézet-Séguin

 

 

ARCHIVES :

 

     

   

 

       

         

         

         

         

 

       

     

 

Légende pour les étoiles

 

Achetez votre musique sur CD Universe!

 

 

CHRONIQUE PRINCIPALE :

 

Beyoncé – Cowboy Carter

Beyoncé – Cowboy Carter

Avant même sa sortie, ce deuxième acte de la trilogie Renaissance était attendu comme un album country par cette icône du R&B. De quoi faire frémir les puristes du genre. Cependant, il n’en est rien et il s’agit plutôt d’un hommage aux pionniers (et surtout aux pionnières) de la musique country noire. Ce clin d’œil à la musique country se dessine principalement par des interventions de légendes comme Willie Nelson, Linda Martell (première femme noire à obtenir un succès country dans les années 1960) et Dolly Parton, mais on reconnaît toujours le style pop, soul, R&B et hip hop de la célèbre chanteuse qui ne fait qu’intégrer les codes de la musique country. La chanson à succès « Texas Hold ‘Em » est probablement la plus country parmi les 27 pièces de l’album. Beyoncé propose un mélange de hip hop et de house sur « Sweet Honey Buckiin’ », rappelant le premier acte de Renaissance et faisant du même coup un pied de nez aux puristes en célébrant l’influence afro-américaine dans l’électro. En fait, c’est ce que l’artiste semble vouloir nous démontrer ici : que la musique country n’est pas que blanche et qu’elle a été fortement influencée par la culture afro-américaine. En plus des légendes nommées plus tôt, Beyoncé s’entoure de jeunes artistes talentueux comme Miley Cyrus, Post Malone et Tanner Adell. Elle présente non seulement de nouvelles compositions brillantes fusionnant les genres et l’histoire, mais aussi des reprises de classiques : « Jolene » de Dolly Parton, « Blackbird » des Beatles, ainsi que des extraits de chansons de Chuck Berry. Dans « Ya Ya », un mélange de soul et de pop dansante, elle réussit à reprendre à la fois « These Boots Are Made for Walkin’ » de Nancy Sinatra et les Beach Boys. Cowboy Carter n’est pas un album country, c’est un album de Beyoncé, tout simplement!

Vidéoclip : « Texas Hold ‘Em »

     

 

DÉCOUVERTE DU MOIS :

 

Fabiana Palladino – Fabiana Palladino

Avant de présenter son premier album éponyme en 2024, Fabiana Palladino publiait des chansons à un rythme plutôt lent depuis plus de 10 ans et était surtout connue pour son travail d'accompagnement d’artistes comme Jessie Ware, Laura Groves et Jai Paul, qui a ajouté la chanteuse à son label, Paul Institute. L'auteure-compositrice et interprète, multi-instrumentiste et réalisatrice a présenté une poignée de simples pop électroniques émotifs entre 2017 et 2023. Le plus récent, "I Care", en duo avec Jai, inclut aussi son père, le légendaire bassiste Pino Palladino. L'album a été écrit en grande partie à la suite d'une séparation et Fabiana y exprime le chagrin d'amour, la solitude et le désir. Elle fait appel à de nombreux collaborateurs, dont son collègue réalisateur Harry Craze, le choriste Jamie Woon, l'arrangeur de cordes Rob Moose, sa mère Maz, son frère Rocco, sa sœur Giancarla, etc. Il s'agit d'un album personnel avec une perspective unique et un environnement sonore qui lui est propre. Elle cite « Strange Relationship » de Prince, et « Forever » pourrait être présenté comme un projet perdu de Wendy & Lisa du milieu des années 1980. L’album culmine avec une empilade de cordes et de voix de Fabiana, presque surpassées par des ballades qui semblent défaitistes, « I Can't Dream Anymore » et « Give Me a Sign ». Deux des meilleures chansons rythmées s'enchaînent également avec aisance : « Stay with Me Through the Night », mise en évidence par l'excellent batteur Steve Ferrone, et une autre ligne de basse efficace de Pino qui cède la place à « Shoulda », une pièce rock pleine de regrets. Voici un délice pop et R&B créatif, captivant et confiant par une auteure-compositrice à la très belle plume.

Vidéoclip : « I Can’t Dream Anymore »

½

   

 

AVRIL:

 

Ariana Grande – Eternal Sunshine

Ariana Grande – Eternal Sunshine

Il aura fallu quatre ans à Ariana Grande pour qu’elle nous revienne avec un nouvel album, son septième. Eternal Sunshine présente la fin d’une relation (conclue par un divorce) et le début d’une nouvelle. Il s’agit d’un court album de 35 minutes, incluant une introduction d’une minute et demie. On peut bien sûr y entendre le succès disco « Yes, and? », mais aussi les excellentes « Bye », « Supernatural », « The Boy is Mine », « We Can’t Be Friends » et la chanson-titre. Sur Eternal Sunshine, Ariana propose une musique R&B de grande qualité. On y découvre à nouveau toutes les capacités de sa voix, même si elle ne la pousse pas toujours à son maximum, mettant plutôt l’accent sur la qualité des mélodies. Sur ce nouvel enregistrement, la jeune trentenaire réussit à nous offrir son album le plus cohérent à ce jour. (chronique principale d'avril 2024)

Vidéoclips : « Yes, and? » - « We Can’t Be Friends (Wait for your Love) »

     

Tierra Whack – World Wide Whack

Tierra Whack a épaté en 2018 avec Whack World, un premier mini-album rempli d'idées et de sentiments, difficiles à contenir dans des chansons d'une minute (il y en avait 15 au total). La rappeuse de Philadelphie a ensuite publié une série de simples qui lui ont permis de consolider son expertise en matière de sorties de courte durée, tout en faisant monter l'attente de son premier album. En équilibrant l'audace de Whack World avec l'écriture plus expansive de musiques pop, rap et R&B, World Wide Whack ressemble en effet à un premier album officiel. Comme toute sa musique, le disque regorge de productions inventives et de jeux de mots vertigineux. « Ms Behave » possède ces deux qualités en abondance, alors qu’elle cite Angela Bassett et OutKast sur une musique électro efficace et une ligne de basse puissante. Bien que l’album soit plus soigné et plus direct que ses précédentes œuvres, Tierra n'a pas cherché à devenir plus accessible à tout prix et elle conserve toute son unicité. Sur « Chanel Pit », elle est soutenue par un xylophone, pendant que sur « X », ses pires souhaits pour une ancienne flamme sont soutenus par un rythme aux accents punks. Son don pour l'écriture de tranches de vie brille toujours, en particulier sur le funk lumineux de « Shower Song », une célébration pleine d'espoir des pouvoirs rajeunissants de la musique, et sur « Moovies », un morceau de R&B romantique et léger qu’elle nous offre à sa manière. Les chansons joyeuses s’entourent aussi de pièces plus sombres, mélancoliques, presque douloureuses, notamment les émouvantes « Waze » et « Sore Loser ». Tierra met ses sentiments à nu sur la meurtrie « Difficult » et sur l'éprouvante conclusion « 27 Club », où elle raconte son désespoir sur une mélodie qui coule comme des larmes. Avec World Wide Whack, Tierra Whack s’établit véritablement sur la scène rap de la côte est américaine, définissant clairement son style et son approche. (découverte du mois d'avril 2024)

Vidéoclips : « Chanel Pit » - « Shower Song » - « 27 Club » - « Two Night »

½

     

 

Yannick Nézet-Séguin – Sibelius 2 & 5

Après la Symphonie #1 en 2019 et les Symphonies 3 & 4 en 2023, le chef Yannick Nézet-Séguin (en compagnie de l’Orchestre Métropolitain de Montréal) nous revient avec les Symphonies 2 & 5 du compositeur finlandais Jean Sibelius (1865-1957). Enregistrées à la Maison symphonique de Montréal, ces deux œuvres font partie des plus appréciées de Sibelius, composées à une quinzaine d’années d’intervalle. La « Symphonie #2 » marque la conclusion de sa première phase stylistique caractérisée par le romantisme national. La « Symphonie #5 » établit quant à elle les bases de ce qui allait être le langage de la maturité du compositeur. Encore une fois, voici une grande performance de Nézet-Séguin et l’OM, qui met parfaitement en valeur l’œuvre de Sibelius. (avril 2024)

ATMA Classique

   

 

mars :

 

Jennifer Lopez – This Is Me… Now

Jennifer Lopez – This Is Me… Now

Avec son nouvel album, Jennifer Lopez crée en quelque sorte une suite à This Is Me… Then, paru en 2002, qui rendait hommage à son amoureux de l’époque, Ben Affleck, en plus de contenir le succès intemporel « Jenny from the Block ». C’est certainement ses retrouvailles avec Affleck en 2021, suivi de leur mariage à l’été 2022, qui ont inspiré Jennifer pour This Is Me… Now. L’album de près de 45 minutes est accompagné d’un film complet regroupant des vidéoclips pour chacune des 13 chansons du disque, de la chanson-titre à « Greatest Love Story Never Told », en passant par le succès « Can’t Get Enough ». On peut aussi découvrir un documentaire intitulé The Greatest Love Story Never Told qui emprunte son titre à une série de lettres d’amour écrites pour Jennifer par Affleck. Contrairement au film qui contient plusieurs caméos (Jane Fonda, Post Malone, etc.), l’album est beaucoup plus sobre, sans invités et entièrement concentré sur la chanteuse latine. Peu de titres ressortent du lot, mais l’ensemble demeure agréable jusqu’à la fin et plaira assurément à ses nombreux fans. (chronique principale de mars 2024)

Vidéoclip : « Can’t Get Enough »

     

The Last Dinner Party – Prelude to Ecstasy

Prelude to Ecstasy est le tout premier album de ces provocateurs londoniens qui donnent dans la pop baroque et l'indie rock avec des influences certaines de Florence + the Machine, Suede, Roxy Music et David Bowie. Leur ascension rapide est certainement due en grande partie à une place en première partie des Rolling Stones à Hyde Park avant même de lancer un premier simple. "Nothing Matters" est un hymne parfait pour les festivals, et a pris d'assaut les palmarès britanniques. Le reste de Prelude to Ecstasy offre un rock alternatif audacieux à tendance gothique, avec en plus des mélodies mémorables, des paroles intelligentes et romantiques, et un côté théâtral bien assumé. Voici donc un premier album très intéressant par un groupe qui risque fort de se démarquer au cours des prochaines années. (découverte du mois de mars 2024)

Vidéoclip : « Nothing Matters »

½

     

 

FÉVRier :

 

Green Day - Saviors

Green Day – Saviors

Après 35 ans de carrière, le trio californien déborde toujours autant d’énergie et nous arrive avec Saviors, quatre ans après Father of All…. Le groupe poursuit dans la même direction pop punk un peu plus adulte, avec un son plus propre, malgré l’agressivité caractéristique du trio. Leurs mélodies demeurent toujours aussi efficaces, et quelques ballades de qualité viennent confirmer leur polyvalence. Le groupe ne renie pas ses influences du passé, mais Green Day est toujours en mesure d’en faire ses propres chansons, son style bien à lui. Les instincts pop de Billie Joe Armstrong sont incontestables, ce qui fait de Saviors un album à la fois puissant et inoubliable. Green Day ne propose peut-être pas un album qui fera oublier ses classiques du passé, mais suffisamment de chansons parmi les 15 vous donneront envie de taper du pied ou de chanter à tue-tête. (chronique principale de février 2024)

Vidéoclips : « The American Dream Is Killing Me » - « Dilemma » - « One Eyed Bastard » - « Bobby Sox »

½

     

Louis-Pierre Bergeron & Meagan Milatz – Bravura (2023)

Pour Bravura, le corniste Louis-Pierre Bergeron et la pianiste Meagan Milatz s’inspirent de Beethoven. Sa « Sonate pour cor et piano en fa majeur, op. 17 » (1800) est la première véritable sonate pour cor et piano de l’histoire de la musique et elle est l’œuvre centrale de cet album. Ce chef-d’œuvre est accompagné de pièces pour cor naturel et pianoforte de Vincenzo Righini (1756-1812), Cipriani Potter (1792-1871), Franz Xaver Süssmayr (1766-1803) et Nikolaus Freiherr Von Krufft (1779-1818). Bergeron est le quatrième cor de l’Orchestre du Centre national des Arts, après avoir performé avec l’OSM, l’Orchestre Métropolitain et l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières. Il collabore aussi régulièrement avec Les Violons du Roy. Quant à Milatz, elle est lauréate de nombreux concours et se produit en soliste avec des orchestres à travers le Canada, dont l’Orchestre symphonique de McGill. (découverte du mois de février 2024)

ATMA Classique

½

   

 

 

 

 

       

 

 

Recherche personnalisée


Copyright © 2001-2024, Musicomania.ca. Tous droits réservés / All rights reserved.

S'abonner à musicomania_ca sur Twitter / Join musicomania_ca on Twitter